Acceuil / Citations par auteurs / Les plus belles citations d’Auguste Rodin
Auguste-rodin-citation

Les plus belles citations d’Auguste Rodin

Courte biographie d’Auguste Rodin, un sculpteur de génie

Auguste Rodin est un des sculpteurs français les plus célèbres. Il est né à Paris le 12 novembre 1840.  Il a marqué les esprits avec son style si particulier, qui mêlent réalisme, romantisme et impressionnisme. On dit même que Rodin est l’inventeur de la sculpture moderne.

Sa vocation d’artiste se fait ressentir très jeune. Passionné par le dessin, ses parents l’inscrivent à l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs à l’âge de 14 ans. C’est ensuite au cours de ses études que naît en lui une passion pour la sculpture.

portrait-auguste-rodin

Portrait d’Auguste Rodin, 1891

Rodin est également connu pour ses histoires avec les femmes. Son première modèle : Rose Beuret, est une jeune ouvrière couturière et lui servira de modèle pendant plus de 50 ans !

En parallèle, Rodin entretient sa fameuse relation avec Camille Claudel. Cette relation est très fusionnelle mais compliquée. Entre amour et amitié ils partagent la vocation artistique. Malgré tout, Rodin refusera plusieurs fois Claudel en mariage, ce qui la poussera même en internat psychiatrique.

Les années 1880 marquent le début du succès pour Rodin. Il exprime avec sensibilité des émotions très subtiles comme la volupté, la sensualité, la force, la douleur ou la passion à travers ses oeuvres les plus connues :

  • Le saint -Jean-Baptiste (1878)
  • Le penseur (1882)
  • Le buste de Victor Hugo (1883)
  • La porte de l’Enfer (1888)
  • Le baiser (1889)
  • Les bourgeois de Calais (1895)
  • Le buste de Balzac (1897)

Très bon ami avec Claude Monet et Paul Cézanne, son style est aussi fortement inspiré par Michel-Ange. Auguste Rodin a révolutionné la sculpture en traitant les formes et les mouvements des corps comme jamais auparavant.

Il finit ses jours à Meudon, dans la Villa des Brillants et meurt le 17 novembre 1917.

Citations de Rodin

Sur la vérité

Soyez profondément, farouchement véridiques.

Ce qui est profondément vrai pour un homme l’est pour tous.

Reculerait devant l’effort nécessaire, devant l’indispensable apprentissage, si laborieux et si long qu’il soit, si l’on se doutait de ce que c’est que le bonheur de comprendre ? Comprendre ! C’est ne pas mourir !

Sur la sculpture

penseur-auguste-rodin
Le Penseur, 1903

La ressemblance qu’un article doit obtenir est celle de l’âme ; c’est celle-là seule qui importe : c’est celle-là que le sculpteur ou le peintre doit aller chercher à travers celle du masque.

Il faut que tous les traits soient expressifs, c’est à dire utiles à la révélation d’une conscience.

Mes bustes ont souvent déplu parce qu’ils furent toujours sincères. Ils ont certainement un mérite : la véracité. Qu’elle leur serve de beauté !

Quand un bon sculpteur modèle une statue, quelle qu’elle soit, il faut d’abord qu’il en conçoive fortement le mouvement général : il faut, ensuite, que jusqu’à la fin de sa tâche, il maintienne énergiquement en pleine lumière de sa conscience son idée d’ensemble, pour y ramener sans cesse et y relier étroitement les moindres détails de son oeuvre.

Dans la belle sculpture, on devine toujours une puissante impulsion intérieure. C’est le secret de l’art antique.

Les lignes et les nuances ne sont que pour nous (les sculpteurs) les signes de réalités cachées. Au-delà des surfaces, nos regards plongent jusqu’à l’esprit.

L’illusion de la vie s’obtient dans notre art par le bon modelé et par le mouvement. Ces deux qualités sont comme le sang et le souffle de toutes les belles oeuvres.

Sur l’art

porte-enfer-auguste-rodin
La Porte de l’Enfer, 1880-1888

 

En art, n’admettre que ce que l’on comprend mène à l’impuissance.

L’art réclame de la décision.

Est laid dans l’art ce qui est faux, ce qui est artificiel, ce qui cherche à être joli ou beau au lieu d’être expressif, ce qui est mièvre et précieux, ce qui sourit sans motif.

Quand on se préoccupe de plaire à ce monstre aux millions de tête qui s’appelle “le public”, on perd sa personnalité et son indépendance.

Sur les femmes

Jeune fille au chapeau fleuri, vers 1865

 

Le prix de beauté n’appartient en propre à aucune femme, mais elles se le partagent toutes. Chacune d’elles s’accomplit dans sa personnelle beauté comme un fruit mûrit selon les lois de son espèce.

Quel éblouissement : une femme qui se déshabille ! C’est l’effet du soleil perçant les nuages.

Sur le bonheur

eternel-printemps-auguste-rodin
L’Éternel Printemps, 1884

 

Le monde ne sera heureux que quand tous les hommes auront des âmes d’artistes, c’est à dire quand tous prendront plaisir à leur tâche.

Pour moi, j’appelle utile tout ce qui nous donne du bonheur. Or, il n’y a rien au monde qui nous rende plus heureux que la contemplation et le rêve.

Sur la nature

Que la nature soit votre unique déesse. Ayez en elle une foi absolue. Soyez certains qu’elle n’est jamais laide et bornez votre ambition à lui être fidèle.

Sur le caractère

Le caractère, c’est la vérité intense d’un spectacle naturel quelconque, beau ou laid : et même c’est ce qu’on pourrait appeler une vérité double : car c’est celle du dedans traduite par celle du dehors ; c’est l’âme, le sentiment, l’idée qu’expriment les traits d’un visage, les gestes et les actions d’un être humain, les tons d’un ciel, la ligne d’un horizon.