Acceuil / Citation

Citations de : Paul Claudel

Il est facile d’être une sainte quand la lèpre nous sert d’appoint.

L'Annonce faite à Marie, III, 3, Mara

Qu’y a-t-il de plus prochain de moi dans la nuit que ma propre pensée? – Un homme pourchassé qui pense seul toute une nuit dans un fossé. – Toute une nuit de pensées sous la pluie, cela fait un noir café!

L'Otage (1914)

Heureux qui a quelque chose à donner, car à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a. – Heureux qui est dépouillé injustement, car il n’a plus à craindre de la justice.

L'Otage (1914), I, 1, Sygne

Fais-leur comprendre qu’ils n’ont d’autre devoir au monde que de la joie!

Le Père humilié, II, 2, le pape Pie

Est-ce que le but de la vie est de vivre?

L'Annonce faite à Marie, IV, 5, Anne Vercors

Celui qui aime beaucoup ne pardonne pas facilement.

L'Otage (1914), I, 1, Coûfontaine

Ce n’est point le temps qui manque, c’est nous qui lui manquons.

Partage de midi, I, Mesa

Ce n’est pas le cierge qui fait la flamme, c’est la flamme qui a fait le cierge.

Positions et propositions

Ce bois dont la croix est faite ne manquera jamais.

L'Otage (1914), I, 1, Sygne

C’étaient les précieux de la religion.

Correspondance avec André Suarès

C’est une chose plus enivrante que le vin d’être une belle jeune femme!

L'Otage (1914), I, 1, Sygne

Barrès est enraciné dans un pot de fleur.

Journal (1904-1955)

Arthur Rimbaud fut un mystique à l’état sauvage, une source perdue qui ressort d’un sol saturé.

Accompagnements

… Toute âme est une très vile comédie.

Tête d'or, III, le roi

… Ce n’est pas l’esprit qui est dans le corps, c’est l’esprit qui contient le corps, et qui l’enveloppe tout entier.

Le Soulier de satin, I, 6, le roi

– L’amour se suffit à lui-même! – – Et moi, je pense que rien ne suffit à l’amour!

Le Soulier de satin, II, 11, Don Camille puis Don Rodrigue

Vous cherchez Dieu? Où pensez-vous le trouver ailleurs qu’entre les bras de sa mère, qui est l’Eglise?

Le tort du chien est d’être un animal à la fois malpropre et affectueux.

Je suis en pourparlers avec la mort, je pèse ses propositions.

A mesure que je m’en éloigne, ma vie passée se dessine comme une île.

Mon Dieu, je suis tellement occupé à vous regarder que je crains d’en oublier de mourir.

Heureux cet âge de la vie qui s’étend, paisible et fructueux, entre les noces d’argent dont le vieillard a eu la possession et les noces d’or dont il médite la promesse.

Dieu a fait l’homme, le pêché l’a contrefait.

Ne vous vengez pas d’une femme, le temps s’en charge pour vous.

Ne croyez pas ceux qui vous diront que la jeunesse n’est point faite pour le plaisir, elle est faite pour l’héroïsme. Ne croyez pas que vous serez diminué, vous serez au contraire, merveilleusement augmenté. C’est par la vertu que l’on est un homme.

Il n’y a rien qui effraye plus les gens que les choses qu’ils ne comprennent pas.

C’est très curieux: ce sont toujours les célibataires qui vous donnent des conseils pour élever des enfants.

En Allemagne, les médiocrités s’additionnent. En France, les supériorités se neutralisent.

Il y a des yeux qui reçoivent la lumière et il y a des yeux qui la donnent.

On croit que tout est fini, mais alors il y a toujours un rouge-gorge qui se met à chanter.

Pour exprimer l’amour pur entre les hommes il n’y a plus que le pourboire.

Le poète aussi a son secret professionnel.

Quatre-vingt ans, c’est l’âge de la puberté académique.

