Acceuil / Citation

Citations de : Romain de Bierzynski

On a et on aura toujours beau disserter sur l’amour. C’est la grande puissance du monde, car le besoin d’affection étant la première loi de la nature, il est peut-être l’unique sentiment qui nous vient malgré nous.

Somatologie de la femme (1869)

En amour, la vérité n’est pas une raison. Rien, en matière d’amour, ne ressemble plus à la vérité que le mensonge.

Somatologie de la femme (1869)

L’amour paraît une sensation plutôt qu’un sentiment – un goût aveugle, purement sensuel, qui ne suppose aucun mérite dans celui qui le possède, ni dans celui qui le donne.

Somatologie de la femme (1869)

Parler d’amour, c’est faire l’amour. Parlez d’amour, et les femmes vous écouteront, même les plus sourdes, dit Champfort; mais quand on aime sans réserve, on aime de tout son objet.

Somatologie de la femme (1869)

Vouloir oublier quelqu’un, c’est y songer, dit La Bruyère, c’est un excellent moyen pour rendre l’idée plus intense.

Somatologie de la femme (1869)

La solitude est si douce, peuplée de la pensée de ce qu’on adore; l’absent est toujours présent aux yeux de la personne qui l’aime.

Somatologie de la femme (1869)

Rêver est la plus douce et la plus constante occupation de ceux qui aiment.

Somatologie de la femme (1869)

Dans la grammaire féminine, le verbe aimer se conjugue par personnes, espèces, nombres, temps et accidents.

Somatologie de la femme (1869)

Le propre de l’amour est de voir les personnes et les choses autrement qu’elles ne sont en réalité. C’est un désir qui ne s’assouvit jamais, bien qu’il n’est pas toujours une chose sensuelle; il est la folie ou la poésie de l’amitié.

Somatologie de la femme (1869)

L’amour est un faux monnayeur, qui change continuellement les gros sous en louis d’or, et qui souvent fait de ces louis des gros sous; il est comme l’argent bon serviteur et mauvais maître.

Somatologie de la femme (1869)

L’amour est l’amour – une chose qui ne ressemble à aucune antre. Si, comme l’a dit Pindare, et comme l’a répété Casimir Delavigne, «l’existence de l’homme est le rêve d’une ombre», l’amour fait souvent de ce rêve un cauchemar.

Somatologie de la femme (1869)