Acceuil / Citation

Citations de : Muriel Barbery

Peut-être que je suis le symptôme de la contradiction familiale et donc celle qui doit disparaître pour que la famille aille bien.

L'élégance du hérisson (2006)

Personne ne semble avoir songé que si la vie est absurde, y réussir brillamment n’a pas plus de valeur que d’y échouer.

L'élégance du hérisson (2006)

Alors s’il y a quelque chose dans le monde qui vaut la peine de vivre, je ne dois pas le louper parce qu’une fois qu’on est mort, il est trop tard pour avoir des regrets et parce que mourir parce qu’on s’est trompé c’est vraiment bête.

L'élégance du hérisson (2006)

A qui n’a jamais compris que l’enchantement de la langue française naît de telles subtilités, j’adresse la prière suivante : méfiez-vous des virgules.

L'élégance du hérisson (2006)

Si il y a bien une chose que les pauvres détestent ce sont les autres pauvres.

L'élégance du hérisson (2006)

Les cathédrales ont toujours éveillé en moi ce sentiment proche de la syncope que l’on éprouve face à la manifestation de ce que les hommes peuvent bâtir à la gloire de quelque chose qui n’existe pas.

L'élégance du hérisson (2006)

Ceux qui savent faire font, ceux qui ne savent pas faire enseignent, ceux qui ne savent pas enseigner enseignent aux enseignants et ceux qui ne savent pas enseigner aux enseignants font de la politique.

L'élégance du hérisson (2006)

Exaltation de l’enfance: combien d’années passons-nous à oublier cette passion que nous insufflions à toute activité qui nous promettait du plaisir?

Une gourmandise (2000)

L’Etat! Comme l’Etat a bon dos lorsqu’il s’agit d’accuser un autre qui n’est autre que soi!

Une gourmandise (2000)

Mémoire illusoire qui veut faire de l’or avec du sable, de l’éternité avec le temps.

Une gourmandise (2000)

Un homme qui pète au lit, ma grand-mère le disait, c’est un homme qui aime la vie.

Une gourmandise (2000)

Car que sont les enfants sinon de monstrueuses excroissances de nous-mêmes, de pitoyables substituts à nos désirs non réalisés?

Une gourmandise (2000)

La caverne aux trésors, c’était cela, ce rythme parfait, cette harmonie chatoyante entre des unités en elles-mêmes exquises mais dont la succession stricte et rituelle confinait au sublime.

Une gourmandise (2000)

Les mots: écrins qui recueillent une réalité esseulée et la métamorphosent en un moment d’anthologie, magiciens qui changent la face de la réalité en l’embellissant du droit de devenir mémorable, rangée dans la bibliothèque des souvenirs.

Une gourmandise (2000)

On croit que les enfants ne savent rien. C’est à se demander si les grandes personnes ont été des enfants, un jour.

Une gourmandise (2000)

Le pain, le sable: deux chaleurs connexes, deux attirances complices; c’est à chaque fois tout un monde de bonheurs rustiques qui envahit notre perception.

Une gourmandise (2000)

Ce qui se joue dans le face-à-face de celui qui abdique et de celui qui conquiert, est-ce filiation, est-ce renoncement?

Une gourmandise (2000)

Tous, ils promettaient, par la maestria et la précision de leurs commentaires, par la virtuosité de leurs tirades maîtrisées, qui transperçaient le sorbet d’éclairs de syntaxe, de fulgurations poétiques, de devenir un jour ces maîtres du verbe culinaire.

Une gourmandise (2000)

Le sabayon, c’est l’emblème de la cuisine française: un truc qui se veut léger et qui étouffe le premier chrétien venu.

L'élégance du hérisson (2006)

Je m’appelle Paloma, j’ai douze ans, j’habite au 7 rue de Grenelle dans un appartement de riches. Mais depuis très longtemps, je sais que la destination finale, c’est le bocal à poissons, la vacuité et l’ineptie de l’existence adulte.

L'élégance du hérisson (2006)

A quoi sert l’Art? A nous donner la brève mais fulgurante illusion du camélia, en ouvrant dans le temps une brèche émotionnelle qui semble irréductible à la logique animale.

L'élégance du hérisson (2006)

Les adultes ont avec la mort un rapport hystérique, ça prend des proportions énormes, on en fait tout un plat alors que c’est pourtant l’événement le plus banal au monde.

