Acceuil / Citation

Citations de : Maurice Béjart

La danse, mieux qu’aucun autre des arts, peut nous livrer l’essentiel des mythes.

Avant-propos à Michaël Denard danse l'Oiseau de feu (1979) de Anne Dduvernoy.

Dans la danse, on retrouve à la fois le cinéma, les bandes dessinées, le cent mètres olympiques, la natation, avec, en plus, la poésie, l’amour, la tendresse. C’est ça le XXe siècle.

Un instant dans la vie d'autrui (1979)

La danse… un minimum d’explications, un minimum d’anecdotes, et un maximum de sensations.

Un instant dans la vie d'autrui (1979)

Les autres sont là pour qu’on s’occupe d’eux.

Un instant dans la vie d'autrui (1979)

Lorsque j’ai besoin de me ressourcer je file vers le cimetière de Passy. C’est le seul de Paris à posséder une salle d’attente chauffée.

Je crois que l’on meurt toujours à temps … Le temps est compté différemment pour chacun, mais on meurt à temps.

Interview à l'agence de presse suisse ATS.

Sur la quantité, on jette, il n’y en a pas beaucoup qui sont bons, peut-être cinq ou six choses qui ne sont pas trop mauvaises.

A propos des ballets.

Je ne désire pas qu’à ma mort le qualificatif «français» soit accolé au mot chorégraphe.

Propos avec Michel Robert.

Il y avait le sport, il y avait le cinéma. Il y avait le corps et le rêve: la danse allait proposer des performances sportives, mais en associant le mouvement physique, la performance, à une émotivité. Et en donnant des choses à voir. Des images.

Un instant dans la vie d'autrui (1979)

Les gens ont besoin d’images, ils ont besoin d’émotion, de lyrisme. La danse permet de mélanger un plaisir esthétique, un plaisir dynamique et un plaisir émotionnel. Un minimum d’explications, un minimum d’anecdotes, et un maximum de sensations.

Un instant dans la vie d'autrui (1979)

Je prenais la vie et je la jetais sur scène. Une double tradition: celle de l’enseignement et celle de l’art. Je ne suis pas le révolutionnaire qu’on croit: j’ai dépoussiéré.

Un instant dans la vie d'autrui (1979)

Il n’y a qu’un seul public: celui qui vient pour aimer… Si les gens viennent pour s’aimer eux-mêmes ou chercher le reflet d’anciennes amours, le contact n’a pas lieu.

Un instant dans la vie d'autrui (1979)

Echapper à sa propre chronologie est une joie que donnent les rêves.

Un instant dans la vie d'autrui (1979)

La phrase la plus sotte de la langue française, c’est «bête comme ses pieds».

Dans L'Arc, n° 79.

La danse n’a plus rien à raconter: elle a beaucoup à dire!

Un instant dans la vie d'autrui (1979)