Il y a des idées qui partent comme de la poudre et d’autres qui cuisent comme des choux.

En vieillissant, on perd pas mal de ses défauts, ils ne nous servent plus à rien.

Ce n’est pas ma faute si Dieu existe.

Une ravissante nature morte de Fantin-Latour: un pichet de verre bleu et des fleurs si fraîches; chaque tableau apporte avec lui un carré de silence et une raison à notre ramage intérieur de s’interrompre.

De quel prix est le monde auprès de la vie? et de quel prix est la vie, sinon pour la donner?

L'Annonce faite à Marie

Mais que c’est bon aussi de mourir! Alors que c’est bien fini et que s’étend sur nous peu à peu – L’obscurcissement comme d’un ombrage très obscur.

L'Annonce faite à Marie

Puissante est la souffrance quand elle est aussi volontaire que le péché!

L'Annonce faite à Marie

Mara: Quel homme connaît une femme? – Violaine: Heureuse qui peut être connue à fond et se donner tout entière.

L'Annonce faite à Marie

Faire de la lumière, pauvres gens, c’est plus difficile que de faire de l’or …

L'Annonce faite à Marie

Deux manières de vieillir: l’esprit qui l’emporte sur la chair, ou la chair qui l’emporte sur l’esprit.

80 ans! Plus d’yeux, plus d’oreilles, plus de dents, plus de jambes, plus de souffle! Et c’est étonnant, somme toute, comme on arrive à s’en passer.

La mort est une formalité désagréable, mais tous les candidats sont reçus.

L’eau nous a produits, l’huile nous a pénétrés et consolidés, le pain nous a nourris, le vin nous a illuminés.

Il est le libérateur de l’esprit et l’illuminateur de l’intelligence.

Le vin est le symbole et le moyen de la communication sociale: la table entre tous les convives établit le même niveau, et la coupe qui y circule nous pénètre, envers nos voisins, d’indulgence, de compréhension, de sympathie.

Ce n’est pas l’esprit qui est dans le corps, c’est l’esprit qui contient le corps, et qui l’enveloppe tout entier.

Il était, dit-on, dans son droit. Mais il est tout aussi mort que s’il eût été dans son tort.

Ecoutez bien, ne toussez pas et essayez de comprendre un peu. C’est ce que vous ne comprendrez pas qui est le plus beau, c’est ce qui est le plus long qui est le plus intéressant et c’est ce que vous ne trouvez pas amusant qui est le plus drôle.

Le Soulier de satin

Notre résurrection n’est pas tout entière dans le futur, elle est aussi en nous, elle commence, elle a déjà commencé.

Correspondance avec André Gide.

Que demande-t-on d’une fleur – Sinon qu’elle soit belle et odorante une minute, pauvre fleur, et après ce sera fini. – La fleur est courte, mais la joie qu’elle a donnée une minute – N’est pas de ces choses qui ont commencement ou fin.

L'Annonce faite à Marie

Ah, que le monde est grand et que nous y sommes seuls!

L'Annonce faite à Marie

Et quel est celui qui aime qui ne veut avoir tout ce qu’il aime?

L'Annonce faite à Marie

… à celui qui souffre, les consolations d’un consolateur joyeux ne sont pas de grand prix, et son mal n’est pas pour nous ce qu’il est pour lui.

L'Annonce faite à Marie

Le fruit est pour l’homme, mais la fleur est pour Dieu et la bonne odeur de tout ce qui naît.

L'Annonce faite à Marie

Et quel plus grand amour y a-t-il que de donner sa vie pour ses ennemis?

L'Otage (1914)

Toute terre est la même à six pieds de profondeur.

L'Otage (1914)

Il y a une chose plus triste à perdre que la vie, c’est la raison de vivre, – Plus triste que de perdre ses biens, c’est de perdre son espérance, – Plus amère que d’être déçu, et c’est d’être exaucé.

