Acceuil / Citation

Citations de : Lucía Etxebarria de Asteinza

Dans la vie, on peut tout obtenir si on insiste insuffisamment.

Amor, curiosidad, prozac y dudas (1997)

La force signifie surtout supporter, ne pas se briser. C’est une vertu féminine.

Amor, curiosidad, prozac y dudas (1997)

Le sang n’unit pas autant qu’il le devrait; quand les gens ne sont pas sur la même longueur d’onde, c’est ainsi, impossible d’y remédier.

Amor, curiosidad, prozac y dudas (1997)

Douze heures de mon temps quotidien sont hypothéquées pour obtenir l’argent qui paie ce luxe dont je ne profite pas.

Amor, curiosidad, prozac y dudas (1997)

Un jour ordinaire de la vie constitue toujours une date importante. Même si nous ne nous en rendons pas compte.

Amor, curiosidad, prozac y dudas (1997)

S’embarquer dans la tristesse, c’est comme de se laisser glisser en patins à roulettes le long d’une pente : impossible de prévoir combien de temps durera la descente, mais on sait parfaitement que tout s’arrêtera d’un seul coup.

Amour, Prozac et autres curiosités (2005)

L’ignorance est une traîtresse qui s’est alliée à l’imagination.

Amour, Prozac et autres curiosités (2005)

Il vaut mieux regretter le manque que de finir par regretter la présence. Je préfère la nostalgie à la routine.

Amour, Prozac et autres curiosités (2005)

Elle adorait particulièrement qu’il sache cuisiner. L’apparition des plats sur la table produit toujours un effet magique sur ceux qui ne les ont pas préparés.

De l'amour et autres mensonges (2005)

Dark Vador, pensai-je, voici tes guerrières, ouvre-nous la porte.

Amour, Prozac et autres curiosités (2005)

Je crois que le devoir, c’est d’être aux côtés de ceux qu’on aime, même si on doute d’eux, c’est ça l’amour.

Aime-moi, por favor ! (2006)

Quand on aime vraiment, l’autre est important mais ne doit pas devenir indispensable. En d’autres termes, on pourrait vivre sans lui, mais on préfère vivre avec lui.

Je ne souffrirai plus par amour (2008)

Amour et désir sont deux choses différentes, tout ce qui est aimé n’est pas désiré, et tout ce qui est désiré n’est pas aimé.

Cosmofobia (2007)

Tout ce qu’on a pu lire sur la sexualité féminine a été écrit par des hommes, qui nous voient comme des objets et pas comme des sujets.

Interview sur Cafebabel.com, 2 juillet 2008.

On ne regrette pas les personnes qu’on a aimées. Ce qu’on regrette, c’est la partie de nous-même qui s’en va avec elles.

Amor, curiosidad, prozac y dudas (1997)