Acceuil / Citation

Citations de : René Barjavel

La guerre est un processus d’automutilation déclenché au sein de l’espèce humaine par la violation de la loi d’équilibre du monde vivant.

La faim du tigre

Rien ne justifie la guerre. Jamais.

La faim du tigre

L’homme en train de devenir géant serre contre son coeur l’arme de suicide. L’actionnera-t-il avant d’avoir escaladé le ciel?

La faim du tigre

Le Dieu-papa que nous proposent les religions leucémiques est une tentative aussi dérisoire et aussi cocasse d’apaiser notre soif que l’octroi d’une goutte de sirop à un déshydraté.

La faim du tigre

On ne hait pas, on n’adore pas un je-ne-sais-quoi.

La faim du tigre

L’adorer ou le haïr est pareillement infantile.

La faim du tigre

Nul ne sait plus ce que signifie le nom de Dieu.

La faim du tigre

Alors d’où viennent l’oreille et la marguerite? – IL Y A QUELQU’UN. – Il y a quelqu’un sous le lit, dans l’armoire! Il y a quelqu’un dans notre vie, dans notre chair. Quelqu’un qui nous a faits et qui fait de nous ce qu’il veut.

La faim du tigre

Le hasard ne conçoit pas, n’ajuste pas, n’organise pas. Le hasard ne fait que de la bouillie.

La faim du tigre

Quand on se croit obligé d’exprimer sa gratitude, on perd la moitié de sa joie.

Une rose au paradis

… comme un oiseau dans une cage. Il a mal aux ailes…

Une rose au paradis

Il n’y aurait pas entre eux de lassitude, ni de ces habitudes dont le poids peu à peu accumulé fait sombrer l’exceptionnel dans le banal, et l’asphyxie.

Le Grand Secret (1973)

Il y avait lui et elle, tout le reste n’était rien.

Le Grand Secret (1973)

Toutes les religions du monde nous racontent, à des détails près, la même histoire, comme si l’humanité toute entière avait bénéficié, à un moment de son existence, de la même connaissance et des mêmes certitudes.

La Faim du tigre (1966)

J’admirai avec quelle pureté, à travers mille siècles, les traditions de la guerre s’étaient conservées.

Le Voyageur imprudent (1944)

Vivre les malheurs à l’avance, c’est les subir deux fois.

La Nuit des temps (1968)

Si Dieu est partout, la porte qui s’ouvre sur lui est partout. La rose, le petit chat, les étoiles du matin. Mais la porte la plus proche de l’homme, c’est l’homme.

La Faim du tigre (1966)

Si Dieu avait eu besoin d’être adoré, il n’eût créé que des chiens. Le chien est bien plus apte que l’homme à l’amour.

La Faim du tigre (1966)

Comme la mort, la guerre est un phénomène biologique.

La Faim du tigre (1966)

Tant qu’on a essayé de combattre la peste avec des mots latins, elle a tranquillement dévoré l’humanité.

La Faim du tigre (1966)

Je t’écris cette lettre et je vais la brûler pour que tu la reçoives à travers les distances et les murailles.

Le Grand Secret (1973)

Un adulte n’est qu’un enfant qui a commencé a pourrir.

La Nuit des temps (1968)

J’aurais pu crier la vérité, crier le nom de Païkan, tu aurais su avant de mourir qu’il était près de toi, que vous mouriez ensemble comme tu l’avais souhaité. Mais quels regrets atroces, alors que vous pouviez vivre.

La Nuit des temps (1968)

Rien qu’une nuit… Et quand tu te réveilleras, je serais mort depuis si longtemps que tu n’auras plus de peine.

La Nuit des temps (1968)

Elle va mourir parce que nous ne la comprenons pas. Elle meurt de faim, et nous la laissons mourir parce que nous ne la comprenons pas quand elle nous dit avec quoi nous pourrions la nourrir.

La Nuit des temps (1968)

Te montrer à l’univers, le temps d’un éclair, puis m’enfermer avec toi, seul, et te regarder pendant l’éternité.

La Nuit des temps (1968)

Pendant ces quelques secondes, il n’y aurait pas eu assez d’horreur dans le monde pour emplir ton coeur.