L'Otage (1914)

Il est bon d’avoir à soi quelque chose pour le donner.

L'Otage (1914)

Celui-là est sans foi, qui n’est capable de rien d’éternel.

L'Otage (1914)

(Dieu) ne peut rien nous enlever, mais il peut nous relever nous-mêmes – De ce poste qu’il nous avait confié.

L'Otage (1914)

Comme la terre nous donne son nom, je lui donne mon humanité.

L'Otage (1914)

Ah, c’est une chose plus enivrante que le vin d’être une belle jeune femme!

L'Otage (1914)

Rien de tel pour vous apprendre l’écriture qu’un maître qui ne sait pas lire.

L'Otage (1914)

Votre esprit est sans pente.

Correspondance avec André Gide.

Valéry est avant tout un voluptueux et tout son art est une attention voluptueuse.

L'Oiseau noir dans le soleil levant (1981)

Un oeil pur et un regard fixe voient toutes choses devant eux devenir transparentes.

La Ville (2e version), III, Coeuvre

Tout le monde n’est pas fait pour être heureux.

L'Otage (1914), I, 1, Coûfontaine

Si la France est diverse au point de vue ethnographique, au point de vue géographique elle est unie et indivisible, et les conseils de rupture sont infiniment moins puissants pour elle que les nécessités de la concentration.

L'Oiseau noir dans le soleil levant (1981)

Se servir d’une seule âme pour être deux.

Journal (1904-1955)

Rien ne me paraît plus faux que la maxime socratique: Connais-toi toi-même. Le vrai moyen de connaissance serait plutôt: Oublie-toi toi-même.

Mémoires improvisés

Quelqu’un qui soit en moi plus moi-même que moi.

Vers d'exil

Quelqu’un qui admire a toujours raison.

Correspondance avec André Suarès

Quand l’homme essaie d’imaginer le Paradis sur terre, ça fait tout de suite un enfer très convenable.

Conversations dans le Loir-et-Cher

Quand je vois le Christ en croix, les bras m’en tombent.

Journal (1904-1955)

Quand il existe quelque chose d’éternel, comment ferais-je pour n’en pas être éternellement le témoin?

Journal (1904-1955)

Pour connaître la rose, quelqu’un emploie la géométrie et un autre emploie le papillon.

L'Oiseau noir dans le soleil levant (1981)

Ouvrez les yeux! Le monde est encore intact; il est vierge comme au premier jour, frais comme le lait!

Art poétique

Où est le droit il n’y a plus d’affection.

L'Otage (1914), I, 2, Coûfontaine

O âme, pour qui rien n’existait de trop grand!

Tête d'or, III, le roi

Mon désir n’est pas de créer l’ordre, mais le désordre au contraire au sein d’un ordre absurde, ni d’apporter la liberté, mais simplement de rendre la prison visible.

Conversations dans le Loir-et-Cher

Même pour le simple envol d’un papillon, tout le ciel est nécessaire.

Mallarmé: ce professeur d’attention.

Positions et propositions

Les mots que j’emploie, – Ce sont les mots de tous les jours, et ce ne sont point les mêmes!

Cinq Grandes Odes

Les grands écrivains n’ont jamais été faits pour subir la loi des grammairiens, mais pour imposer la leur et non pas seulement leur volonté, mais leur caprice.

Positions et propositions

Les gens ne sont des héros que quand ils ne peuvent pas faire autrement.

Journal (1904-1955)

Le sceptique est un homme qui ne se doute de rien.

Journal (1904-1955)

Le devoir est toujours au-dessus.

Journal (1904-1955)

Le coeur qui d’abord résiste – comme un vase qu’on enfonce dans l’eau et qui se remplit tout à coup.

Journal (1904-1955)

Le bonheur n’est pas un luxe; il est en nous comme nous-mêmes.

