Acceuil / Citation

Citations de : Paul Lefèvre, dit Paul Géraldy

Baisse un peu l’abat-jour, veux-tu? Nous serons mieux. – C’est dans l’ombre que les coeurs causent, – Et l’on voit beaucoup mieux les yeux – Quand on voit un peu moins les choses.

Toi et Moi (1912)

Les femmes conduisent l’homme vers sa femme. L’homme conduit sa femme vers les hommes.

L'amour (1929)

Quand on aime, on ne goûte plus de paix qu’à la condition d’être content de soi et de l’autre.

L'Amour

Travailler, c’est marcher vers soi-même. Atteins-toi.

L'Amour

Tu lui dis tes succès, tes échecs. Elle écoute. Il n’y a plus que tes succès.

L'Amour

Il y a nos instincts fougueux, impérieux, l’appel de l’horizon, l’infini du possible et la diversité merveilleuse de la vie : mais aussi les vertus, les disciplines du coeur ; et cette poésie, cette aristocratie : la constance, la fidélité.

L'Homme et l'Amour (1951)

Ce que nous appelons amour est l’ambition d’éveiller et de maintenir éveillé dans une chair, un coeur, un esprit étrangers, le souci de flatter à notre place un moi dont nous ne sommes pas très sûrs.

L'Homme et l'Amour (1951)

Ce qui nous gêne dans les hommes pour les aimer, c’est cet amour qu’ils ont d’eux-mêmes, ombrageux, exclusif, démesuré, tragique. Nous ne pourrons jamais les aimer tant que ça.

L'Homme et l'Amour (1951)

Quand cesseront vos traits de le prendre pour cible, Ce coeur que vous fites sensible Et dont vous n’avez pas pitié, Seigneur ? Oh ! sauvez-nous de l’amour impossible Et de la déserte amitié !

Vestiges (1948)

N’est-ce pas qu’il faut vivre avec douceur, étoile !

Vestiges (1948)

On aime les gens pour leurs défauts et on déteste les défauts des gens qu’on aime!

L'Amour

Prenons-nous. Le meilleur moyen de s’expliquer sans être dupe, c’est de s’étreindre, corps à corps.

Toi et Moi (1912)

Il suffit d’une querelle même infime, pour qu’entre nous se révèlent des abîmes.

Toi et Moi (1912)

L’amour: un miroir qui d’abord nous reflète en beau, puis au vrai, enfin gauchis et déformés de caricaturale façon.

L'Homme et l'Amour (1951)

On ne possède bien que ce que l’on partage. Tu satisfais enfin, pour la première fois, ce double instinct qui est en toi de dominer et de servir. Tu te sens regardé. Tu agis moins et mieux.

L'Homme et l'Amour (1951)

La solitude rend si fort? Si faible aussi! Inutile d’attendre et de la mieux connaître. C’est lorsque tu l’as vue pour la première fois qu’elle était vraiment elle-même. A présent, elle joue un rôle et toi aussi.

L'Homme et l'Amour (1951)

Sans doute, c’est jouer gros jeu. Tu vas enfermer ton amour entre ses deux irréductibles adversaires: le temps, la connaissance. La connaissance tue l’amour. L’histoire d’un amour, c’est le drame de sa lutte contre le temps.

L'Homme et l'Amour (1951)

L’excellence, la rareté, c’est l’intelligence du coeur.

L'Homme et l'Amour (1951)

Ce que voudrait être l’amour, c’est l’amitié.

L'Homme et l'Amour (1951)

Tu dois toujours pouvoir signer ton aventure. Que la plus rapide ait son sens et la plus humble son parfum. Que chacune soit un poème. Il n’est pas que de grands poèmes. Il y en a de tout petits qui sont parfaits.

L'Homme et l'Amour (1951)

L’amoureux demande à la femme d’être pour lui, d’avance, le prix concret non seulement de ce qu’il vaut, mais de ce qu’il voudrait valoir. Il y a en nous un vainqueur et un vaincu qui revendiquent. Nous exigeons en même temps qu’on nous admire.