L'élégance du hérisson (2006)

Pour la première fois de ma vie, j’ai ressenti le sens du mot jamais. Eh bien, c’est terrible. On prononce ce mot cent fois par jour mais on ne sait pas ce qu’on dit avant d’avoir été confronté à un vrai «plus jamais».

L'élégance du hérisson (2006)

Je fais partie des 8% de la population mondiale qui calment leur appréhension en se noyant dans les chiffres.

L'élégance du hérisson (2006)

Est-ce que ça veut dire que c’est comme ça qu’il faut mener sa vie? Toujours en équilibre entre la beauté et la mort, le mouvement et sa disparition?

L'élégance du hérisson (2006)

Ce qui est beau, c’est ce qu’on saisit alors que ça passe. C’est la configuration éphémère des choses au moment où on en voit en même temps la beauté et la mort.

L'élégance du hérisson (2006)

Comment décide-t-on de la valeur d’une vie? Ce qui importe, ce n’est pas de mourir, c’est ce qu’on fait au moment où on meurt. Que faisais-je au moment de mourir? J’avais rencontré l’autre et j’étais prête à aimer.

L'élégance du hérisson (2006)

Lorsque la maladie entre dans un foyer, elle ne s’empare par seulement d’un corps mais tisse entre les coeurs une sombre toile où s’ensevelit l’espoir.

L'élégance du hérisson (2006)

La quiétude que nous éprouvons lorsque nous sommes seuls, cette certitude de nous-mêmes dans la sérénité de la solitude ne sont rien en comparaison du laisser-aller, du laisser-venir et laisser-parler qui se vit avec l’autre, en compagnie complice…

L'élégance du hérisson (2006)

La faculté que nous avons de nous manipuler nous-mêmes pour que ne vacille point le socle de nos croyances est un phénomène fascinant.

L'élégance du hérisson (2006)

Les riches se convainquent que leur vie suit un sillon céleste que le pouvoir de l’argent creuse naturellement.

L'élégance du hérisson (2006)

Ainsi vit-on sa vie d’homme, dans notre univers: il faut sans cesse reconstruire son identité d’adulte, cet assemblage bancal et éphémère, si fragile, qui habille le désespoir et, à soi devant sa glace, raconte le mensonge auquel on a besoin de croire.

L'élégance du hérisson (2006)

Le futur, ça sert à ça: à construire le présent avec des vrais projets de vivants.

L'élégance du hérisson (2006)

La misère est une faucheuse: elle moissonne en nous tout ce que nous avons d’aptitude au commerce de l’autre et nous laisse vides, lavés de sentiments, pour pouvoir endurer toute la noirceur du présent.

L'élégance du hérisson (2006)

La diplomatie échoue toujours lorsque le rapport de force est équilibré. On n’a jamais vu un plus fort accepter les propositions diplomatiques de l’autre.

L'élégance du hérisson (2006)

Qui chasse l’éternité récolte la solitude.

L'élégance du hérisson (2006)

Dans la scène muette, sans vie ni mouvement, s’incarne un temps excepté de projets, une perfection arrachée à la durée et à sa lasse avidité – un plaisir sans désir, une existence sans durée, une beauté sans volonté.

L'élégance du hérisson (2006)

Nous jouissons de ce que nous n’avons pas eu à convoiter, nous contemplons ce que nous n’avons pas eu à vouloir, nous chérissons ce que nous n’avons pas dû désirer.

L'élégance du hérisson (2006)

Qu’est-ce qu’une aristocrate? C’est une femme que la vulgarité n’atteint pas bien qu’elle en soit cernée.

L'élégance du hérisson (2006)

Je me mets à pleurer, doucement, lentement, avec dans le coeur un camélia frémissant.

L'élégance du hérisson (2006)

Je crois qu’il n’y a qu’une chose à faire: trouver la tâche pour laquelle nous sommes nés et l’accomplir du mieux que nous pouvons, de toutes nos forces, sans chercher midi à quatorze heures et sans croire qu’il y a du divin dans notre nature animale.

L'élégance du hérisson (2006)

Jour après jour, nous arpentons notre vie comme on arpente un couloir.

L'élégance du hérisson (2006)

Oui, quittons ce monde où ce qui bouge dévoile ce qui est laid.

L'élégance du hérisson (2006)

Vivre, mourir: ce ne sont que des conséquences de ce qu’on a construit. Ce qui compte, c’est de bien construire. Je veux mourir en construisant.