La Ville (2e version), III, Coeuvre

L’homme humble ne s’agenouille pas, il s’asseoit.

Journal (1904-1955)

L’homme connaît le monde non point par ce qu’il y dérobe mais par ce qu’il y ajoute.

Art poétique

L’eau ainsi est le regard de la terre, son appareil à regarder le temps.

L'Oiseau noir dans le soleil levant (1981)

L’arbre mort fait encore une bonne charpente.

L'Otage (1914), II, 1, Sygne

Je n’attache absolument aucun prix à la valeur littéraire de mon oeuvre … Charpentier, j’aurais mis la même conscience à bien raboter une planche que celle qu’en écrivant je mets à bien écrire.

Propos à André Gide

Je me réserve avec fermeté le droit de me contredire.

Conversations dans le Loir-et-Cher

Il y a une architecture qui marche.

Conversations dans le Loir-et-Cher

Il y a des gens qui ne sont point persuasifs mais contagieux.

Journal (1904-1955)

Il ne faut pas comprendre … Il faut perdre connaissance.

Partage de midi, I, Ysé

Il n’y a pas de chose qui soit tout le temps bonne.

L'Echange, I, Thomas Pollock Nageoire

Le bonheur n’est pas le but mais le moyen de la vie.

Journal (1904-1955)

La nature n’est qu’une immense ruine.

Journal (1904-1955)

La musique est l’âme de la géométrie.

Journal (1904-1955)

La langue française est le produit, en même temps que le document, le plus parfait de notre tradition nationale.

L'Oiseau noir dans le soleil levant (1981)

La femme sera toujours le danger de tous les paradis.

Conversations dans le Loir-et-Cher

La crainte de l’adjectif est le commencement du style.

L’univers n’est qu’une manière totale de ne pas être ce qui est.

Art poétique

L’ordre est le plaisir de la raison: mais le désordre est le délice de l’imagination.

Le Soulier de satin, Avertissement

L’oeil doit se garer de la poussière, et le pied au contraire ne pas la craindre.

Journal (1904-1955)

L’Occident regarde la mer et l’Orient regarde la montagne.

L'Oiseau noir dans le soleil levant (1981)

Il n’y a de société vivante que celle qui est animée par l’inégalité et l’injustice.

Conversations dans le Loir-et-Cher

Il faut dire son chapelet quand on ne dort pas et ne pas ajouter la nuit – Au jour à qui sa propre malice suffit.

L'Otage (1914), I, 2, le pape Pie

Il est un temps de prendre, et un temps de laisser prendre.

L'Annonce faite à Marie, I, 3, Anne Vercors

Il est plus laborieux de conduire les hommes par la persuasion que par le fer.

La Ville (2e version), I, Lambert

Dieu est l’Etre parfait, en qui toute puissance est acte, inaccessible à nos sens, et de qui nous pouvons affirmer seulement qu’il est et ce qu’il n’est pas.

Correspondance de Paul Claudel et André Gide (1899-1926) (1949)

L’homme a été mis par Dieu au milieu de la nature pour l’achever et la lui offrir, par son travail pendant la semaine et par la prière chaque dimanche.

Conversations dans le Loir-et-Cher (1935), Mardi

Dieu a donné aux hommes pour s’en servir entre eux cette monnaie sublime de la charité qui porte le signe irrécusable du Rédempteur.

Conversations dans le Loir-et-Cher (1935), Mardi

Il y a beaucoup d’étoiles au ciel et leur ombre dépasse tout pouvoir que je l’épuise, et cependant il n’y en a pas une seule qui ne me soit nécessaire pour louer Dieu.

Conversations dans le Loir-et-Cher (1935), Dimanche

La justice n’est jamais si belle que sous un déguisement, quand elle porte non pas un bandeau mais un masque et personne ne sait qui c’est.

Conversations dans le Loir-et-Cher (1935), Jeudi

Que c’est beau la mer! Que c’est bon entre mes bras, la terre ronde! Que c’est beau, le chemin vers l’Occident!