La Nuit des temps (1968)

Sous cette brume empoisonnée par leurs fatigues d’hier, des millions d’hommes s’éveillent, déjà exténués d’aujourd’hui.

La Nuit des temps (1968)

Elle poussa de joie et de douleur le dernier cri de vie de la Terre, et il sut, avant de devenir torche, qu’il avait trouvé, et que le diable l’avait eu.

Le diable l'emporte (1948)

Eût-elle vécu milles années, elle n’avait plus rien de semblable à connaître.

Le diable l'emporte (1948)

Un dé à coudre empli de tourbillons de rien: c’est l’humanité.

La Faim du tigre (1966)

Les individus vivants, milliards d’hommes, de mouches ou de pissenlits, ne sont que des véhicules. La vie se fait porter par eux à travers le temps et l’espace.

La Faim du tigre (1966)

Tout être vivant normalement constitué n’est qu’un organe de reproduction.

La Faim du tigre (1966)

L’imagination, c’est de la mémoire passée à la moulinette et reconstituée en puzzles différents. Un être humain qui aurait été élevé uniquement dans du rouge, derrière des vitres rouges, ne pourrait jamais imaginer le bleu.

Une rose au paradis (1981)

Il valait mieux se conduire comme un troupeau de brebis que comme un tas de cailloux. Et qui sait? Pourquoi pas? peut-être quelqu’un, là-haut, entendrait leurs bêlements et interviendrait…

Une rose au paradis (1981)

Méfie-toi toujours des imbéciles, ils sont plus dangereux que les loups.

Les Dames à la licorne (1974)

L’acharnement du malheur eut raison de l’acharnement du courage.

Les Dames à la licorne (1974)

Mais parce que personne n’est obligé à rien, chacun se sent obligé envers tous.

Le Grand Secret (1973)

Dans notre paradis, aucun fruit ne peut naître. Mais nos fleurs sont immortelles.

Le Grand Secret (1973)

J’ai acquis l’immortalité. Et elle est contagieuse.

Le Grand Secret (1973)

Je te regarde, et quand je ne te regarde pas je pense à toi, et quand je ne pense pas à toi, je suis morte…

Le diable l'emporte (1948)

Je le répète: j’avais les moyens de donner à l’humanité la chance de se survivre. J’ai mis ces moyens en oeuvre. Saurez-vous profiter de cette chance et qu’en ferez-vous? C’est votre affaire, ce n’est plus la mienne. Et je dois dire que cela m’est égal…

Le diable l'emporte (1948)

Les routes vers Dieu sont perdues. Dieu n’est plus accessible qu’aux aventuriers.

La Faim du tigre (1966)

Les enfants sont des sages.

La Charette bleue (1981)

(François) entreprit de fabriquer un alambic. Il nettoya une petite bombonne …, la débarrassa de sa robe d’osier, perça le bouchon, y adapta un tuyau …

Ravage (1943)

Quelle merveilleuse harmonie règne dans l’univers. Bien que pris dans le détail ça fasse un fameux merdier.

Le bonheur de demain n’existe pas. Le bonheur, c’est tout de suite ou jamais. Ce n’est pas organiser, enrichir, dorer, capitonner la vie, mais savoir la goûter à tout instant.

Si j'étais Dieu...

Nous savons au moins déjà une chose, c’est que l’homme est merveilleux, et que les hommes sont pitoyables.

Les hommes d’Etat vivent au jour le jour, tous les événements les surprennent, et les problèmes qu’ils s’efforcent de résoudre sont ceux de la veille ou de l’avant-veille, qu’ils n’ont d’ailleurs pas encore compris.

Une rose au paradis

Dieu n’est que l’image de quelque chose, principe, force, idée, esprit, volonté, que nous ne pouvons concevoir ni nommer.

La faim du tigre

Les amants inventent leur propre vocabulaire, mais il n’a de signification que pour eux.

L'Enchanteur

Faut réfléchir avant de faire le bien! Faut être sûr que c’est un bon bien!

L'Enchanteur

Il est des morceaux de temps sur lesquels je ne peux rien. Ni Dieu non plus. Il lui a fallu sept jours pour créer le monde.

L'Enchanteur

Ce que je sais n’est pas forcément ce que tu pourrais découvrir, dit Merlin. Le mieux est d’y aller voir.