L'Homme et l'Amour (1951)

L’amoureux attend de l’amour cette satisfaction intime qu’il n’aurait obtenue que d’une longue vie de labeur, d’application passionnée, de chances.

L'Homme et l'Amour (1951)

C’est trop peu d’être un amant. C’est trop d’être un amoureux.

L'Homme et l'Amour (1951)

Tu plais. C’est naturel. Et tu plairas encore à beaucoup d’autres femmes. C’est celle qui te plaît, non celle à qui tu plais, qu’il s agit pour toi de fixer. Ne sacrifie pas à l’amour ta dignité.

L'Homme et l'Amour (1951)

Les hommes ne demandent à l’amitié, comme à l’amour, que d’apaiser en eux on ne sait quelle angoisse, que d’y flatter on ne sait quelle vanité.

L'Homme et l'Amour (1951)

Comment veux-tu qu ‘elles te consentent ce que tu veux si tu as honte de ce que tu veux! Tu aimerais être plus beau, plus riche, et avoir plus d’esprit. Je sais. Ce n’est pas ton affaire. Tes moyens sont bien suffisants.

L'Homme et l'Amour (1951)

N’aie jamais honte devant elles de ton désir. Ne crains pas de leur laisser voir le trouble où elles t’ont jeté. Ton immense convoitise ne les offense pas. Au contraire. Les femmes aiment l’amour. Les femmes ne sont jamais choquées par l’amour.

L'Homme et l'Amour (1951)

Instruis ton coeur. Tu aurais voulu te garder pour la femme que tu aimeras? Il n’est pas de plus sûr moyen de lui déplaire.

L'Homme et l'Amour (1951)

Les sens, qui marchent les premiers, entraînent le coeur avec eux dans des contrées où le pauvret n’avait que faire et le laissent s’y débrouiller. Instruis ton coeur.

L'Homme et l'Amour (1951)

Pourtant, pourtant, je me souviens d’un autre temps, d’une autre flamme… Il me semble que tu deviens une femme comme les femmes.

Toi et Moi (1912)

Si quelqu’un vous aime, on l’aime par conformité de goût.

Toi et Moi (1912)

Il faut à ma sécurité que tu sois plaintive, dolente et câline et que tu te sentes toute petite. J’ai besoin de te savoir faible et fragile.

Toi et Moi (1912)

J’ai besoin de te savoir faible et fragile. Je t’aime aussitôt beaucoup moins. Et je suis beaucoup plus tranquille.

Toi et Moi (1912)

Tu penses moins à moi qu’à l’amour.

Toi et Moi (1912)

Ce n’est pas très gentil, bien sûr! C’est un peu bête. Mais, que veux-tu! je t’aime tant! Je voudrais que tu me regrettes au point de haïr ce printemps. Je serais même très content s’il te faisait un peu mal à la tête.

Toi et Moi (1912)

Tu dis: «Nous étions nés l’un pour l’autre». Mais pense à ce qu’il dut falloir de chances, de concours, de causes, de coïncidences, pour réaliser, ça simplement, notre amour! Un caprice, une migraine, pouvaient nous écarter l’un de l’autre à jamais.

Toi et Moi (1912)

A quarante ans, l’homme ne sait plus que travailler. Travailler, c’est marcher vers soi-même.

L'Homme et l'Amour (1951)

Aimer c’est vouloir un échange où le bien et le bien se fondent dans du mieux.

L'Amour

Aimer, c’est bien. Ne plus aimer, c’est bien aussi. Tu ne sens pas comme à présent l’espace est libre autour de toi? C’était une prison, l’amour! La vie est plus grande que l’amour.

L'Amour

Il n’y a pas de but. Le but c’est le chemin.

L'Amour

Nul ne mérite d’être aimé. Nul de ne pas l’être. Aimer, c’est juger trop bien. N’aimer pas, c’est juger mal.

L'Amour

Songe qu’avant d’unir nos têtes vagabondes, nous avons vécu seuls, séparés, égarés, et que c’est long, le temps, et que c’est grand, le monde, et que nous aurions pu ne pas nous rencontrer.