Le Livre de Christophe Colomb (1933)

L’ordre est le plaisir de la raison, mais le désordre est le délice de l’imagination.

Le Soulier de satin (1929)

On ne se prépare pas à la mort, on se sépare de la vie.

Journal (1904-1955)

C’est douloureux d’écrire. Je m’en rends compte depuis des mois que je m’y suis mis. Ca fait mal à la main, et à l’âme.

Les Ames grises (2003)

Ce n’est pas de mettre les hommes en vrac tous ensemble qui est difficile, c’est de tâcher moyen qu’ils s’arrangent au lieu que de se faire du mal.

Conversations dans le Loir-et-Cher (1935)

Rien de tel qu’un célibataire pour avoir des théories sur les enfants.

Conversations dans le Loir-et-Cher (1935)

Le bien est plus intéressant que le mal parce qu’il est plus difficile.

Feuilles de saints (1925)

Dans l’adultère, il faut ou se cacher, ou affronter les reproches des autres.

Le Partage de midi (1948), Préface

Qui hait l’Etre, il hait sa propre existence.

Cinq grandes Odes (1911), Magnificat

Avant de pousser plus avant, je dois vous prévenir que je me réserve avec fermeté le droit de me contredire.

Conversations dans le Loir-et-Cher (1935)

Les mots ont une âme. Qu’on m’accuse tant qu’on voudra de fantaisie, mais j’affirme que le mot écrit a une âme, un certain dynamisme inclus qui se traduit sous notre plume en une figure, en un certain tracé expressif.

Positions et propositions (1928-1934)

Alors, pendant qu’il est encore temps, tenant mon coeur dans une main et mon soulier dans l’autre, Je me remets à vous! Vierge mère, je vous donne mon soulier!

Le Soulier de satin (1929)

Si l’ordre est le plaisir de la raison, le désordre est le délice de l’imagination.

Le Soulier de satin (1929)

Quand l’homme essaye d’imaginer le Paradis sur terre, ça fait tout de suite un Enfer très convenable.

Conversations dans le Loir-et-Cher (1935)

La terre est imprégnée de sel et de poison. Plus ce monde est beau, plus il rit dans la fraîcheur de ses feuilles, Plus la moquerie d’y être me paraît poignante.

La Ville (1893-1901), II

Est-ce que ma lèpre guérira? Non pas, autant qu’il y aura une parcelle de chair mortelle à dévorer. Est-ce que l’amour en mon coeur guérira? Jamais, tant qu’il y aura une âme immortelle à lui fournir aliment.

L'Annonce faite à Marie (1912), III, 3

La fumerie est un vaste vaisseau, vide de toute la hauteur de ses deux étages qui superposent leurs terrasses intérieures. La demeure est remplie d’une fumée bleue, on aspire une odeur de marron brûlé.

Connaissance de l'Est (1896)

Et je me revois à la plus haute fourche du vieil arbre dans le vent, enfant balancé parmi les pommes.

Connaissance de l'Est (1896)

L’intelligence n’est pas plus la vertu fondamentale pour un poète que la prudence pour un militaire (ou la probité chez un entrepreneur de travaux publics).

Positions et propositions (1928-1934)

L’excentricité moyenne dans les étoiles doubles est plus de douze fois l’excentricité trouvée dans le système planétaire et ce résultat extraordinaire est manifestement l’expression d’une loi fondamentale de la nature.

Journal (1904-1955), septembre 1924

La faute grammaticale est le plus souvent un remède à une faute euphonique.

Positions et propositions (1928-1934)

L’ombre s’accroît, la lampe brûle, et j’entends autour de moi le gémissement de tous ces peuples qui cherchent arrangement entre eux dans la nuit.

Le Soulier de satin (1929), III, 1, Dona Musique

Ce qu’il essaiera de dire misérablement sur la terre, je suis là pour le traduire dans le ciel.