L'Enchanteur

Le mieux est de faire de son mieux… Quand viendra le moment de ne plus rien faire je serai heureux d’être arrivé au bout de ma tâche…

L'Enchanteur

Mais si le Diable parle parfois, Dieu se tait, toujours. Il faut trouver les réponses seul.

L'Enchanteur

Ce qui s’apprend sans peine ne vaut rien et ne demeure pas.

L'Enchanteur

La raison rétrécit la vie, comme l’eau rétrécit la laine, si bien qu’on s’y sent coincé et on ne peut plus lever les bras.

L'Enchanteur

Les grands mathématiciens doivent avoir dans leur cerveau les mêmes circonvolutions-antennes, capteuses de lumière invisible, que les grands poètes.

La charrette bleue

On se sait jamais rien. Sauf ce qui est sans importance.

La Tempête

L’inutilité totale, degré suprême du luxe…

Journal d'un homme simple

Nos petits-enfants seront en paix, ou ne seront pas.

Demain le paradis

C’est la forme la plus exquise du comportement politicien, qui consiste à utiliser un fait vrai pour en faire un mensonge.

Demain le paradis

En parlant du pétrole: … du jus de cadavres.

Demain le paradis

J’ai beaucoup travaillé, et je continue. J’ai aimé ce que je faisais, même quand je ne faisais pas ce que j’aimais.

Demain le paradis

Ce qui, justement, fait le prix, la qualité de la vie humaine, c’est sa brièveté.

Demain le paradis

L’inutile et le superflu sont plus indispensables à l’homme que le nécessaire. Le chant du merle est inutile, la rose est superflue. Le travail est nécessaire…

Si j'étais Dieu...

Le pire des crimes, c’est de torturer ou massacrer les êtres humains pour faire leur salut ou leur bonheur selon sa propre idée.

Si j'étais Dieu...

Tu es assis près d’un ruisseau et tu as soif. Même si tu es idiot, tu sais que l’eau va te désaltérer. C’est ça comprendre…

Si j'étais Dieu...

Rien n’est impossible à la mauvaise volonté de l’homme.

Si j'étais Dieu...

Il n’y a pas de détail! Chaque infime partie contient Tout…

Si j'étais Dieu...

Comment puis-je croire ce que je ne comprends pas?

Si j'étais Dieu...

L’homme m’embête! Si on l’écoutait, on ne s’occuperait que de lui!

Si j'étais Dieu...

Celui qui copie la nature est impuissant, celui qui l’interprète est ridicule, celui qui l’ignore n’est rien du tout.

Colomb de la lune

La terre est une graine en train de germer.

Colomb de la lune

La vérité, c’est ce qu’on croit.

Colomb de la lune

Il arrive rarement qu’un homme dise à une femme qu’elle est intelligente. Il a bien d’autres compliments à lui faire. Aussi toute femme se trouve-t-elle étonnée et flattée de se l’entendre dire. Même si elle l’est.

Colomb de la lune

Les savants sont des enfants qui s’amusent. Ils ouvrent les choses pour voir ce qu’il y a dedans, ils envoient des cailloux dans le ciel et ils se créent un vocabulaire à eux, pour que personne ne le comprenne, pour fermer le clan, la petite bande.

Colomb de la lune

Tout homme en sait autant que Dieu. Mais il ignore ce qu’il sait.

Colomb de la lune

Trop souvent, un savant n’est devenu savant que pour se venger de ses imperfections physiques.

Colomb de la lune

On ne quitte pas une maison qu’on trouve sale. On la nettoie.

La faim du tigre

Quand les églises prétendent que Dieu n’est ni montrable ni démontrable, elles ne démontrent que l’ignorance où elles sont tombées.

La faim du tigre

Dieu n’est plus accessible qu’aux aventuriers.

La faim du tigre

Dieu est entier dans chaque portion de sa création. Il est entier dans chaque créature. – Attention! Il est en toi, tout entier! – Il est dans moi! – Nous voilà bien avancés… – Tu le sens, toi? – Zéro…

La faim du tigre

Vous l’avez vu, vous, le Constructeur?

La faim du tigre

Il faut que vienne le temps de l’évidence. Dieu doit nous être montré comme deux et deux font quatre.