Toi et Moi (1912), Chance

On aime d’abord par hasard Par jeu, par curiosité Pour avoir dans un regard Lu des possibilités.

Toi et Moi (1912)

Tu ne serais pas une femme si tu ne savais pas si bien te faire et te refaire une âme, une âme neuve avec un rien. A ce jeu ta science est telle que, chaque fois que je te vois tu fais semblant d’être nouvelle, Et j’y suis pris toutes les fois.

Toi et Moi (1912)

Tu demandes pourquoi je reste sans rien dire? C’est que voici le grand moment, l’heure des yeux et du sourire, le soir, et que ce soir je t’aime infiniment!

Toi et Moi (1912), Abat-jour

Baisse un peu l’abat-jour, veux-tu? Nous serons mieux. C’est dans l’ombre que nos coeurs causent, Et l’on voit beaucoup mieux les yeux Quand on voit un peu moins les choses.

Toi et Moi (1912)

Mais qu’il fait sombre! On n’y voit goutte… – Lève donc un peu l’abat-jour.

Toi et Moi (1912)

Quand elles nous aiment, ce n’est pas vraiment nous qu’elles aiment. – Mais c’est bien nous, un beau matin, qu’elles n’aiment plus.

L'Homme et l'Amour

L’homme croit qu’il choisit la femme, c’est la femme qui choisit l’homme qui la choisira.

Tu demandes pourquoi je reste sans rien dire… – C’est que voici le grand moment, – l’heure des yeux et du sourire, – le soir… et que ce soir je t’aime… infiniment!

Toi et Moi (1912)

C’est dans l’ombre que les coeurs causent, – et l’on voit beaucoup mieux les yeux – quand on voit un peu moins les choses…

Toi et Moi (1912)

Ils sont bien heureux, ceux qui ne sont malheureux que par amour.

Nous employons des mots qui ne servent à rien, – et qui sont très gênants… et dangereux! On pose! – On dit: mon Coeur, ton Coeur, notre Coeur… On y tient! – Je te jure que l’on s’en passerait très bien, – et que cela simplifierait beaucoup les choses.

Toi et Moi (1912)

Il faut se ressembler un peu pour se comprendre, mais il faut être un peu différents pour s’aimer. Oui, semblables et dissemblables… Ah! qu’étranger pourrait donc être un joli mot!

L'Homme et l'Amour

Nous devons nous trouver contents – d’être les êtres que nous sommes: – des amoureux intermittents – qui sont fous l’un de l’autre en somme – de temps en temps.

Toi et Moi (1912)

En amour, il n’y a ni crimes ni délits. Il y a des fautes de goût.

L'Homme et l'Amour

Si tu m’aimais, et si je t’aimais, comme je t’aimerais!

Toi et Moi (1912)

Tu ne serais pas une femme – Si tu ne savais pas si bien – Te faire et te refaire une âme, – Une âme neuve avec un rien.

Quand elles nous aiment, ce n’est pas vraiment nous qu’elles aiment. Mais c’est bien nous, un beau matin, qu’elles n’aiment plus.

L'Homme et l'Amour

Partager, c’est aliéner.

On reconnaît une vraie femme à ce que, assiégée, pourchassée, tentée peut-être même, elle est inaccessible.

On aime d’abord par hasard, – Par jeu, par curiosité, – Pour avoir dans un regard – Lu des possibilités.

Le tien, le mien, le mien, le tien? – Si tu m’aimais tout à fait bien, – Tu dirais: «Les livres, Le chien et Nos roses».

Le souvenir est un poète, n’en fais pas un historien.

Le plus grand bien que nous ait jamais donné l’amour, c’est de nous avoir fait croire à l’amour.

Le coeur et l’esprit n’ont que voix consultative. La chair a voix prépondérante.

L’amour, c’est l’effort que l’homme fait pour se contenter d’une seule femme.

Il est de parfaits corps et de parfaits visages. Il n’y a pas de coeurs parfaits.

Ce sont les faiblesses du coeur qui sont les plus belles défaillances.