Acceuil / Citation

Citations de : Philippe Huc, dit Tristan Derème

Les petits garçons connaissent les secrets de l’Univers beaucoup mieux que ne peuvent faire les grandes personnes.

Patachou, Petit Garçon (1929)

Petit Socrate bois ta ciguë.

La Verdure dorée (1922), CVL

Mes trompettes adolescentes Ont déchiré l’ombre des sentes.

La Verdure dorée (1922), CXXVIII

La résignation demeure au fond du crible Quand la vaine espérance a passé dans le vent.

La Verdure dorée (1922), XCVI

Et d’un esprit calme et plus pur, Loin des douleurs que tu cisèles, Regarde tourner dans l’azur Les colombes aux blanches ailes.

La Verdure dorée (1922), XLIII

Entre la vie et moi, tirant un voile épais, J’enfermerai mon coeur et conquerrai la paix.

La Verdure dorée (1922), XX

La gloire éclôt, jaunit, se fripe Et s’effeuille de l’aube au soir, Et j’aime mieux fumer ma pipe Que renifler son encensoir.

La Verdure dorée (1922), III

Allez, et que l’amour vous serve de cornac, Doux éléphants de mes pensées.

La Verdure dorée (1922), I

Ni le soir calme, ni les palmes immobiles, Ni les astres montant comme de lentes bulles, Rien ne me distraira de la source où se mire Son blanc visage au vert de la fraîche ramures.

La Verdure dorée (1922)

Le temps sur nos cheveux verse du sucre en poudre Et j’aurai quelque jour de larges mèches blanches. Mais qu’importe! ce soir vers moi si tu te penches.

La Verdure dorée (1922), CXIII, Pour distraire mon ami le poète Léon Vérane

Reste dans ta coquille et dédaigne, escargot, Cet humide parfum de rose et d’abricot; Ta solitude sera douce si tu l’ornes De beaux rêves; il pleut; tu mouillerais tes cornes.

La Verdure dorée (1922), CIX

Tu ne sais donc pas que les enfants ni les grandes personnes ne sont faits pour respirer sous l’onde.

Patachou, Petit Garçon (1929)

Patachou ouvre de grands yeux. Les enfants, qui pourtant ne semblent songer qu’à des jeux, ne pensent pas, à l’ordinaire, que les grandes personnes puissent jouer.

Patachou, Petit Garçon (1929)

Il m’a demandé une étoile. Je lui ai dit que, peut-être, avec un filet à papillons, qui aurait un très long manche. Enfin, je lui ai promis que j’attraperais une étoile et que je la poserais sur le coin de son oreiller.

Patachou, Petit Garçon (1929)

Je dirai pour l’instruction des biographes Que ton corsage avait quarante-deux agrafes, Que dans tes bras toute la nuit j’étais inclus, Que c’était le bon temps, que je ne quittais plus Ta chambre qu’embaumait un pot d’héliotrope.

La Verdure dorée (1922), LXXXV

Le poète, le vrai, ce n’est jamais qu’un coeur qui éclate de colère ou d’amour.

La Libellule violette (1942)

Voici la nouvelle année Souriante, enrubannée, Qui pour notre destinée, Par le ciel nous est donnée: C’est à minuit qu’elle est née. Les ans naissent à minuit L’un arrive, l’autre fuit. Nouvel an! Joie et bonheur!

Bonne année

Il suffit d’être éloigné des choses ou de ne les plus voir, pour rêver librement et heureusement sur elles et pour leur prêter tous les mystères.

Patachou, Petit Garçon (1929)

Attendons, Patachou, qu’une étoile se pose, Et rions en rêvant qu’un miracle demain Nous consolera de la rose Qui s’effeuille dans notre main.

Patachou, Petit Garçon (1929)

Alors? Tu ne comprends pas? Puisqu’elle serait nourrie comme un ver à soie, elle ferait, toute la journée, des fils de soie. Sa toile, que tu méprises, serait un joli cornet de soie, pendu au mur.

Patachou, Petit Garçon (1929)

Si j’en crois tes discours, ton industrie a su faire choir les centaines d’éléphants qui barrissaient en aiguisant leurs défenses terribles contre les baobabs de tes rêveries.

Patachou, Petit Garçon (1929)

Depuis que Patachou, dans mon vieil atlas, a vu la figure étrange de la terre: un globe de feu sous une écorce, il ne pense plus qu’à percer notre malheureuse planète.

Patachou, Petit Garçon (1929)

Serions-nous les humbles plagiaires des oiseaux? On le croirait parfois, quand on voit les hommes se munir d’ailes. Mais, tandis que l’essence explose dans les terribles moteurs, un oiseau rit de nous et traverse les ondes.

Patachou, Petit Garçon (1929)