Acceuil / Citation

Citations de : Sigmund Freud

Ce qu’il y a d’essentiellement neuf dans ma théorie, c’est l’idée que la mémoire est présente, non pas une seule, mais plusieurs fois, et qu’elle se compose de diverses sortes de signes.

La Naissance de la psychanalyse: Lettres à Wilhelm Fliess (1996), Lettre 52

L’amour parental qui est émouvant et dans son fond si puéril n’est rien d’autre que le narcissisme des parents ressucité…

Le Narcissisme dans Freud (1977) d'Octave Mannoni.

Accrochez-vous ferme à la rampe de la sexualité sinon vous tomberiez dans l’ordure de l’occultisme.

Lettres à Jung

L’imprécision avec laquelle le langage use du terme «amour» est justifiée du point de vue génétique.

Malaise dans la civilisation (1930)

Ce qui m’attachait au judaïsme n’était pas la foi… mais… la claire conscience d’une identité intérieure, le sentiment intime d’une même construction psychique.

Discours devant une association juive (1926)

Mais, monsieur le Juge, il est faux que j’aie emprunté cette théière à mon voisin; d’ailleurs elle était déjà trouée lorsqu’il me l’a prêtée, et, en fin de compte, elle était en parfait état lorsque je la lui ai rendue.

Le mot d'esprit et ses rapports avec l'inconscient

Je crois au hasard extérieur (réel) mais je ne crois pas au hasard intérieur (psychique). C’est le contraire du superstitieux.

Psychopathologie de la vie quotidienne (1901)

Au commencement était l’action.

Totem et Tabou (1913)

La disposition des enfants à une perversion polymorphe peut-être considérée comme la source d’un grand nombre de nos vertus.

Essais de psychanalyse (1927)

Le pire égoïste est celui à qui il n’est jamais venu à l’esprit qu’il pourrait en être un.

Dans Sigmund Freud, lieux, visages, objets.

Notre conscience, loin d’être le juge implacable dont parlent les moralistes, est, par ses origines, de «l’angoisse sociale» et rien de plus.

Essais de psychanalyse (1927)

L’auto-analyse est réellement impossible… S’il en était autrement, il n’y aurait pas de maladie.

Correspondance

Parfois, un cigare n’est rien d’autre qu’un cigare.

La grande question … à laquelle je n’ai pas été capable de répondre … est: – «Que veut la femme?»

Chaque rêve qui réussit est un accomplissement du désir de dormir.

L'interprétation des rêves (1900)

L’homme énergique et qui réussit, c’est celui qui parvient à transformer en réalités les fantaisies du désir.

Cinq leçons sur la psychanalyse (1909)

Si tu veux pouvoir supporter la vie, sois prêt à accepter la mort!

Essais de psychanalyse (1927)

Si l’humanité était capable de s’instruire par l’observation directe des enfants, j’aurais pu m’épargner la peine d’écrire ce livre.

On a beau rêver de boissons: quand on a réellement soif, il faut se réveiller pour boire.

L’humour a non seulement quelque chose de libérateur, mais encore quelque chose de sublime et d’élevé.

L’activité sexuelle s’est d’abord étayée sur une fonction servant à conserver la vie, dont elle s’est rendue indépendante.

Les femmes, peu aptes à la sublimation, souffrent d’un trop-plein de libido.

Des pensées surgissent subitement dont on ne sait d’où elles viennent: on n’est pas capable non plus de les chasser.

Une fête est un excès permis, voire ordonné.

Totem et Tabou (1913)

L’inconscient s’exprime à l’infinitif.

Oeuvres complètes

On ne devient pas pervers, on le demeure.

La psychanalyse par elle-même n’est ni pour ou contre la religion; c’est l’instrument impartial qui peut servir au clergé comme au monde laïque lorsqu’il n’est utilisé que pour libérer les gens de leur souffrance.

Correspondance au pasteur Pfister.

Faute de pouvoir voir clair, nous voulons, à tout le moins, voir clairement les obscurités.

Les qualités de l’objet sexuel, nous les nommerons: excitantes.

Les femmes, c’est le continent noir.

L’humour ne se résigne pas, il défie.

La liberté individuelle n’est nullement un produit culturel.