L'élégance du hérisson (2006)

Nous parlons d’amour, de bien et de mal … et nous accrochons à ces icônes respectables comme la tique assoiffée à son gros chien tout chaud.

L'élégance du hérisson (2006)

Qui sème le désir récolte l’oppression.

L'élégance du hérisson (2006)

C’est peut-être ça, être vivant: traquer des instants qui meurent.

L'élégance du hérisson (2006)

L’éternité, cet invisible que nous regardons.

L'élégance du hérisson (2006)

Je suis toujours fascinée par l’abnégation avec laquelle nous autres humains sommes capables de consacrer une grande énergie à la quête du rien et au brassage de pensées inutiles et absurdes.

L'élégance du hérisson (2006)

L’Art, c’est l’émotion sans le désir.

L'élégance du hérisson (2006)

Je ne vois que la psychanalyse pour concurrencer le christianisme dans l’amour des souffrances qui durent.

L'élégance du hérisson (2006)

L’Art, c’est la vie, mais sur un autre rythme.

L'élégance du hérisson (2006)

Les psys sont des comiques qui croient que la métaphore, c’est un truc de grand sage.

L'élégance du hérisson (2006)

Les gens croient poursuivre les étoiles et ils finissent comme des poissons rouges dans un bocal.

L'élégance du hérisson (2006)

La Civilisation, c’est la violence maîtrisée, la victoire toujours inachevée sur l’agressivité du primate.

L'élégance du hérisson (2006)

Les hommes vivent dans un monde où ce sont les mots et non les actes qui ont du pouvoir, où la compétence ultime, c’est la maîtrise du langage.

L'élégance du hérisson (2006)

C’est peut-être ça la vie : beaucoup de désespoir mais aussi quelques moments de beauté où le temps n’est plus le même.

L'élégance du hérisson (2006)

Une onomatopée et une familiarité pareille dans la bouche de Manuela c’est un peu comme si le pape, s’oubliant, lançait aux cardinaux : Mais où est donc cette saleté de mitre ? Foutue mitre, dit le pape.

L' élégance du hérisson (2006)

Je me lève en prenant soin de traîner mes pieds enchâssés dans des chaussons si conformes que seule la coalition de la baguette de pain et du béret peut leur lancer le défi des clichés consensuels.

L'élégance du hérisson (2006)

Disons que l’idée de me battre dans un monde de nantis, moi, la fille de rien, sans beauté ni piquant, sans passé ni ambition, sans entregent ni éclat, m’a fatiguée avant même d’essayer.

L'élégance du hérisson (2006)

Où se trouve la beauté ? Dans les grandes choses qui, comme les autres, sont condamnées à mourir, ou bien dans les petites qui, sans prétendre à rien, savent incruster dans l’instant une gemme d’infini ?

L'élégance du hérisson (2006)

Aimer, ça ne doit pas être un moyen, ça doit être un but.

L'élégance du hérisson (2006)

J’enclenche la cassette, je sirote du thé au jasmin. De temps en temps, je reviens en arrière, grâce à ce rosaire laïc qu’on appelle la télécommande.

L'élégance du hérisson (2006)

S’il y a bien une chose que les pauvres détestent, ce sont les autres pauvres.

L'élégance du hérisson (2006)

Oui, l’univers conspire à la vacuité, les âmes perdues pleurent la beauté, l’insignifiance nous encercle.

L'élégance du hérisson (2006)

Toutes les familles heureuses se ressemblent mais les familles malheureuses le sont chacune à leur façon est la première phrase d’Anna Karénine que, comme toute bonne concierge, je ne saurais avoir lu, non plus qu’il ne m’est accordé d’avoir sursauté par hasard à la seconde partie de cette phrase, dans un moment de grâce, sans savoir qu’elle venait de Tolstoï.

L'élégance du hérisson (2006)

Et dans mon souvenir aussi, le rugby, c’est un jeu pesant, avec des gars qui se jettent sans cesse sur l’herbe et se relèvent pour retomber et s’emmêler trois pas plus loin.

L'élégance du hérisson (2006)

Un tilleul qui embaume dans la fin du jour, c’est un ravissement qui s’imprime en nous de manière indélébile et, au creux de notre joie d’exister, trace un sillon de bonheur que la douceur d’un soir de juillet à elle seule ne saurait expliquer.

Une gourmandise (2000)

J’ai beau savoir que le monde est laid, je n’ai pas envie de le voir.

