Acceuil / Citation

Citations de : Salvador Dali

Il vaut mieux péter pour tuer le temps, que de médire, de faire des libelles ou de mauvais vers.

Journal d'un génie adolescent (2006)

J’ai horreur des mouches sales. Je n’aime que les mouches proprissimes/très propres.

Journal d'un génie adolescent (2006)

Les bals les plus réussis sont ceux dont on parle le plus sans y être allé.

Journal d'un génie adolescent (2006)

L’unique chose dont le monde n’aura jamais assez est l’exagération.

Journal d'un génie adolescent (2006)

Le moins qu’on puisse demander à une sculpture, c’est qu’elle ne bouge pas.

Les Cocus du vieil art moderne

Il est difficile d’attirer l’attention tendue du monde pendant plus d’une demi-heure de suite. Moi, j’ai réussi à le faire pendant vingt ans, et chaque jour. Ma devise a été «que l’on parle de Dali même si on en parle bien».

Les moustaches radar (1955-1960)

J’ai déjà dit, en racontant ma rencontre avec lui, que le crâne de Freud ressemblait à un escargot de Bourgogne. La conséquence est évidente: si on veut manger sa pensée il faut la sortir avec une aiguille. Alors elle sort tout entière.

Les moustaches radar (1955-1960)

Nous entrons dans l’ère de la grande peinture. Quelque chose s’est achevé en 1954 avec la mort de ce peintre d’algue tout juste bon à favoriser la digestion bourgeoise, je veux dire Henri Matisse, peintre de la révolution de 1789.

Les moustaches radar (1955-1960)

Pas de chef-d’oeuvre dans la paresse!

L’adolescence est l’apparition des premiers poils.

La Vie secrète de Salvador Dali (1979)

Il est difficile d’attirer l’attention tendue du monde pendant plus d’une demi-heure de suite. Moi, j’ai réussi à le faire pendant vingt ans, et chaque jour. Ma devise a été que l’on parle de Dali même si on en parle bien.

Les moustaches radar (1955-1960)

La tenue est essentielle pour vaincre. Très rares sont les occasions où, dans ma vie, je me suis avili en civil. Je suis toujours habillé en uniforme de Dali.

Journal d'un génie adolescent (2006)

Jamais je n’ai autant eu envie de la manger.

Journal d'un génie adolescent (2006)

Hitler, ne m’intéressait qu’en tant qu’objet de mon délire et que parce qu’il m’apparaissait d’une valeur catastrophique incomparable.

Journal d'un génie adolescent (2006)

L’intelligence conduit, amène au brouillard de nuances du scepticisme, l’intelligence conduit au coefficient gastronomique d’incertitude super-gélatineuse, proustienne et faisandée.

Journal d'un génie adolescent (2006)

La jalousie des autres peintres a toujours été le thermomètre de mon succès.

Journal d'un génie adolescent (2006)

Les erreurs ont presque toujours un caractère sacré. N’essaye jamais de les corriger.

Journal d'un génie adolescent (2006)

L’unique différence entre un fou et moi, c’est que moi je ne suis pas fou.

Journal d'un génie adolescent (2006)

Ne t’occupe pas d’être moderne. C’est l’unique chose que malheureusement, quoi que tu fasses, tu ne pourras pas éviter d’être.

Les Cocus du vieil art moderne (1956)

Dans le hall était assis René Clair, lisant le journal. Il a levé les yeux, ses yeux continuellement sceptiques, cernés, comme on le sait, par la meurtrissure inguérissable et congénitale de cocuage cartésien.

Les moustaches radar (1955-1960)

L’Espagne n’est pas un jardin, ni l’Espagnol un jardinier. L’Espagne est une planète où les roses sont des ânes pourris.

La Vie secrète de Salvador Dali (1979)

Ceux qui ne veulent imiter personne ne créent jamais rien.

Je n’aime lire que ce que je ne comprends pas. Ne comprenant pas, je peux imaginer des multiples interprétations.

Ne craignez pas la perfection. Vous n’y parviendrez jamais.

Il y a toujours un moment dans leur vie où les gens s’aperçoivent qu’ils m’adorent.

La différence entre un fou et moi, c’est que je ne suis pas fou.

Offrir le bon miel à la bonne bouche, au bon moment et au bon endroit.

Peintre, si tu veux t’assurer une place prédominante dans la Société, il faut que, dès ta première jeunesse, tu lui donnes un terrible coup de pied dans la jambe droite.

On comprendra un jour que Raphaël et Vermeer avaient déjà tout découvert en peinture. C’est pourquoi au lieu de persister fastidieusement à théoriser, pour tenter de redécouvrir la peinture… Peignons!

Avant-propos du catalogue de l'exposition à la galerie Bignou, 1945

La différence entre les surréalistes et moi, c’est que je suis surréaliste!

Mes plus beaux souvenirs, ce sont ceux du futur.

Les deux choses les plus heureuses qui puissent arriver à un peintre contemporain sont: primo, être espagnol, et secundo, s’appeler Dali. Elles me sont arrivées toutes les deux.

Le public n’a pas besoin de grande peinture mais de meilleures moustaches.

Ma vie entière a été déterminée par deux idées antagoniques: le sommet et le fond.

M. Dali, quel est votre secret pour avoir du succès? – – Offrir du bon miel à la bonne mouche au bon moment et au bon endroit.

Lorsque les trains déraillent, ce qui me fait de la peine, ce sont les morts de première classe.

Le poète doit, avant qui que ce soit, prouver ce qu’il dit.

Métamorphose de Narcisse

Le moins que l’on puisse demander à une sculpture, c’est qu’elle ne bouge pas.

Les Cocus du vieil art moderne

La révolution russe, c’est la révolution française qui arrive en retard, à cause du froid.

La culture de l’esprit s’identifiera à la culture du désir.

Le Surréalisme au service de la révolution, n° 3

La beauté sera comestible ou ne sera pas.

Les Cocus du vieil art moderne

L’amour, ça commence par la tête, et ça finit par trois petites gouttes dans le tuyau du pipi.

L’activité paranoïaque critique est une force organisatrice et productrice de hasard objectif.

La Conquête de l'irrationnel (1935)

Je suis pratiquant, mais pas croyant.

Il y a des jours où je pense que je vais mourir d’une overdose d’autosatisfaction.