Acceuil / Citation

Citations de : sir Winston Leonard Spencer Churchill

Le secret de ma vitalité? Je n’ai dans le sang que des globules rouges: l’alcool a tué depuis belle lurette tous mes globules blancs.

1965.

Le golf consiste à mettre une balle de 4 cm de diamètre sur une boule de 40.000 km de tour et à frapper la petite, non la grande.

La responsabilité est le prix de la grandeur.

La mort et la douleur seront nos compagnons de voyage, les privations notre vêtement, la constance et la vaillance notre seul bouclier.

Paroles prononcées par Churchill, le 8 octobre 1940, devant la Chambre des Communes.

L’histoire me sera indulgente car j’ai l’intention de l’écrire.

Il n’y a pas de contes plus beaux que ceux que la vie a elle même composé.

Je suis prêt, pour ma part, à me présenter devant le Créateur et à l’affronter. Mais Lui, est-il préparé à cette épreuve?

1949.

Jeune homme, étudiez l’histoire, étudiez l’histoire. C’est dans l’histoire que résident tous les secrets de l’art de gouverner.

A James C. Humes, 29 mai 1953.

La chance n’existe pas; ce que vous appelez chance, c’est l’attention aux détails.

A l’époque, il était plus sage qu’aujourd’hui; il me demandait souvent mon avis.

A la guerre, la maxime «sécurité d’abord» mène tout droit à la ruine.

C’est une bonne chose pour un homme peu cultivé de lire des dictionnaires de citations.

On ne peut être tué qu’une seule fois au combat, mais plusieurs fois en politique.

Ne croyez surtout pas que je fume toute la journée! Je suis bien trop tempérant pour cela. Il s’agit en réalité de faux cigares: ils sont creux et remplis de cognac à l’intérieur…

Ne me faites pas d’objections. Les difficultés en feront assez d’elles-mêmes.

A Lord Mountbatten à propos des ports artificiels pour le Débarquement de Normandie.

J’aime les porcs. Les chiens nous regardent avec vénération. Les chats nous toisent avec dédain. Les cochons nous considèrent comme des égaux.

Rien dans la vie n’est plus réjouissant que de se faire tirer dessus sans résultat.

Jamais dans le champ des conflits humains tant de gens n’ont dû autant à si peu.

Sur les pilotes de la Royal Air Force et la bataille d'Angleterre, 20 août 1940.

L’epargne est une bonne chose, surtout si vos parents l’ont faite pour vous.

En temps de guerre, la vérité est si précieuse qu’elle devrait toujours être protégée par un rempart de mensonges.

Il est toujours sage de regarder en avant, mais il est difficile de regarder plus loin qu’on ne peut voir.

Nous sommes tous des vers… Mais je pense que je suis un ver luisant.

C’est une belle chose d’être honnête, mais il est également important d’avoir raison.

S’occuper des choses les plus sérieuses du monde n’est possible qu’à condition de comprendre aussi les choses les plus dérisoires.

Il ne sert à rien de dire «Nous avons fait de notre mieux». Il faut réussir à faire ce qui est nécessaire.

Le pouvoir de l’homme s’est accru dans tous les domaines, excepté sur lui-même.

Les chiens vous regardent tous avec vénération. – Les chats vous toisent tous avec dédain. – Il n’y a que les cochons qui vous considèrent comme leurs égaux.

La grande leçon de la vie, c’est que parfois, ce sont les fous qui ont raison.

Le vice inhérent au capitalisme consiste en une répartition inégale des richesses. La vertu inhérente au socialisme consiste en une égale répartition de la misère.

Il est meilleur d’être irresponsable et dans le vrai que responsable et dans l’erreur.

Je ne suis pas difficile, je me satisfais aisément du meilleur.

Vous vouliez la paix, vous vouliez sauver l’honneur: vous aurez la guerre et le déshonneur!

On vit de ce que l’on obtient. – On construit sa vie sur ce que l’on donne.

J’ai retiré plus de choses de l’alcool que l’alcool ne m’en a retirées.

Quand on obtient d’une chose ce qu’on en attendait, on n’en demande pas plus.

Ce n’est que quand il fait nuit que les étoiles brillent.

Le cheval est dangereux devant, dangereux derrière et inconfortable au milieu.

Les empires du futur seront spiriturels.

Il n’y a qu’une réponse à la défaite, et c’est la victoire.

La critique peut être désagréable, mais elle est nécessaire. Elle est comme la douleur pour le corps humain: elle attire l’attention sur ce qui ne va pas.

Epargner est une très bonne chose. Surtout quand vos parents l’on fait pour vous.

Après la guerre, deux choix s’offraient à moi: finir ma vie comme député, ou la finir comme alcoolique. Je remercie Dieu d’avoir si bien guidé mon choix: je ne suis plus député!

Le vrai génie réside dans l’aptitude à évaluer l’incertain, le hasardeux, les informations conflictuelles.