La faim du tigre

Les prêtres ont reçu la clé de l’alphabet et la mission de la transmettre. Malheureusement, ils l’ont perdue en chemin.

La faim du tigre

Je suis profondément convaincu, que la vérité de Dieu n’est pas plus mystérieuse que la vérité scientifique. – Mais nous sommes intoxiqués par les fumées d’encens dressées comme un rideau stratégique entre Dieu et les hommes.

La faim du tigre

Dieu n’est pas bon non plus. Il suffit de jeter un coup d’oeil sur le monde pour se rendre à l’évidence. C’est la contradiction entre cette évidence et le bon Dieu vanté par des propagandistes puérils qui multiplie les incroyants.

La faim du tigre

Pauvres petits curés joueurs de ballon, pauvres pasteurs bêlants, que sont-ils capables d’expliquer, eux qui non seulement ignorent tout du Créateur et de la Création, mais ne comprennent rien à la créature?

La faim du tigre

Une femme qui aime n’admet pas qu’un homme puisse avoir une pensée, un geste, un soupir, qui ne lui soit pas destiné. Elle ne tolère pas qu’il travaille, qu’il respire.

Colomb de la lune

Les hommes croient choisir leur femme: c’est toujours la femme qui harponne. Mais sa décision n’est pas libre non plus. Elle est le résultat des rencontres, des humeurs, du milieu. On se marie par hasard. Il y a des hasards heureux.

Colomb de la lune

Il est de ceux derrière qui l’herbe se redresse. Il pèse à peine la moitié de son poids.

Colomb de la lune

Tout homme plongé dans l’obscurité écarquille les paupières comme si de plus de ténèbres absorbées pouvait naître la lumière.

Colomb de la lune

La nuit n’est nuit que pour nous. Ce sont nos yeux qui sont obscurs.

Colomb de la lune

Il rêvait très lentement, car sa vie était lente.

Colomb de la lune

Les pères sont toujours entrain de faire une guerre, et quand ils en reviennent, les enfants ont grandi et les mères sont mortes.

Colomb de la lune

C’est l’oeil qui fait la lumière.

La faim du tigre

Ce-qui-crée crée sa Création.

La faim du tigre

Rien ne justifie la souffrance des innocents. Le Tout n’est pas assez pour payer un agneau égorgé.

La faim du tigre

Le naturel est miraculeux.

La faim du tigre

Le monde est infini non seulement dans toutes les directions de l’espace, mais aussi dans ses vérités.

La faim du tigre

Un dé à coudre rempli de tourbillons de rien: c’est l’humanité.

La faim du tigre

Pourquoi tuer? – Pour survivre. – Et pourquoi survivre? Pour tuer?

La faim du tigre

La vie telle que nous la vivons, telle que nous la connaissons, c’est d’abord la souffrance et le meurtre.

La faim du tigre

Le nom de Dieu a trop servi.

La faim du tigre

L’amour, c’est l’oubli de soi.

La faim du tigre

Tu y es à ta place, avec ta forme à toi, et ta fonction, que tu ignores. Tu travailles, tu dors, tu respires sans te préoccuper. Tu existes. Comme le grain de sable sur la plage.

La faim du tigre

Chaque fleur est un sexe. Y avez-vous pensé quand vous respirez une rose?

La faim du tigre

Les hommes rêvent, se fabriquent des mondes idéaux et des dieux. Les femmes assurent la solidité et la continuité du réel.

Une rose au paradis

Ni la loi ni l’espèce ne se soucient des individus. – Mais ce sont les individus qui vont griller.

La faim du tigre

Dieu était partout, et les « voyageurs » venus le chercher de si loin ne le trouvaient nulle part, parce qu’ils oubliaient de le chercher en eux-mêmes.

Les Chemins de Katmandou (1969)

Il est deux choses qui subsisteront sur terre, tant qu’il y aura des humains : l’amour et la guerre !

La Nuit des temps (1968)

Sur toutes les frontières, à mesure que se levaient les barrières douanières, des barrières policières les remplaçaient.

La Nuit des temps (1968)

On ne saura plus rien, à l’époque où on croira tout savoir.

L'Enchanteur (1984)

Les pentes de ses hanches étaient comme celles de la dune la plus aimée du vent de sable qui a mis un siècle à la construire de sa caresse.

