Acceuil / Citation

Citations de : René Daumal

Quand les pieds ne veulent plus vous porter, on marche avec sa tête. Et c’est vrai. Ce n’est peut-être pas dans l’ordre naturel des choses, mais ne vaut-il pas mieux marcher avec la tête que penser avec les pieds, comme il arrive souvent ?

Le Mont Analogue (1952)

Visible, nous le verrions le poète voyant, il nous verrait et nous pâlirions dans nos pauvres ombres, nous lui en voudrions d’être si réel, nous les malingres, nous les gênés, nous les tout-chose.

Cahiers René Daumal (1987-1996)

Il n’y a pas de place dans la haute montagne, disait-il, pour le fantastique, parce que la réalité y est par elle-même plus merveilleuse que tout ce que l’homme pourrait imaginer.

Le Mont Analogue (1952)

Il n’y a pas de place dans la haute montagne pour le fantastique, parce que la réalité y est par elle-même plus merveilleuse que tout ce que l’homme pourrait imaginer.

Le Mont Analogue (1952)

Aussi l’amour vrai, celui qui n’est pas une simple systématisation des désirs individuels autour d’un objet physiquement, psychologiquement et socialement commode, n’aveugle pas mais illumine.

Le Contre-ciel (1936)

Personne ne fit de discours sur sa tombe. Personne n’avait soupçonné qui il était. Et qui sait ? lui-même non plus peut-être. C’était pourtant un bien puissant magicien.

Lettres nouvelles (1954), Le Grand Magicien

On ne supprime pas la faim en ôtant l’estomac – mais en donnant à manger.

Lettre, à Georges Ribemont-Dessaignes, 5 janvier 1944

Même pas moyen d’être saoul. Pourquoi boire donne-t-il soif? Comment sortir de ce cercle?

La Grande Beuverie (1938)

La véritable nuit est dans le coeur des fleurs, des grandes fleurs noires qui ne s’ouvrent jamais.

Le Contre-ciel (1936)

Il y a des batailles aériennes d’ondes qui … tourbillonnent entre ciel et terre comme le regret indestructible du suicidé qui à mi-chemin de sa chute du sixième étage, soudain ne voudrait plus mourir.

La Grande Beuverie (1938)

Tout poème naît d’un germe, d’abord obscur, qu’il faut rendre lumineux pour qu’il produise des fruits de lumière.

Poésie noire et poésie blanche (1954)

Si le soleil ne s’éteint pas sur mes Etats, c’est que mon règne est d’un seul jour.

Le Contre-ciel

Ne cesse pas de reculer derrière toi-même.

Le Contre-ciel

Mâle le Non, il regarde la femelle.

Le Contre-ciel

Le hasard est plus docile qu’on ne pense. Il faut l’aimer. Et dès qu’on l’aime, il n’est plus hasard, ce gros chien imprévu dans le sommeil des jeux de quilles.

Lettres à ses amis

La véritable nuit est dans le coeur des fleurs, des grandes fleurs noires qui ne s’ouvrent pas.

Le Contre-ciel

La porte de l’invisible doit être visible.

Le Mont Analogue

La nuit de vérité nous coupe la parole.

Le Contre-ciel

L’homme ne peut pas vivre sans feu, et l’on ne fait pas de feu sans brûler quelque chose.

Chaque fois que l'aube paraît

Dieu est nommé pour le seul être que l’on puisse adorer en soi sans être enchaîné par l’orgueil.

Lettres à ses amis

Comme la magie, la poésie est noire ou blanche, selon qu’elle sert le sous-humain ou le surhumain.

Poésie noire et poésie blanche (1954)

Chaque fois que l’aube paraît, le mystère est là tout entier.

Poésie noire et poésie blanche (1954)

Ceux qui croient avoir trouvé la paix, ce n’est souvent que par défaut d’amour.

Lettres à ses amis

C’est notre grande maladie de parler pour ne rien voir.

Poésie noire et poésie blanche (1954)