Totem et Tabou (1913)

Le bonheur est un rêve d’enfant réalisé dans l’âge adulte.

Au fond, personne ne croit à sa propre mort, et dans son inconscient, chacun est persuadé de son immortalité.

Ce qui caractérise toutes les perversions, c’est qu’elles méconnaissent le but essentiel de la sexualité, c’est-à-dire la procréation.

La joie de satisfaire un instinct resté sauvage est incomparablement plus intense que celle d’assouvir un instinct dompté.

La civilisation est quelque chose d’imposé à une majorité récalcitrante par une minorité ayant compris comment s’approprier les moyens de puissance et de coercition.

L'avenir d'une illusion (1927)

Le diable n’est pas autre chose que l’incarnation des pulsions anales érotiques refoulées.

Cité dans l'article sur Satan dans l'Encyclopaedia Universalis.

Le maintien de la civilisation offre la possibilité d’obtenir de chaque nouvelle génération une nouvelle transformation des penchants, condition d’une civilisation meilleure.

Le caractère normal de la vie sexuelle est assuré par la conjonction vers l’objet et le but sexuel de deux courants, celui de la tendresse et celui de la sensualité.

Le rêve est la satisfaction d’un désir.

… l’homme de croyance et de piété est éminemment protégé contre le danger de certaines affections névrotiques; l’adoption de la névrose universelle le dispense de la tâche de former une névrose personnelle.

L'avenir d'une illusion (1927)

Seuls les croyants qui demandent à la science de leur remplacer le catéchisme auquel ils ont renoncé, verront d’un mauvais oeil qu’un savant poursuive et développe ou même qu’il modifie ses idées.

Essais de psychanalyse (1927), Au-delà du principe du plaisir, 1920

Il est toujours possible de lier les uns aux autres dans l’amour une assez grande foule d’hommes, si seulement il en reste d’autres à qui manifester de l’agression.

Le malaise dans la culture (1930)

Non, la science n’est pas une illusion. Mais ce serait une illusion de croire que nous puissions trouver ailleurs ce qu’elle ne peut pas nous donner.

L'avenir d'une illusion (1927)

Il me paraît indiscutable que l’idée du «beau» a ses racines dans l’excitation sexuelle, et qu’originairement, il ne désigne pas autre chose que ce qui excite sexuellement.

Trois essais sur la théorie de la sexualité (1905)

Nous ne sommes jamais aussi mal protégés contre la souffrance que lorsque nous aimons.

Nous ne savons renoncer à rien. Nous ne savons qu’échanger une chose contre une autre.

Les souvenirs oubliés ne sont pas perdus.

Les grandes choses peuvent se manifester par de petits signes.

Le rêve est le gardien du sommeil.

S’il est librement choisi, tout métier devient source de joies particulières, en tant qu’il permet de tirer profit de penchants affectifs et d’énergies instinctives.

Au commencement des temps, les mots et la magie étaient une seule et même chose.

Quand on m’attaque, je peux me défendre; mais devant les louanges, je suis sans défense.

L’accumulation met fin à l’impression de hasard.

Quelquefois, un cigare est juste un cigare.

Platon disait que les bons sont ceux qui se contentent de rêver ce que les méchants font en réalité.

Je ne m’intéresse pas du tout à la vie après la mort!

Ne jamais être nés, voilà l’idéal pour les mortels! Mais à peine si cela arrive à un sur cent mille!

L’analyse ne peut en effet rien nous dire de relatif à l’élucidation du don artistique, et la révélation des moyens dont se sert l’artiste pour travailler, le dévoilement de la technique artistique, n’est pas non plus de son ressort.

Le respect que nous souhaitons obtenir de l’homme envers ses pareils n’est qu’un cas particulier du respect qu’il devrait ressentir pour toutes les formes de la vie.

Le diable est encore le meilleur subterfuge pour disculper Dieu.

La conscience est la conséquence du renoncement aux pulsions.

Malaise dans la civilisation (1930)

L’origine des névroses est à chercher dans des traumatismes apparus durant l’enfance.

L’éducation doit chercher sa voie entre le Scylla du laissez-faire et le Charybde de l’interdiction.

