Acceuil / Citation

Citations de : Marie-Claire Blais

C’est après sa mort que quelqu’un commence à changer.

Le jour est noir (1962)

Comment oublier cette certitude d’être indispensable à tous, et cela sans orgueil !

Vivre ! Vivre ! (1969)

C’est cela, le drame des dilettantes : ils ne sont que des amateurs éphémères de ce qui est éternel…

Deux destins (1971-1974)

Tout est immortel et rien ne sera oublié de ce qui fut.

Les Voyageurs sacrés (1969)

On ne peut pas réparer la chair qui a été blessée, on ne se console pas de l’absence de nos morts.

L'Ange de la solitude (1989)

Le mariage est souvent cela, le couronnement de deux médiocrités étrangères l’une à l’autre…

Deux destins (1971-1974)

La vie entrave l’âme. La mort dégage. C’est peut-être le seul temps d’amour.

Tête blanche (1980)

Tout est utile, c’est étrange. La peine ne se perd pas. Elle sert à la joie des autres.

Tête blanche (1980)

C’est la vie qui se fait à mesure que tu aimes.

Les Voyageurs sacrés (1969)

La vie est une farce, apprends à rire!

Un Joualonais, sa joualonie (1973)

Il était plus frappé en elle par la femme physique que par la femme morale. Mais rien ne ment moins que le corps.

Une liaison parisienne (1975)

Il vaut mieux vivre avec un fou comme moi qu’avec une âme médiocre et c’est vers la médiocrité que tu cours.

Le Loup (1972)

Mon vieux, c’est sensass… oui! Ah! quel con, alors, ça vaut la peine d’avoir quelqu’un chez moi à qui parler, ce con-là, il roupille déjà!

Une liaison parisienne (1975)

Tandis que le petit Juif on lui dit: fais confiance à personne et n’oublie pas que charité bien ordonnée commence par ce que l’on a dans sa poche.

L'instant fragile (1995)

Les enfants, vois-tu, dans le monde, simplement parce qu’ils sont des enfants, ce sont déjà des prières. Les plus belles.

Tête blanche (1980)

C’est avec l’esprit que les gens éprouvent de l’amitié.

Les apparences

L’amour est un acte trop lucide, son passage dans la vie ne déchire-t-il pas des années d’habitude, parfois, ne chasse-t-il pas tout un passé?

Les nuits de l'Underground

On ne peut aimer que dans la sérénité, autrement on s’égare.

L’amour n’est-il pas le dieu du temps perdu?

Les Voyageurs sacrés (1969)