Le chien lève vers vous des yeux implorants, le chat vous regarde de haut. Mais parlez-moi du cochon! Le cochon, lui, vous regarde droit dans les yeux, d’égal à égal.

Sous le capitalisme, les gens ont davantage de voitures. Sous le communisme, ils ont davantage de parkings.

Ce n’est pas la fin. Ce n’est même pas le commencement de la fin. Mais, c’est peut-être la fin du commencement.

Quand on doit tuer quelqu’un, ça ne coûte rien d’être poli.

La politique est plus dangereuse que la guerre… A la guerre, vous ne pouvez être tué qu’une seule fois. En politique, plusieurs fois.

Construire peut être le fruit d’un travail long et acharné. Détruire peut être l’oeuvre d’une seule journée.

La Russie est un rébus enveloppé de mystère au sein d’une énigme.

Que la stratégie soit belle est un fait, mais n’oubliez pas de regarder le résultat.

Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté.

Pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent.

Il n’y a rien de négatif dans le changement, si c’est dans la bonne direction.

Quand survient un malheur, il est tout à fait possible qu’il vous évite un malheur plus terrible encore. Et, quand vous commettez une erreur grave, elle peut vous être plus utile que la décision la mieux pesée.

Plus vous saurez regarder loin dans le passé, plus vous verrez loin dans le futur.

Il est une bonne chose de lire des livres de citations, car les citations lorsqu’elles sont gravées dans la mémoire vous donnent de bonnes pensées.

L’extérieur du cheval exerce une influence bénéfique sur l’intérieur de l’homme.

La vie? Le voyage vaut la peine d’être fait une fois.

Il vaut mieux faire l’information que la recevoir; il vaut mieux être acteur que critique.

Agissez comme s’il était impossible d’échouer.

De temps en temps, les hommes tombent sur la vérité. La plupart se relèvent comme si rien n’était.

Le succès c’est être capable d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme.

Etre homme politique, c’est être capable de dire à l’avance ce qui va arriver demain, la semaine prochaine, le mois prochain et l’année prochaine. Et d’être capable, après, d’expliquer pourquoi rien de tout cela ne s’est produit.

Le meilleur argument contre la démocratie est une conversation de cinq minutes avec l’électeur moyen.

La démocratie est le pire des régimes politiques… si on fait abstraction de tous les autres.

Le défaut du capitalisme c’est qu’il répartit inégalement la richesse; la qualité du socialisme c’est qu’il répartit également la misère.

Christophe Colomb était le premier socialiste: il ne savait pas où il allait, il ignorait où il se trouvait et faisait tout ça aux frais des autres.

Monsieur, si j’étais votre épouse, je mettrais du poison dans votre café. – – Madame, si j’étais votre mari, je le boirais.

Dialogue avec Lady Astor.

Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées.

En vin, je suis un amateur facile, je ne me contente que du meilleur.

La démocratie est un mauvais système, mais elle est le moins mauvais de tous les systèmes.

L’écriture est une aventure. Au début c’est un jeu, puis c’est une amante, ensuite c’est un maître et ça devient un tyran.

Nous pourrions lui donner le ministère de la guerre et nous serions sûrs de l’éviter: pendant la guerre, il était ministre du charbon et nous n’avons jamais eu de charbon.

Personnellement je suis toujours prêt à apprendre, bien que je n’aime pas toujours qu’on me donne des leçons.

The Observer (1952).

Un fanatique est quelqu’un qui ne veut pas changer d’avis et qui ne veut pas changer de sujet.

Les hommes trébuchent parfois sur la vérité, mais la plupart se redressent et passent vite leur chemin comme si rien ne leur était arrivé.

Un rideau de fer est descendu sur l’Europe.

Westminster College Fulton.

Nous lutterons sur les plages, nous lutterons sur les terrains de débarquement, nous lutterons dans les champs et les rues. – – Hors micro: – – Et nous les frapperons à la tête avec des bouteilles à bière, car c’est là tout ce que nous possédons vraiment.

Discours du 4 juin 1940.

Un bon diplomate est quelqu’un qui peut égorger son voisin sans qu’il s’en aperçoive.

Préparez-vous, je vais parler en français: une entreprise terrifiante, et qui sera une dure épreuve pour votre amitié envers la Grande-Bretagne.

Nous l’appelons Jeanne d’Arc et nous cherchons quelque évêque pour le faire brûler.

Parlant du Général De Gaulle.

Nous avions à choisir (à Munich) entre le déshonneur et la guerre. Nous avons choisi le déshonneur et nous avons eu la guerre.

Monsieur le Premier Ministre, vous ai-je déjà parlé de mon neveu? – – Non, jamais, et je vous en suis très reconnaissant.

Ma croix la plus lourde, c’est la croix de Lorraine.

Parlant du Général De Gaulle.

L’Angleterre s’écroule dans l’ordre, et la France se relève dans le désordre.