Le Soulier de satin (1929), I, 1, Le Père Jésuite

L’objet de la littérature est de nous apprendre à lire.

Discours sur les lettres françaises, janvier 1922.

Le voici donc enfin abattu, l’édifice de votre amour-propre? La voici terrassée, cette Sygne que Dieu n’a pas faite! Le voici arraché jusqu’aux racines, ce tenace amour de vous-même!

L'Otage (1914), II, 2

Mais le bonheur, où est-il? c’est un souris qui s’efface, une voix qui se fait entendre en cessant, un rapt, Un trensport précaire, et le ravissement de notre découverte est mêlé à nos sanglots.

La Ville (1893-1901), III

Jeune fille, dans mon métier, on n’a pas les yeux dans sa poche. Je reconnais la bonne pierre sous les genévriers et le bon bois comme un maître-pivert: Tout de même les hommes et les femmes.

L'Annonce faite à Marie (1912)

Le mariage n’est point le plaisir, c’est le sacrifice du plaisir, c’est l’étude de deux âmes qui pour toujours désormais et pour une fin hors d’elles-mêmes auront à se contenter l’une de l’autre.

Le Père humilié (1920)

Le Français s’est toujours senti actionnaire d’une société dont chaque membre doit les comptes à tous les autres.

Positions et propositions (1928-1934)

Vous avez mis dans mon coeur l’horreur de la mort; mon âme n’a point de tolérance avec la mort.

Cinq grandes Odes (1911)

O femme! ô compagnon féminin! amère amie! O notre amère vie! ô amour, comme l’orange amère, Aussi suave à l’odeur, aussi étranger et amère au coeur et à la bouche!

La Ville (1893-1901), I

Et elle le quitta disant: «Avale la dravière fleurie! Engoule la luzerne bleue!»

La Jeune Fille Violaine (1899)

Il n’y a donc aucun doute qu’après la mort nous verrons Dieu.

Présence et Prophétie (1958)

Nous savons que nous sommes faits pour dominer le monde et non pas le monde pour nous dominer.

Positions et propositions (1928-1934)

Une petite fleur blanche tellement imperceptible qu’on l’appelle «Désespoir du peintre».

Journal, 8 juillet 1930

Notre armée déroute. L’empereur est mort!

Tête d'or (1890)

L’architecture, c’est le monde qui demande à devenir une Cité!

Feuilles de saints (1925), L'architecte

Les hautes falaises des maisons à balcons en décrochement et perspective dans la pluie et dans la brume.

Journal (1904-1955), 13 décembre 1938

Danse-La-Nuit, vous comprenez, cela ne veut pas dire qu’il danse la nuit, à l’ablatif, ce serait trop bête! Il danse la nuit, eh bien, comme on dit qu’il danse la polka, à l’accusatif.

La Lune à la recherche d'elle-même

Charmantes petites figures en culs-de-lampe au-dessous de la tribune du Comte, représentant les Vertus assises.

Journal, 28 mars 1920

Croire, c’est faire crédit à Dieu qui nous a donné sa parole, le Verbe.

Journal (1904-1955), janvier - février 1910

Est-ce que je doute de vous, Violaine ? est-ce que je ne vous aime pas, Violaine ? Est-ce que je ne suis pas sûr de vous, Violaine ?

L'Annonce faite à Marie (1912)

Il y a les saints qui laissent le monde où il est et trouvent plus simple d’occuper immédiatement l’éternel.

Feuilles de saints (1925)

Je crois que vous voulez m’éprouver et vous jouer de moi qui suis un homme simple et rude.

L'Annonce faite à Marie (1912)

Je suis le spectateur de la diminution du jour conjointe à l’épaississement graduel de la nue.

