Acceuil / Citation

Citations de : Stephen Jay Gould

Comment pouvons-nous aider un enfant si nous commençons par le déclarer inapte de par sa biologie ?

La Mal-mesure de l'homme : l'intelligence sous la toise des savants (1981)

Certaines vérités exigent parfois qu’on reste dans le droit chemin, mais les voies de la connaissance scientifique sont aussi tortueuses et complexes que l’esprit humain.

Quand les poules auront des dents: réflexions sur l'histoire naturelle (1983)

Pour les spécialistes, l’évolution est une adaptation aux conditions changeantes de l’environnement et non pas un progrès.

La vie est belle: les surprises de l'évolution (1989)

Nous qui nous délectons de la diversité de la nature et nous instruisons auprès de chaque animal, avons tendance à considérer l’Homo sapiens comme la plus grande catastrophe depuis l’extinction du Crétacé.

Le Pouce du Panda (1980)

Je suis, de toute façon, moins intéressé par la taille et les circonvolutions du cerveau d’Einstein que par la quasi-certitude que des individus d’un talent égal ont vécu et sont morts dans les champs de coton et dans les mines.

Le Pouce du Panda (1980)

Nous grondons et relevons la lèvre supérieure au cours d’un accès de colère, pour découvrir des canines de combat qui n’existent plus.

Le Pouce du Panda (1980)

Car de nombreux chemins mènent à presque n’importe quelle Rome.

Le Pouce du Panda (1980)

Cherchez avec ce qu’il faut de conviction préétablie et vous trouverez.

Le Pouce du Panda (1980)

L’erreur est l’inévitable sous-produit de l’audace ou d’ailleurs de n’importe quel travail de recherche. Autant vouloir interdire d’uriner après avoir bu de la bière.

Comme les huit doigts de la main (1993)

L’hypothèse selon laquelle corrélation équivaut à cause est probablement l’une des deux ou trois erreurs les plus répandues et les plus graves du raisonnement humain.

La Mal-mesure de l'homme : l'intelligence sous la toise des savants (1981)

Tout travail scientifique est une réalisation communautaire et non pas l’oeuvre d’un cavalier seul. Qui sait où Darwin se serait égaré en 1837 sans Gould, sans Owen, et sans la vie scientifique très active de Londres et de Cambridge ?

Le Sourire du flamant rose (1988)