La Nuit des temps (1968)

Depuis qu’il avait vu Viviane, il savait qu’elle pouvait être pour Arthur, sur le chemin du Graal, un obstacle plus haut que les montagnes du pays des Saines dont le sommet gratte la plante des pieds de Saint Pierre à la porte du Paradis.

L'Enchanteur (1984)

Merlin avait besoin de solitude, de silence et de recharger ses forces. Il sourit à l’évocation de ses amis les arbres et se retrouva au milieu d’eux, dans sa chère forêt de Brocéliande. Il s’assit sur son pommier.

L'Enchanteur (1984)

Même devant un adversaire il n’y a pas d’humiliation à s’excuser quand c’est justifié. Se rendre compte qu’on a eu tort, c’est s’éclairer sur soi-même, et le reconnaître devant autrui c’est faire preuve de qualité.

L'Enchanteur (1984)

A la fin du voyage j’arrive devant ma maison. La neige innombrable tombe doucement sur la plaine, et le ciel est noir. Ma maison seule au milieu de la plaine, est le vrai refuge, tiède et couvé de silence.

Les Enfants de l' ombre (1946)

Comment auraient-ils pu savoir qu’ils commettaient une erreur tragique, que s’ils avaient choisi, au contraire, de commencer par l’homme tout aurait été différent ?

La Nuit des temps (1968)

Les années de l’enfance sont immenses. Chacune est gonflée de temps comme une vie entière.

Les Dames à la licorne (1974)

Vivre les malheur à l’avance, c’est les subir deux fois.

La Nuit des temps (1968)

Ce monde qui n’est pas le tien est devenu un monde faux, dans lequel ma place n’a jamais existé. Journal de Simon.

La Nuit des temps (1968)

Ses paupières sont gonflées, le blanc de ses yeux est strié de rouge. Il ne peut plus dormir, il ne peut plus pleurer, il ne peut pas oublier, c’est impossible…

La Nuit des temps (1968)

On ne croyait pas uniquement à ce qui était raisonnable. La raison rétrécit la vie, comme l’eau rétrécit les tricots de laine, si bien qu’on s’y sent coincé et on ne peut plus lever les bras.

L'Enchanteur (1984)

Ils montaient dans la nuit et la paix, vers le ciel étoilé, ils oubliaient la Terre et ses horreurs absurdes. Ils étaient ensemble, ils étaient bien, chaque instant de bonheur était une éternité.

La Nuit des temps (1968)

Chacun fait le contraire de ce qu’il devrait faire pour être heureux, puis il accuse les autres de son malheur.

Le Prince blessé (1974)

Et nous savons déjà au moins une chose, c’est que l’homme est merveilleux, et que les hommes sont pitoyables.

La Nuit des temps (1968)

Il possédait des pouvoirs, et ne les utilisait que pour le bien, ou ce qu’il croyait être le bien, mais parfois il commettait une erreur, car s’il n’était pas un humain ordinaire, il était humain cependant.

L'Enchanteur (1984)

– C’est diabolique, murmura Hono. – Laissez donc le diable tranquille, dit M. Gé, l’homme suffit…

Le diable l'emporte (1948)

J’ai beacoup appris. Je continue. Je n’en sais guère plus.

La charrette bleue (1980)

En psychothérapie on préfère le choc qui nettoie au mensonge qui empoisonne.

La Nuit des temps (1968)

L’atome est Dieu. L’infiniment petit et l’infiniment grand se pénètrent et se confondent. La dimension est une erreur, à l’image de l’homme, et à son usage. L’homme est moyen, l’homme est médiocre, mais il habite l’infini et l’infini l’habite.

Le Prince blessé (1974)

Les hommes regrettent toujours, ou espèrent. L’un et l’autre leur permettent de supporter le moment présent comme une transition. Il faut reconnaître que son pavillon de banlieue était bien.

Le Prince blessé (1974)

Ce que nous savons de l’histoire des hommes et de l’évolution de la vie sur terre, dit Simon, n’est pas plus gros qu’une crotte de puce sur la place de la Concorde.

La Nuit des temps (1968)

Le destin demande qu’on le force.

Ravage (1943)

C’était une odeur de monde qui naît ou qui meurt, une odeur d’étoile.

