Acceuil / Citation

Citations de : Pierre Didot

O prestige enchanteur! ô pouvoir de la grâce! De ses charmes touchants tous les coeurs sont épris: Où la grace paroît, tout autre objet s’efface; Sur la beauté la grace obtient encor le prix.

Inscriptions morales (1807)

On voit certains plaisirs avec l’illusion Qu’à travers la lorgnette éprouve notre vue: Le côté qui grossit est la privation, Et la possession celui qui diminue.

Inscriptions morales (1807)

Lien de la famille, appui de notre enfance, Idole du jeune homme, et bonheur d’un époux, La femme embellit tout; et sa seule présence Partout répand un charme aussi puissant que doux.

Inscriptions morales (1807)

L’amour-propre est injuste, et son conseil perfide: On le sait; et chacun l’écoute avidement. Il cause nos chagrins, il fait notre tourment; Et dans tous nos débats nous le prenons pour guide.

Inscriptions morales (1807)

Vaine timidité, qu’on doit fuir dès l’enfance, Qui deviens des talents l’inévitable écueil, Tu caches bien souvent, sous ton humble apparence, L’impuissante mollesse unie au sot orgueil.

Inscriptions morales (1807)

Doux et cruel tyran du printemps de la vie, Amour, usurpateur de l’été de nos ans, Bannis les froids dédains, la sombre jalousie, Tu seras le premier de nos dieux bienfaisants.

Inscriptions morales (1807)

Entre amis tout est confondu; Peines, plaisirs, tout se rassemble; Mais, en tous points unis ensemble, Ils sont rivaux pour la vertu.

Inscriptions morales (1807)

Un ami véritable est un autre soi-même: C’est en lui qu’il est doux, qu’il est bon de s’aimer. A sa voix le bonheur semble se ranimer: Avec un tel trésor nul malheur n’est extrême.

Inscriptions morales (1807)

Une femme galante est prompte à s’enflammer, Prompte à quitter l’objet qu’avec transport elle aime; La coquette veut plaire, et n’aime que soi-même; La femme honnête plaît; seule elle sait aimer.

Inscriptions morales (1807), Sur l'amour

Dans nos coeurs, de ses feux, de ses flèches cruelles, De son souris malin l’Amour naît tout armé: Hélas! de tant d’attraits à peine est-on charmé Qu’il médite déjà l’usage de ses ailes.

Inscriptions morales (1807), Sur l'amour

Toi qui vis d’un juste retour Que tu n’exiges qu’avec grâce, Le bonheur a marqué ta place Entre le respect et l’amour.

Inscriptions morales (1807), Principes de l'amitié

De l’humanité doux trésor, Rarement des rois le partage, L’amitié transporte le sage Aux jours heureux de l’âge d’or.

Inscriptions morales (1807), Principes de l'amitié

Enfin en souriant l’active complaisance Met au jour l’amitié, qu’elle-même nourrit: La vertu de concert l’élève et la chérit; Et leurs soins réunis promettent sa constance.

Inscriptions morales (1807), Principes de l'amitié