Acceuil / Citation

Citations de : Valéry Giscard d'Estaing

Il ne saurait être question d’imposer aux Français un programme nucléaire auquel ils seraient profondément opposés après avoir été complètement informés.

Le Monde, 26 janvier 1978.

Qui que vous soyez, inconnu ou célèbre, faible ou puissant, vous détenez une part égale du destin de notre pays.

Discours, Verdun-sur-le-Doubs, 27 janvier 1978.

Beaucoup de nos compatriotes sont persuadés qu’ils aimeraient mieux vivre dans un monde semblable à celui du passé, paisible, rustique, familier, et ils ressentent en même temps l’inévitabilité du changement.

Démocratie française (1976)

L’euro, c’est une grande réussite et c’est ce qui irrite.

Entretiens, à Strasbourg, 25 novembre 2011.

Et dans ces temps difficiles, où le mal rôde et frappe dans le monde, je souhaite que la Providence veille sur la France, pour son bonheur, pour son bien et pour sa grandeur. Au revoir!

Journal télévisé de 20h00, Antenne 2, 19 mai 1981.

Ne nous laissons pas accabler par les rhumatismes de l’histoire.

L'Evènement du jeudi, 5 avril 1990.

Il n’y aurait pas tant de malaise, s’il n’y avait pas autant d’amateurs de malaise.

Libération, 10 décembre 1990

On ne guérit pas les plaies en les léchant avec une langue de bois.

Face à la 3, 7 novembre 1984.

La télévision est le premier pouvoir en France, et non le quatrième.

Interview, 23 avril 1981.

C’est une bonne idée d’avoir choisi le référendum, à condition que la réponse soit oui.

Prix de l'humour politique 2005. (Au sujet du projet de Constitution européenne)

A mon âge l’immortalité est devenue une valeur refuge.

Prix de l'humour politique 2004. (A propos de sa réception à l'Académie française)

Votre peuple a eu l’intelligence de vous élire deux fois.

Prix de l'humour politique 1995. (A Benazir Bhutto)

Vous n’avez pas le monopole du coeur.

Débat de l'entre-deux tours avec François Mitterrand, 1974.

C’est un texte facilement lisible, limpide et assez joliment écrit: je le dis d’autant plus aisément que c’est moi qui l’ai rédigé.

Parlant du projet de Constitution européenne, 2005.

Tout le monde doit être bilingue dans une langue et en parler une autre.

(1992)

Je suis sûr que la postérité ne gardera aucune image de moi et que les hommes politiques ne laisseront pratiquement aucune trace.

Je suis l’objet, comme toute la nature, comme tous les animaux, d’une lente action de destruction qui ride, qui dégrade, qui entaille, qui ravine ce qui était jusque-là frais, jeune et neuf.

Je ferme les yeux pour mieux respirer.

Aucun roi de France n’aurait été réélu au bout de sept ans.

La question n’est pas celle de l’âge mais de l’expérience.