Ravage (1943)

Rien ne me cause plus de plaisir que de voir ces jeunes mères d’aujourd’hui portant leurs bébés dans un sac, sur leur buste. Ils sont ballottés comme lorsqu’ils étaient dans leur ventre, mais ils sont aussi rassurés, car ils ont presque le même contact.

Dans France-Soir Magazine, 13 octobre 1984

L’amour est la clef de tout. Pas le sexe, pas la chiennerie que l’on confond un peu trop, ces temps-ci, avec la liberté d’aimer !

Dans France-Soir Magazine, 13 octobre 1984

Il ne suffit pas d’être en vie, il faut être vivant. C’est à dire savoir à chaque instant qu’on est au coeur d’un prodige et être en contact, en harmonie avec lui.

Dans France-Soir Magazine, 13 octobre 1984

L’amour des premières années de la vie est peut-être plus important que tout. Il vous donne une foi dans le bonheur que l’on garde sans doute toujours.

Dans France-Soir Magazine, 13 octobre 1984

Pour moi, rien n’est plus beau qu’un couple épanoui. L’homme et la femme qui réussissent ce prodige créent, ensemble, un troisième être qui dépasse chacun d’entre eux et qui les relie à l’harmonie du monde.

Dans France-Soir Magazine, 13 octobre 1984

L’important n’est pas de prendre des poissons mais d’essayer de les attraper !

Dans France-Soir Magazine, 13 octobre 1984

L’amour n’est pas l’attachement ; celui-ci n’est qu’un sentiment de possession, alors que l’amour doit être détaché. Ce n’est pas aimer l’autre que de le vouloir ligoté.

Dans France-Soir Magazine, 13 octobre 1984

Une des premières leçons à donner aux enfants est de leur apprendre à aimer leurs objets, c’est-à-dire à les respecter. Car on leur enseigne en même temps à aimer et à respecter les humains.

Dans France-Soir Magazine, 13 octobre 1984

Pour moi, l’amour est une attitude envers tout ce qui existe. Il commence par l’amour que l’on porte aux objets. Non par goût de la propriété, mais par respect de ce qu’ils représentent.

Dans France-Soir Magazine, 13 octobre 1984

L’amour, tel que nous le voyons trop répandu, accapare, s’approprie. Son vocabulaire le dit bien : Je te veux Je te prends Tu es à moi. Alors que l’amour tel que je le conçois est un don…

Dans France-Soir Magazine, 13 octobre 1984

Ils entraient dans la joie de l’amour absolu où la chair et l’esprit se rejoignent, se confondent et emplissent l’univers.

L'Enchanteur (1984)

On est enfin deux et un seul, dans le rayonnement de l’amour présent, l’amour donné, l’amour reçu, l’amour de tout.

L'Enchanteur (1984)

Quand au lait, sa production chimique était devenue si abondante que chaque foyer le recevait à domicile, à côté de l’eau chaude, de l’eau froide et de l’eau glacée, par canalisations.

Ravage (1943)

Ils riaient, pleinement heureux de se retrouver. Ils n’étaient jamais restés assez longtemps sans se revoir pour que la belle intimité de leur enfance se voilât de gêne quand la vie les réunissait de nouveau.

Ravage (1943)

Curieuse entreprise, d’écrire des souvenirs. On tire sur le fil, et on ne sait pas ce qui va en sortir. Comme ces illusionnistes qui extraient de leur bouche, suspendus en guirlande, une fleur, une lame de rasoir, une ampoule allumée, un petit lapin…

La charrette bleue (1980)

J’ai beaucoup appris. Je continue. Je n’en sais guère plus.

La charrette bleue (1980)

Car, partout où il n’y avait personne, j’étais chez moi. La solitude était mon domicile, que je transportais autours de moi comme l’escargot sa coquille.

La charrette bleue (1980)

Mais il serait peut-être bon, il serait peut-être temps de se demander si la perfection n’est pas dans l’enfance, si l’adulte n’est pas qu’un enfant qui a déjà commencé à pourrir.

La Nuit des temps (1968)

L’homme croit mourir pour défendre sa terre, sa femme, sa liberté, ses idées, alors qu’il meurt simplement parce qu’il est de trop.