L'élégance du hérisson (2006)

Consistante, immédiatement elle-même malgré la béance des quais ouverts sur l’ailleurs, animée d’une vie autosuffisante, enclave de sens à la croisée des chemins, Tanger nous happait vigoureusement à la première minute.

Une gourmandise (2000)

Aux riches le devoir du Beau. Sinon, ils méritent de mourir.

L'élégance du hérisson (2006)

Nous parlons d’amour, de bien et de mal… et nous accrochons à ces icônes respectables comme la tique assoiffée à son gros chien tout chaud.

L'élégance du hérisson (2006)

L’incapacité qu’ont les êtres à croire à ce qui fait exploser les cadres de leurs petites habitudes mentales.

L'élégance du hérisson (2006)

Personne ne semble avoir songé au fait que si l’existence est absurde, y réussir brillamment n’a pas plus de valeur qu’y échouer. C’est seulement plus confortable.

L'élégance du hérisson (2006)

Vivre, se nourrir, se reproduire, accomplir la tâche pour laquelle on est né et mourir : ça n’a aucun sens, c’est vrai, mais c’est comme ça que les choses sont.

L'élégance du hérisson (2006)

L’important n’est pas de mourir mais ce que l’on fait quand on va mourir : Madame Michelle avait décider d’aimer.

L'élégance du hérisson (2006)

Comment naît l’Art ? il s’accouche de la capacité qu’a l’esprit à sculpter le domaine sensoriel. Il met en forme et rend visibles nos émotions…

L'élégance du hérisson (2006)

Vous seriez surpris de ce que se disent les petites gens. Elles préfèrent les histoires aux théories, les anecdotes aux concepts, les images aux idées. Cela ne les empêche pas de philosopher.

L'élégance du hérisson (2006)

Personne ne semble avoir songé au fait que si l’existence est absurde, y réussir brillamment n’a pas plus de valeur qu’y échouer.

L'élégance du hérisson (2006)

La lucidité rend le succès amer alors que la médiocrité espère toujours quelque chose.

L'élégance du hérisson (2006)

S’il y a quelque chose dans ce monde qui vaut la peine de vivre, je ne dois pas la louper parce qu’une fois qu’on est mort, il est trop tard pour avoir des regrets.

L'élégance du hérisson (2006)

A part l’amour, l’amitié et la beauté de l’Art, je ne vois pas grand-chose d’autre qui puisse nourrir la vie humaine.

L'élégance du hérisson (2006)

Le seul intérêt des chats, c’est qu’ils constituent des objets décoratifs mouvants.

L'élégance du hérisson (2006)

Mais si on redoute le lendemain, c’est parce qu’on ne sait pas construire le présent et quand on ne sait pas construire le présent, on se raconte qu’on le pourra demain et c’est fichu parce que demain finit toujours par devenir aujourd’hui, vous voyez?

L'élégance du hérisson (2006)

Si on redoute le lendemain, c’est parce qu’on ne sait pas construire le présent, on se raconte qu’on le pourra demain et c’est fichu parce que demain finit toujours par devenir aujourd’hui, vous voyez?

L'élégance du hérisson (2006)

La vraie nouveauté, c’est ce qui ne vieillit pas, malgré le temps.

L'élégance du hérisson (2006)

Elle a pourri la vie de sa belle-fille jusqu’au bout. Paix à son âme, c’était une sainte femme, avait ajouté Manuela – qui vouait à la jeune Mme Meurisse une haine racinienne – en guise d’oraison funèbre.

L'élégance du hérisson (2006)

Et, de toutes mes forces, je lance une supplique pour que ta vie soit à la hauteur de ce que tu promets.

L'élégance du hérisson (2006)

C’est toucher le fond de la marre sociale que d’entendre dans la voix d’un riche qu’il ne s’adresse qu’a lui même et que, bien que les mots qu’il prononce vous soient techniquement destinés, il n’imagine même pas que vous puissiez les comprendre.

L'élégance du hérisson (2006)

Thé et manga contre café et journal : l’élégance et l’enchantement contre la triste agressivité des jeux de pouvoir adultes.

L'élégance du hérisson (2006)

Indigente par le nom, la position et l’aspect, je suis en mon entendement une déesse invaincue.

L'élégance du hérisson (2006)

Finalement, les ados croient devenir adultes en singeant des adultes qui sont restés des gosses et fuient devant la vie.

L'élégance du hérisson (2006)