Nouvelles Conférences sur l'introduction à la psychanalyse

Il existe infiniment plus d’hommes qui acceptent la civilisation en hypocrites que d’hommes vraiment et réellement civilisés.

Essais de psychanalyse (1927), Considérations actuelles sur la guerre et la mort

De quelque manière qu’on s’y prenne on s’y prend toujours mal.

Autrui joue toujours dans la vie de l’individu le rôle d’un modèle, d’un objet, d’un associé ou d’un adversaire.

Après trente ans passés à étudier la psychologie féminine, je n’ai toujours pas trouvé de réponse à la grande question: Que veulent-elles au juste?

Le premier être humain à jeter une insulte, plutôt qu’une pierre est le fondateur de la civilisation

Les hommes sont forts, tant qu’ils défendent une idée forte ; ils deviennent impuissants, dès qu’ils veulent s’y opposer.

Cinq leçons sur la psychanalyse (1909)

Si nous admettons comme un fait expérimental ne souffrant aucune exception que tout ce qui vit retourne à l’état inorganique, meurt pour des raisons internes, nous pouvons dire : la fin vers laquelle tend toute vie est la mort.

Essais de psychanalyse (1927)

Le caractère normal de la vie sexuelle est assuré par la conjonction vers l’objet et le but sexuels de deux courants, celui de la tendresse et celui de la sensualité.

Trois essais sur la théorie de la sexualité (1905)

Pensez au contraste attristant qui existe entre l’intelligence rayonnante d’un enfant bien portant et la faiblesse mentale d’un adulte moyen.

L'avenir d'une illusion (1927)

L’inconscient est le psychique lui-même et son essentielle réalité.

L'interprétation des rêves (1900)

Dans les temps que nous pouvons nommer pré-scientifiques, les hommes n

Sur le rêve (1900)

Vous savez rapprocher de si près l’expression de l’objet, que les plus fins détails de celui-ci deviennent perceptibles, et que l’on croit saisir des relations et des qualités qui jusqu’à présent n’avaient absolument jamais été exprimées par le langage.

Lettre, à Stefan Zweig, 14 avril 1925

Nous ne sommes jamais aussi mal protégés contre la souffrance que lorsque nous aimons, jamais plus irrémédiablement malheureux que si nous avons perdu la personne aimée et son amour.

Malaise dans la civilisation (1930)

Qui naît mélancolique tête la tristesse en tout évènement.

Lettre, à Stefan Zweig

Aux îles Salomon, l’homme une fois marié, ne doit plus voir sa belle-mère ni lui parler. Lorsqu’il la rencontre, il feint de ne pas la connaître et se met à courir aussi vite que possible, pour se cacher.

Totem et Tabou (1913)

La question du but de la vie humaine a été posée d’innombrables fois; elle n’a jamais encore reçu de réponse satisfaisante. Peut-être n’en comporte-t-elle aucune.

Malaise dans la civilisation (1930)

Nous insistons toujours sur le caractère occasionnel de la mort: accident, maladie, infection, profonde vieillesse, révélant ainsi nettement notre tendance à dépouiller la mort de tout caractère de nécessité, à en faire un événement purement accidentel.

Considérations actuelles sur la guerre et la mort (1915)

On sait, en effet, qu’en plaisantant on peut tout dire, même la vérité.

Considérations actuelles sur la guerre et la mort (1915)

Rendre la vie supportable est le premier devoir du vivant.

Considérations actuelles sur la guerre et la mort (1915)

L’homme est rarement tout à fait bon ou mauvais, le plus souvent bon dans telle relation, mauvais dans telle autre ou bon dans telle circonstance et dans telle autre franchement mauvais.

Considérations actuelles sur la guerre et la mort (1915)

Le rêve a pour fonction d’être le gardien du sommeil, qu’il résulte de la rencontre de deux tendances opposées, dont l’une, le besoin de sommeil, reste constante, tandis que l’autre recherche à satisfaire une excitation psychique.

Introduction à la psychanalyse (1916-1917)

Le refoulement d’une intention de dire quelque chose constitue la condition indispensable d’un lapsus.

Introduction à la psychanalyse (1916-1917)

Tout métal a le pouvoir magique d’en attirer d’autre; le papier est emporté par le vent. Tu sais que je suis devenu superstitieux. La raison est terriblement austère et sombre; une petite superstition a quelque charme.