Connaissance de l'Est (1896)

Dans les derniers drames de Shakespeare le principal instrument prosodique est l’enjambement, la rupture de la phrase au milieu d’un membre logique, l’introduction de blancs, comme pour laisser passer un autre sens à travers le discours disjoint.

Journal, janvier-février 1924

L’histoire des manuscrits d’Aristote si étrange; le catalogue de la bibliothèque d’Alexandrie, leur trouvaille après un siècle et demi d’enfouissement en Troade.

Journal, juin 1910

Où que je tourne la tête j’envisage l’immense octave de la création! le monde s’ouvre et, si large qu’en soit l’empan, mon regard le traverse d’un bout à l’autre.

Cinq grandes odes (1901)

En un mot, la poésie ne peut exister sans l’émotion, ou, si l’on veut, sans un mouvement de l’âme qui règle celui des paroles.

Positions et propositions (1928-1934)

La grande aire de Bohême où pendant un siècle le fléau hussite égruge toute la chevalerie d’Allemagne.

Journal, avril 1910

Contre la large poitrine vient se rompre la charge de l’efrit et du diable sanglotant.

Cinq grandes odes (1901)

La pensée bat, comme la cervelle et le coeur.

Positions et propositions (1928-1934)

Augmentation du désir par la proximité. L’Avent est le temps du désir, l’attente dans le froid et dans la neige, la pluie et le vent.

Journal (1904-1955), novembre 1928

Quand on est en péril de mort toutes les armes sont bonnes pour se défendre.

Feuilles de saints (1925)

L’architecte est celui qui a vocation part son art d’édifier quelque chose de nécessaire et de permanent …

Feuilles de saints (1925), L'architecte

N’applique point à la vérité l’oeil seul, mais tout cela sans réserve qui est en toi-même.

Connaissance de l'Est (1896)

Le style est une qualité naturelle comme le son de la voix, il n’est nullement l’apanage des écrivains professionnels.

Positions et propositions (1928-1934)

Effroyables révélations sur l’enfer soviétique de la mer blanche. Lénine figure de l’Antéchrist.

Journal, novembre 1928

Les anophèles porteurs de fièvre craignent la lumière, la chaleur et l’eau claire.

Journal, 15 février 1925

L’anglicanisme est la lune sinistre et glacée du catholicisme.

Cahier VI, mai 1932

Mouvement adorable des anémones de mer qui se déplacent en respirant, en s’épanouissant et se refermant comme des corolles.

Cahiers IV, août 1919

Même l’intelligence ne fonctionne pleinement que sous l’impulsion du désir.

Positions et propositions (1928-1934)

Devant lui l’immense système stellaire d’Orion. Mon étoile! Non pas une étoile seulement mais la coruscation au troisième étage du ciel de ce corps fait de feux.

Journal (1904-1955), janvier 1917

Shanghaï, transformé, ce n’est plus la ville chinoise d’autrefois reliée par les canaux à la campagne confucéenne.

Journal (1904-1955), 14 novembre 1921

Ce monde à lui tout seul tel qu’il est, c’est difficile de nous persuader qu’il est complet et suffisant.

Feuilles de saints (1925), Ode jubilatoire

Il accepte, comme l’hostie, la mort avec un coeur simple et obéissant.

Feuilles de saints (1925)

Heureusement qu’avant chaque banquet à l’eau froide (c’était le temps de la prohibition), il y avait le cocktail qui en Amérique, est une nécessité impérieuse, un cordial indispensable.

L'Elasticité américaine

L’intérieur exfolié du rocher, replis de coquille, conduits, détours, corridors, chicanes, tout un travail souterrain.

Journal, 20 avril 1928

En Amérique, la colère, l’indignation furent profondes. Nos marchandises furent boycottées. Le tourisme américain se détourna de nos ports. Toutes nos oeuvres françaises créées et maintenues avec tant d’effort périclitèrent.

L'Amérique et nous

Le blé indien, qui a plus que la taille d’un homme emplumé, présentant l’épi énorme et aigu.

