Acceuil / Citation

Citations de : Robert Desnos

Les mots sont nos esclaves…

Corps et biens

Les lois de nos désirs sont des dés sans loisir.

Corps et biens

Les disciples de la lumière n’ont jamais inventé que des ténèbres peu opaques.

Corps et biens

Jamais d’autre que toi en dépit des étoiles et des solitudes En dépit des mutilations d’arbre à la tombée de la nuit. Jamais d’autre que toi ne poursuivra son chemin qui est le mien. Plus tu t’éloignes et plus ton ombre s’agrandit.

Corps et biens (1930)

J’ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité. Est-il encore temps d’atteindre ce corps vivant et de baiser sur cette bouche la naissance de la voix qui m’est chère?

Corps et biens (1930)

Puis-je défendre ma mémoire contre l’oubli Comme une seiche qui s’enfuit à perdre sang, à perdre haleine?

Etat de veille (1943), Le cimetière

Dans la nuit il y a les merveilles du mondes. Dans la nuit il n’y a pas d’anges gardiens mais il y a le sommeil. Dans la nuit il y a toi. Dans le jour aussi.

Les Espaces du sommeil

Une fourmi parlant français, Parlant latin et javanais, Ca n’existe pas, ça n’existe pas. Eh ! Pourquoi pas?

Chantefables et chantefleurs (1970), La fourmi

La reproduction est le propre de l’espèce, mais l’amour est le propre de l’individu.

La Liberté ou l'Amour (1927)

Tout sur terre est baroque. Le bateau n’est pas plus fait pour la mer que pour le ciel.

Nouvelles-Hébrides et autres textes (1922-1930)

Pourtant, pensez à ceux qui sont muets et sourds, – Car ils sont morts assassinés au petit jour.

Cité par Pierre Seghers dans La Résistance et ses poètes.

Il y a beau jour que tout le monde sait que l’homme descend du singe, mais on le cacha longtemps pour ne pas humilier ce dernier.

Le plaisir des morts est de moisir à plat.

Le temps est un aigle agile dans un temple.

Corps et biens

La surprenante métamorphose du sommeil nous rend égaux aux dieux.

Deuil pour deuil

L’homme réfléchit l’homme.

Fortunes

Homme! Il est d’autres hommes.

Fortunes

Aimable souvent est sable mouvant.

Corps et biens

… de toute boue – faire un ciment, un marbre, un ciel, un nuage et une joie et une épave.

Fortunes

La Seine charriait des nappes grumeleuses qui s’arrêtaient aux piles des ponts et se dissolvaient en firmaments.

La Liberté ou l'Amour (1927)

Phalange des anges, aux angélus préférez les phallus.

Rrose Selavy (1922)

Les fondateurs du club, derniers occultistes, se sont réunis pour la première fois au début de la Restauration.

La Liberté ou l'Amour (1927)

Je t’aime et tu feins de m’ignorer. Je veux croire que tu feins de m’ignorer ou plutôt non ta mimique est pleine d’allusions. La phrase la plus banale a des sous-entendus émouvants quand c’est toi qui m’adresses la parole.

La Liberté ou l'Amour (1927)

Paysage de l’émotion, région supérieure de l’amour où nous construisons des tombeaux jamais occupés, lorsque la métamorphose physique finale est évoquée en votre présence l’homme prend quelque noblesse.

La Liberté ou l'Amour (1927)

Rrose Sélavy demande si les Fleurs du Mal ont modifié les moeurs du phalle : qu’en pense Omphale ?

Rrose Sélavy (1922-1923)

Rrose Sélavy propose que la pourriture des passions devienne la nourriture des nations.

Rrose Sélavy (1922-1923)

Bébé Cadum, ou plutôt le Cristi, puisqu’il faut, à notre époque, l’appeler par son nom, avait trente-trois ans. La barbe eût donné à son visage un aspect sinistre sans le sourire enfantin que dessinaient ses lèvres.

La Liberté ou l'Amour (1927)

Nul ne connaîtrait la magie des boules sans la bougie des mâles.

Rrose Sélavy (1922-1923)

Notre âge est l’infini et l’infini veut que la rencontre, la coïncidence ait lieu aujourd’hui dans un wagon roulant vers la catastrophe.

La Liberté ou l'Amour (1927)

Chaque récolte est enfermée dans une petite ampoule de cristal, de verre ou d’argent, soigneusement étiquetée et, avec les plus grandes précautions, expédiée à Paris.

La Liberté ou l'Amour (1927)

Je ne vais à la Bibliothèque Nationale que pour lire des livres obscènes et je suis prêt à faire l’amour avec n’importe qui.

Les Pénalités de l'Enfer (1922)

Je suis seul, capable encore et plus que jamais d’éprouver la passion. L’ennui, l’ennui que je cultive avec une rigoureuse inconscience pare ma vie de l’uniformité d’où jaillissent la tempête et la nuit et le soleil.

La Liberté ou l'Amour (1927)

Dans la nuit il y a toi sans doute que je ne connais pas, que je connais au contraire. Mais qui, présente dans mes rêves t’obstines à s’y laisser deviner sans y paraître.

Corps et biens (1930)

La magie des couleurs qui, pour les peintres, n’est pas encore un lieu commun, tenait dans ma petite cuillère. Je l’avais en effet trempée dans du pétrole de première qualité.