La Faim du tigre (1966)

Le médicament, aujourd’hui, ce n’est plus l’hostie, c’est le miracle. Nous avons besoin de croire au miracle, surtout depuis que nous n’avons plus de religion.

Les Années de la lune (1972)

On ne construit un monde imaginaire qu’avec des matériaux pris dans le monde connu. L’imagination, c’est de la mémoire passée à la moulinette et reconstituée en puzzles différents.

Une rose au paradis (1981)

A force de bonté, de patience et d’amour, il est sans doute possible de sortir un homme, une femme, du marais d’ennui et de souffrance dans lequel nous pataugeons tous. Mais rien, personne, ne peut empêcher la multitude de se ruer vers sa fatalité.

Le Voyageur imprudent (1944)

Nous sommes pleins de calculs et d’arrière-pensées. Après une seconde d’abandon, nous nous rétractons dans notre cuirasse de suffisance et d’égoïsme.

Le Voyageur imprudent (1944)

La seule fréquentation des mathématiques ne mûrit guère le coeur ni le caractère.

Le Voyageur imprudent (1944)

Le présent n’existe pas. Vouloir l’éterniser, c’était éterniser le néant.

Le Voyageur imprudent (1944)

La pitié peut être indifférente ou même accompagner la haine. La compassion réclame une sorte d’amour.

La Nuit des temps (1968)

A un militaire, si haut que soit son grade, s’offre toujours l’apaisement de la discipline.

La Nuit des temps (1968)

Il serait peut-être bon, il serait peut-être temps de se demander si la perfection n’est pas dans l’enfance, si l’adulte n’est pas qu’un enfant qui a commencé à pourrir…

La Nuit des temps (1968)

Le silence était comme un buvard dans lequel on avait peur d’entendre les mots s’enfoncer et disparaître.

La Nuit des temps (1968)

Si nous laissons intervenir nos nations, avec leur idiotie séculaire, leurs généraux, leurs ministres et leurs espions, tout est foutu.

La Nuit des temps (1968)

Ce n’est pas attraper qui compte, dit le pêcheur, c’est essayer.

L'Enchanteur (1984)

Ce qui s’apprend sans peine ne vaut rien et ne demeure pas. Tu dois devenir ce que tu as l’ambition d’être en faisant transpirer ton corps et ton esprit.

L'Enchanteur (1984)

La raison rétrécit la vie, comme l’eau rétrécit les tricots de laine, si bien qu’on s’y sent coincé et on ne peut plus lever les bras.

L'Enchanteur (1984)

Lorsque les hommes s’en détournent, ils perdent la joie d’exister, car il ne savent plus ce qu’ils sont, ni pourquoi ils sont. Ils cessent d’être vivants, ils sont seulement en vie.

L'Enchanteur (1984)

Une seule chose compte, une seule chose est belle: l’effort.

Ravage (1943)

Pour ceux dont l’esprit est occupé de choses d’importance, sourire est du temps perdu.

Ravage (1943)

Le sourire appartient aux enfants, et aux hommes qui leur ressemblent.

Ravage (1943)

Faites ou ne faites pas, mais dans la vérité.

Le Grand Secret (1973)

Parce qu’ils regardent ensemble, avec amour, les apparences du banal, ses portes s’ouvrent devant eux, découvrant en chaque lieu la splendeur.

Le Grand Secret (1973)

Parce que personne n’est obligé à rien, chacun se sent obligé envers tous.

Le Grand Secret (1973)

Un pommier de Normandie, au printemps, se fait l’amour par cent mille fleurs. Comment peut-on croire que les plantes n’ont pas de sensibilité quand elles expriment d’une façon si fantastique la plus grande joie du monde?

Le Grand Secret (1973)

La «réalité» matérielle n’était qu’un théâtre infini d’illusions, mais la beauté de ces illusions était réelle.

Le Grand Secret (1973)

Les douces courbes innombrables qui font d’un corps de femme, pour l’homme qui en est amoureux, un paysage qu’il n’en finit pas de découvrir et que chaque mouvement rend nouveau comme au jour de la création.

Le Grand Secret (1973)

Le seul voyage qui compte est celui qu’on fait sans bouger, à l’intérieur de soi-même.

Le Grand Secret (1973)