Acceuil / Citation

Citations de : Philippe Néricault, dit Destouches

Oui, oui, trompons celui qui trahit son ami: Il faut, avec un fourbe, être fourbe et demi.

Le Dissipateur, ou l'honnête friponne (1753), II, 10

Dès que je le voudrai, En esclave à mes pieds je le rappellerai. Tel est de la vertu l’ascendant légitime. L’amour est tout-puissant, s’il règne avec l’estime.

Le Dissipateur, ou l'honnête friponne (1753), II, 10

L’amour est tout puissant s’il règne avec l’estime.

Le Dissipateur, ou l'honnête friponne (1753), II, 10

L’avarice est une passion qui croît en vieillissant.

Les Philosophes amoureux (1730), I, 2

Le plus grand des défauts, c’est la pédanterie.

Les Philosophes amoureux (1730), I, 2

Qu’un coeur innocent sait mal se déguiser.

L'Ambitieux et l'indiscrète (1737)

Je hais, je fuis ces gens qui font les délicats, Dont la fière grandeur d’un rien se formalise, Et qui craint qu’avec elle on ne familiarise; Et ma maxime, à moi, c’est qu’entre bons amis, Certains petits écarts doivent être permis.

Le Glorieux (1732)

L’amour assortit tout, et mon âme ravie trouve en vous ce qui fait le bonheur de la vie.

Le Glorieux (1732)

Mon repos, mon bonheur, sont votre heureux ouvrage. Pour comble de bienfaits, vous m’avez rendu sage; Et je vais éprouver daus les plus doux liens, Qu’une femme prudente est la source des biens.

Le Dissipateur, ou l'honnête friponne (1753), V, 16, Cléon

On trouvait tout chez vous, on n’y trouve plus rien; Et l’on perd ses amis, en perdant tout son bien.

Le Dissipateur, ou l'honnête friponne (1753), V, 13, Le Comte

On n’est jamais trop vieux pour devenir plus sage.

Le Dissipateur, ou l'honnête friponne (1753), IV, 2

Femme, votre sincérité dont vous faites parade, n’est jamais que l’effet d’une brusque incartade.

Le Philosophe marié ou le Mari honteux de l'être (1727)

Le temps est précieux quand on craint un rival.

L'Homme singulier (1764), III, 3

Ma retraite est mon Louvre, et j’y commande en roi.

Le Philosophe marié ou le Mari honteux de l'être (1727), I, 1

Le bonheur nous expose à des dehors trompeurs Mais c’est dans le malheur qu’on éprouve les coeurs.

Le Dissipateur, ou l'honnête friponne (1753), V, 3

Les femmes ont toujours quelque arrière-pensée.

Le Dissipateur, ou l'honnête friponne (1753), V, 9

La raison veut régner : l’amour vient, la poursuit ; Il rentre dans le coeur, et la raison s’enfuit.

L'Ingrat (1712), V, 1

C’est un grand défaut Que de s’embarrasser des sottises des autres.

Le Dissipateur, ou l'honnête friponne (1753), III, 2

Le mérite tient lieu des plus nobles aïeux.

La Force du naturel (1750), IV, 12

Les grands perdent toujours à se glorifier.

Le Glorieux (1732), III, 3

La critique est aisée et l’art est difficile. – C’est là ce qui produit ce peuple de censeurs, – et ce qui rétrécit les talents des auteurs.

Le Glorieux (1732), II, 5, Philinte

Il est bon quelquefois de s’aveugler soi-même, – Et bien souvent l’erreur est le bonheur suprême.

Le Glorieux (1732), II, 4, Lisette

Je ne vous dirai pas: «changez de caractère», – car on n’en change point, je ne le sais que trop. – Chassez le naturel, il revient au galop.

Le Glorieux (1732), III, 5, Lisette

L’amour excuse tout.

L'Homme singulier (1764)

Il ne faut plus douter du pouvoir de l’amour. Après tous les effets qu’il opère en ce jour.

L'Homme singulier (1764)

La curiosité, sans vouloir vous déplaire, Est souvent de l’amour la compagne ordinaire.

L'Homme singulier (1764)

Pour un amant bien tendre il n’est rien d’impossible.

L'Homme singulier (1764)

La critique est aisée, et l’art est difficile.

Le Glorieux (1732), II, 5, Philinte

Chassez le naturel, il revient au galop.

Le Glorieux (1732), III

Quand on fait trop le grand, on paraît bien petit.

Le Glorieux (1732), III, 5, Lisette

Plus haute est la faveur et plus prompte est la chute.

L'Ambitieux, I, 7

Par les airs du valet, on peut juger du maître.

Le Glorieux (1732), IV, 5, Lycandre

Les absents ont toujours tort.

L'Obstacle imprévu, I, 6, Nérine