La Liberté ou l'Amour (1927)

L’étoile du Nord à l’étoile du Sud envoie ce télégramme ! Décapite à l’instant ta comète rouge et ta comète violette qui te trahissent. – L’étoile du Nord.

La Liberté ou l'Amour (1927)

Avez-vous la monnaie de ma pièce ? Personne au monde ne peut avoir la monnaie de ma pièce.

La Liberté ou l'Amour (1927)

C’est après-demain la grande immigration. L’écliptique deviendra une petite spirale violette. La terre aura deux chignons de verdure et une ceinture de chasteté en glace.

La Liberté ou l'Amour (1927)

Morts férus de morale votre tribu attend-elle toujours un tribunal ?

Rrose Sélavy (1922-1923)

Là-bas, d’autres gouttes d’eau connaissent la compagnie des poissons (qui dira l’extraordinaire importance des poissons en poésie ? ils évoquent le feu et l’eau et ce sont eux que regrettent les gouttes dans les conduites de plomb de la cité).

La Liberté ou l'Amour (1927)

Si le silence est d’or, Rrose Sélavy abaisse ses cils et s’endort.

Rrose Sélavy (1922-1923), décembre 1922

Et ce deuxième pélican Pond, à son tour, un oeuf tout blanc D’où sort, inévitablement Un autre, qui en fait autant. Cela peut durer pendant très longtemps Si l’on ne fait pas d’omelette avant.

Le Pélican

Le Capitaine Jonathan, Etant âgé de dix-huit ans Capture un jour un pélican Dans une île d’Extrême-orient, Le pélican de Jonathan Au matin, pond un oeuf tout blanc Et il en sort un pélican Lui ressemblant étonnamment.

Le Pélican

Ce que nous demandons au cinéma, c’est l’impossible, c’est l’inattendu, le rêve, la surprise, le lyrisme qui effacent les bassesses dans les âmes et les précipitent enthousiastes aux barricades et dans les aventures.

Le Soir, 2 avril 1927.

Ce que nous demandons au cinéma, c’est ce que l’amour et la vie nous refusent, c’est le mystère, c’est le miracle.

Le Soir, 2 avril 1927.

Ma plume est une aile et sans cesse, soutenu par elle et par son ombre projetée sur le papier, chaque mot se précipite vers la catastrophe ou vers l’apothéose.

La Liberté ou l'Amour (1927)

Où est-il le temps des galères et celui des caravelles? Il est loin comme une minute de sable dans le trébuchet du destin.

La Liberté ou l'Amour (1927)

Amoureux voyageur sur la carte du tendre, pourquoi nourrir vos nuits d’une tarte de cendre?

Rrose Sélavy (1922-1923)

J’ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.

Corps et biens (1930)

Amants tuberculeux, ayez des avantages phtisiques.

Corps et biens (1930)

L’Assassin, fidèle amant de la Nuit, se présente devant sa maîtresse à l’épouvantement du paysage qui voit les deux figures blêmes s’accoler au milieu des fleurs d’aconit.

La Liberté ou l'Amour (1927)

La nuit tombe, une nuit noire et méchante qui les égare des feux mouvants d’une forge aux blêmes lumières d’un homicide océan.

La Liberté ou l'Amour (1927)

Voix d’une femme, qui sort d’un lampadère, la nuit, rue de Rivoli. – Veux-tu, chéri, cueillir des pigments biliaires au champ n° 3 dans la campagne de la chansonnette ? Le champ n° 3 ? j’y suis allé sur les mains.

Les Pénalités de l'Enfer (1922)

Pauvre étoile brillante à l’abri des pêcheurs elle étend voluptueusement ses cinq branches délicates et fait tant que l’huître libère à la fin la perle dont le temps et la maladie lui avaient fait don.

La Liberté ou l'Amour (1927)

L’éternité comme une immense coquille d’oeuf m’entoure de tous côtés et voici que la liberté, belle lionne, se métamorphose à son gré.

La Liberté ou l'Amour (1927)

Nul paradis n’est permis à qui s’est rendu compte un jour de l’existence de l’infini.

La Liberté ou l'Amour (1927)

Héritiers impatients conduisez vos ascendants à la chambre des tonnerres.

Rrose Sélavy (1922-1923)

Bébé Cadum magnifiquement éclairé reste seul, témoin attentif des événements dont la rue, espérons-le, sera le théâtre.

La Liberté ou l'Amour (1927)

Les dents des femmes sont des objets si charmants qu’on ne devrait les voir qu’en rêve ou à l’instant de la mort.

La Liberté ou l'Amour (1927)

Dans la nuit il y a naturellement les sept merveilles du monde et la grandeur et le tragique et le charme. Les forêts s’y heurtent confusément avec des créatures de légende cachées dans les fourrés. Il y a toi.

Les Espaces du sommeil (1975)

Une place pour les rêves – Mais les rêves à leur place.

Etat de veille

Si nous ne dormons pas c’est pour guetter l’aurore – Qui prouvera qu’enfin nous vivons au présent.

Etat de veille

Si j’aime les trains c’est sans doute parce qu’ils vont plus vite que les enterrements.

C'est les bottes de sept lieues cette phrase: "Je me vois."

Poème, je ne vous demande pas l’aumône, – Je vous la fais.

Fortunes

Plus que poli pour être honnête – Plus que poète pour être honni.

Corps et biens

Plus grande est notre fortune – Et plus sombre est notre sort.

Le Bain avec Andromède

Les trésors d’un coeur pur ne souffrent pas partage.

Fortunes