L'Echange (1894)

Qui s’intéresse à beaucoup de choses, beaucoup de choses lui sont données.

Feuilles de saints (1925), Sainte Thérèse

Deux manières de briller: rejeter la lumière ou la produire.

Docteur, vous pensez que c’était la saucisse?

Dernières paroles, 1955.

La tolérance? Il y a des maisons pour ça!

Une question est une réponse.

Cinq grandes odes (1901)

Israël est toujours le fils aîné de la promesse, comme il est aujourd’hui le fils aîné de la douleur.

Lettre au grand rabbin de France, 24 décembre 1941.

Si Madeleine avait coupé ses cheveux par pénitence, avec quoi aurait-elle essuyé les pieds du sauveur?

Journal (1904-1955)

L’art s’adresse à des facultés de l’esprit particulièrement périlleuses.

Mémoires improvisés (1954)

C’est au bras de la noblesse de France que la démocratie américaine a fait son entrée dans le monde.

La France et l'indépendance américaine

Toute âme est une très vile comédie.

Tête d'or

Il est sorti premier d’un concours de circonstances.

Il y a un sens immédiat et littéral du texte sacré, mais aussi un sens allégorique … et un sens anagogique par lequel notre âme se trouve élevée vers l’amour et le désir de Dieu.

Journal, octobre 1930

Il met des cafards dans la farine! Il met des vers dans le boeuf salé! Il boît l’eau! Il aigrit le vin!

Le Livre de Christophe Colomb (1933)

Ce n’est pas être pour un homme que de ne pas agir.

Feuilles de saints (1925), L'architecte

Lina Beillans, atteinte d’aérophagie, elle ne peut ni parler, ni voir, ni se coucher, ni s’asseoir. Elle passe sa vie debout, comme une stylite … dans des souffrances affreuses … atteignent tous ses organes.

Journal, 1927

Le Français s’est toujours senti actionnaire d’une société dont chaque membre doit des comptes à tous les autres.

Positions et propositions (1928-1934)

Elan vers le Dieu absolu qui nous libère du contingent. Mais en cette vie nous sommes séparés de lui.

Cinq grandes odes (1901)

Je suis obligé de prendre les mots dans le sens qu’ils ont aujourd’hui, et non pas toujours dans celui qu’ils pourraient ou devraient avoir – «J’ai abîmé mes affaires», tellement vitupéré par mon professeur de rhétorique. – Adorable.

Cahier IV, août 1919

De tous les plaisirs, quand il n’en reste plus, il reste toujours celui de se lever de table après un repas ennuyeux.

Il n’y a rien au ciel et sur la terre que l’amour ne soit capable de donner.

Le vin est un professeur de goût, il est le libérateur de l’esprit et l’illuminateur de l’intelligence.

Cette musique qui n’est pas mauvaise mais qui donne envie d’en entendre de la bonne.

De la coutume du hara-kiri, les Japonais ont gardé la manie du cure-dents.

Devant la cuisine anglaise, il n’y a qu’un seul mot: soit!

Pour célébrer la mémoire de tous les écrivains passés je propose un siècle de silence.

Dans votre vie à vous, rien n’arrive. Rien qui aille d’un bout à l’autre. Rien ne commence, rien ne finit. Ca vaut la peine d’aller au théâtre pour voir quelque chose qui arrive. Vous entendez ! Qui arrive pour de bon ! Qui commence et qui finisse !

L'Echange (1894)

Qu’est-ce que la vérité ? Est-ce qu’elle n’a pas dix-sept enveloppes comme les oignons ?

L'Echange (1894)

Le bonheur n’est pas un luxe, il est en nous contre nous-mêmes.

Le Partage de midi (1948)

Le poème n’est point fait de ces lettres que je plante comme des clous, mais du blanc qui reste sur le papier.

Cinq grandes Odes (1911), Les Muses