Lettre, à sa fiancée Martha, 4 Juillet 1882

L’interprétation des rêves est la voie royale qui mène à la connaissance de l’inconscient dans la vie psychique.

Science des rêves (1926)

Le moi n’est pas maître dans sa propre maison.

Introduction à la psychanalyse (1916-1917)

Je vous ai évité par une sorte de crainte de rencontrer mon double. Votre sensibilité aux vérités de l’inconscient, de la nature pulsionnelle de l’homme, tout cela éveillait en moi un étrange sentiment de familiarité.

Lettre à Arthur Schnitzler

L’analyse n’a pas à rendre les réactions morbides impossibles mais à procurer au moi du malade la possibilité de se décider pour ceci ou cela.

Le rêveur ne déchiffre pas plus le sens de ses rêves que l’hystérique ne pénètre la signification de ses symptômes.

Cinq leçons sur la psychanalyse (1909)

Lorsque l’homme adopta la position verticale et que se réduisit son odorat, ce ne fut pas seulement son érotisme anal qui faillit être victime d’une répression organique, mais toute sa sexualité.

Malaise dans la civilisation (1930)

Le désir de faire souffrir l’objet sexuel – ou le sentiment opposé, le désir de se faire souffrir soi-même – est la forme de perversion la plus fréquente et la plus importante de toutes.

Trois essais sur la théorie de la sexualité (1905)

Le rêveur a à sa disposition le mode d’expression symbolique qu’il ne connaît ni ne reconnaît à l’état de veille.

Introduction à la psychanalyse (1916-1917)

Un symptôme se forme à titre de substitution à la place de quelque chose qui n’a pas réussi à se manifester au dehors.

Introduction à la psychanalyse (1916-1917)

J’ai cherché une thérapie, je n’ai pas voulu fonder une religion.

Je ne cesse d’envier les physiciens et les mathématiciens qui sont sûrs de leur fait. Moi, je plane, pour ainsi dire, dans les airs. Les faits psychiques semblent non mesurables et le demeureront probablement toujours.

Cité par Albert Plé dans Freud et la morale (1969).

La partie est presque gagnée si l’on arrive à transformer les misères de l’hystérie en malheurs ordinaires.

Dans L'Histoire d'Anna O de Lucy Freeman.

Après que le malade a raconté son histoire une première fois, nous le convions à s’abandonner tout à fait aux pensées qui surgissent en lui et à faire part, sans aucune réserve critique, de ce qui lui vient à l’esprit.

L'inquiétante étrangeté et autres essais (1919)

Une tâche qui nous incombe fréquemment est l’interprétation de rêves, c’est-à-dire la traduction du contenu du rêve remémoré en son sens caché.

L'inquiétante étrangeté et autres essais (1919)

En psychanalyse, le malade apporte le concours de ses efforts conscients contre sa résistance, car il a un avantage à attendre de l’examen: la guérison; le criminel en revanche ne coopère pas avec vous, il travaillerait contre son moi tout entier.

L'inquiétante étrangeté et autres essais (1919)

Nous ne pouvons renoncer à rien, nous ne faisons que remplacer une chose par une autre; ce qui paraît être un renoncement est en réalité une formation substitutive ou un succédané.

L'inquiétante étrangeté et autres essais (1919)

Les désirs insatisfaits sont les forces motrices des fantaisies, et chaque fantaisie particulière est l’accomplissement d’un désir, un correctif de la réalité non satisfaisante.

L'inquiétante étrangeté et autres essais (1919)

Personne ne peut se contenter d’avoir fait un mot d’esprit pour soi seul.

Le mot d'esprit et sa relation à l'inconscient (1905)

L’intention du trait d’esprit est de produire du plaisir.

Le mot d'esprit et sa relation à l'inconscient (1905)

Les idées religieuses réalisent les souhaits les plus anciens, les plus forts et les plus pressants de l’humanité.

L'avenir d'une illusion (1927)

En fixant fortement ses adeptes à un infantilisme psychique et en leur faisant partager un délire collectif, la religion réussit à épargner à quantité d’êtres humains une névrose individuelle.

Malaise dans la civilisation (1930)