Il y a peu de vertus que les Polonais ne possèdent et peu d’erreurs qu’ils n’aient commises.

Il était tellement bête que ses collègues s’en étaient aperçus.

En Angleterre, tout est permis, sauf ce qui est interdit. En Allemagne, tout est interdit, sauf ce qui est permis. En France, tout est permis, même ce qui est interdit. En U.R.S.S., tout est interdit, même ce qui est permis.

C’est un de ces orateurs qui, quand ils se lèvent, ne savent pas ce qu’ils vont dire, quand ils parlent, ne savent pas de quoi ils parlent et, quand ils se sont rassis, ne savent pas ce qu’ils ont dit.

Avec Staline, quand on avait dix à partager, il disait: «Bien! On ne parle pas des cinq qui sont à moi. Qu’est-ce qu’on fait avec les cinq vôtres?»

Tout le monde savait que ce truc-là etait impossible a faire. Jusqu’au jour où est arrivé quelqu’un qui ne le savait pas, et qui l’a fait.

Et moi, si j’étais votre mari, je le boirais, ce thé!

A une dame qui vient de lui dire que si elle était sa femme, elle mettrait du poison dans son thé.

La dictature – dévotion-fétiche pour un homme – est une chose éphémère. Un état de société où l’on ne peut pas exprimer ses pensées, où des enfants dénoncent leurs parents à la police, un tel état de société ne peut pas durer longtemps.

Sang, Sueur et Larmes

Je n’ai rien à offrir que du sang, du labeur, des larmes et de la sueur.

Paroles prononcées par Churchill, le 13 mai 1940, devant la Chambre des Communes.

Il n’y a pas de meilleur placement pour un pays que de mettre du lait dans des enfants.

Il n’y a aucun mal à changer d’avis, pourvu que ce soit dans le bon sens.

En avalant les méchantes paroles qu’on ne profère pas, on ne s’est jamais abîmé l’estomac.

Comité: Un groupe de personnes incapables de faire quoi que ce soit par elles-mêmes qui décident collectivement que rien ne peut être fait!

Une pomme par jour éloigne le médecin, pourvu que l’on vise bien.

Un conciliateur c’est quelqu’un qui nourrit un crocodile en espérant qu’il sera le dernier à être mangé.

Un cheval, c’est malcommode au centre et dangereux aux deux extrémités.

Un bon politicien est celui qui est capable de prédire l’avenir et qui, par la suite, est également capable d’expliquer pourquoi les choses ne se sont pas passées comme il l’avait prédit.

Si deux hommes ont toujours la même opinion, l’un d’eux est de trop.

On considère le chef d’entreprise comme un homme à abattre, ou une vache à traire. Peut voient en lui le cheval qui tire le char.

Nous attendons l’invasion promise de longue date. Les poissons aussi.

Paroles prononcées par Churchill, le 21 octobre 1940, au cours d'un message radiodiffusé.

Les économies, c’est très bien, surtout si vos parents les ont faites pour vous.

Vous avez eu à choisir entre la guerre et le déshonneur vous avez choisi le déshonneur, vous aurez la guerre.

Paroles prononcées par Churchill, en 1938, devant la Chambre des Communes.

Conduisons-nous de telle façon que même si l’Empire britannique et sa Communauté de Nations devaient durer mille ans encore, les hommes diront toujours : Ce fut l’heure la plus belle de leur histoire.

Discours à la Chambre des Communes, 18 juin 1940.

Armez-vous et soyez des preux. Soyez tout prêts pour le conflit, car mieux vaut périr au combat que d’avoir sous les yeux le déshonneur de notre nation et de notre autel. Que tout se passe selon la volonté de Dieu qui est au ciel !

Discours radiodiffusé du 19 mai 1940.

Prenez les armes, et montrez votre valeur, soyez prêts au combat; car il vaut mieux pour nous périr en combattant que d’affronter le spectacle de l’outrage fait à notre nation et à notre autel.

Studio de la BBC, Londres, 19 mai 1940.

La démocratie est le pire système de gouvernement, à l’exception de tous les autres qui ont pu être expérimentés dans l’histoire.

A la Chambre des communes, Londres, 11 novembre 1947.

De Stettin sur la Baltique à Trieste sur l’Adriatique, un rideau de fer s’est abattu sur le continent.

Discours, Collège de Westminster à Fulton (Missouri, Etats-Unis), 5 mars 1946

Aux examens on nous pose toujours des questions dans des domaines qu’on ne connaît pas et jamais dans ceux qu’on connaît bien.

Le courage, c’est ce qu’il faut se lever et parler; le courage est aussi ce qu’il faut pour s’asseoir et écouter.

(Alors qu’on lui demandait quelle devait être la principale qualité d’un politicien) – – C’est la capacité de prédire ce qui va arriver demain, le mois prochain, et l’année prochaine; et, après, d’expliquer pourquoi cela ne s’est pas passé.