Acceuil / Citation

Citations de : Louis Dumur

L’indépendance du coeur est le triomphe de l’égoïsme.

Petits aphorismes sur la sensibilité (1892)

Pour réussir, il faut parler avec le coeur et agir sans lui.

Petits aphorismes sur la sensibilité (1892)

Il y a souvent, chez les personnes d’extérieur froid, une émotion intérieure d’autant plus violente qu’elle est comprimée.

Petits aphorismes sur la sensibilité (1892)

Notre coeur nous emporte au large; notre raison nous retient sur le rivage. De là tant de naufrages pour le coeur et tant de dépendances pour la raison.

Petits aphorismes sur la sensibilité (1892)

Les contradictions du coeur n’en sont pas.

Petits aphorismes sur la sensibilité (1892)

Il ne suffit pas que le coeur soit d’or: il faut encore qu’il soit délicatement ouvré.

Petits aphorismes sur la sensibilité (1892)

Le coeur est un volcan, dangereux quand il est en activité, laid quand il est éteint.

Petits aphorismes sur la sensibilité (1892)

On n’est pas toujours le fils de son père, mais on est toujours le père de son fils.

Petits aphorismes sur le mariage (1892)

Le mariage est une prison dont les portes sont toujours ouvertes sur l’adultère.

Petits aphorismes sur le mariage (1892)

Le mariage est un moyen terme entre l’amour et la chasteté.

Petits aphorismes sur le mariage (1892)

Le mariage est un gage sur lequel on cherche à emprunter de l’amour.

Petits aphorismes sur le mariage (1892)

L’homme est un mystère pour la femme, la femme une énigme pour l’homme.

Petits aphorismes sur l'amour (1892)

Tout l’art de l’amour consiste pour l’homme à deviner la femme, pour la femme à comprendre l’homme.

Petits aphorismes sur l'amour (1892)

Pour être très fort en amour deux conditions sont nécessaires: espérer tout et n’ignorer rien.

Petits aphorismes sur l'amour (1892)

En amour, comme dans beaucoup de maladies, une rechute est toujours grave.

Petits aphorismes sur l'amour (1892)

La poésie et la physiologie sont les deux pôles de l’amour.

Petits aphorismes sur l'amour (1892)

Quand on mêle le devoir à l’amour, l’idée du devoir finit par absorber l’idée de l’amour.

Petits aphorismes sur l'amour (1892)

L’amour ne rend pas meilleur, il rend autre.

Petits aphorismes sur l'amour (1892)

Il y a deux modes dans l’amour: le corps et l’âme. Il n’y a qu’une substance: la vie.

Petits aphorismes sur l'amour (1892)

Les femmes sont comme les oiseaux: elles charment si ce sont des rossignols, elles agacent si ce sont des pies.

Petits aphorismes sur les femmes (1892)

Il n’y a ni à comprendre, ni à connaître la femme: il n’y a qu’à la goûter.

Petits aphorismes sur les femmes (1892)

On n’aime vraiment une femme que quand on ne la connaît pas; on ne la connaît que quand on ne l’aime plus.

Petits aphorismes sur les femmes (1892)

La chance vaut sans le mérite; le mérite ne vaut rien sans la chance.

Petits aphorismes sur le succès (1892)

Nous voyons dans le succès des autres une injustice à notre égard.

Petits aphorismes sur le succès (1892)

Les succès d’amour ont ce désavantage sur les autres qu’il est défendu de s’en faire gloire.

Petits aphorismes sur le succès (1892)

Il ne faut jamais se reposer sur ses lauriers: ce n’est pas un siège bien solide.

Petits aphorismes sur le succès (1892)

Pactiser avec la sottise est le meilleur moyen de s’assurer le succès et de s’interdire la gloire.

Petits aphorismes sur le succès (1892)

La renommée est une femme que certains encensent, que d’autres violent, mais qui ne fait jamais les avances.

Petits aphorismes sur le succès (1892)

Un lingot d’or à la place du coeur vaut encore mieux qu’un caillou.

Petits aphorismes de l'argent(1892)

J’aime l’argent. Homme vulgaire! J’ai de l’argent. Homme sublime!

Petits aphorismes de l'argent (1892)

Le coeur pardonne souvent, la raison parfois, l’amour-propre jamais.

Petits aphorismes sur l'amour-propre (1892)

La modestie est un amour-propre réglé par la raison.

Petits aphorismes sur l'amour-propre (1892)

L’amour-propre est une pièce de monnaie dont l’orgueil est face, tandis que la vanité est pile.

Petits aphorismes sur l'amour-propre (1892)

On prend son plaisir où on le trouve: ordinairement un degré plus bas qu’on ne l’avoue.

Petits aphorismes sur l'amour-propre (1892)

Nous décernons des prix à nos vertus et des accessits à celles des autres.

Petits aphorismes sur l'amour-propre (1892)

Chacun voudrait recommencer une autre vie, mais peu de personnes voudraient recommencer la leur.

Petits aphorismes sur la vie (1892)

Exiger le plus pour avoir le moins n’est pas de mise avec la vie.

Petits aphorismes sur la vie (1892)

Chacun touche sur la vie les intérêts du capital qu’il a risqué.

Petits aphorismes sur la vie (1892)

Il est préférable de vivre la vie que de vouloir la comprendre. On réussit quelquefois à la vivre, mais jamais à la comprendre.

Petits aphorismes sur la vie (1892)

L’espérance est la morphine de la vie.

Petits aphorismes sur la vie (1892)

Au grand soleil de l’intérêt, toutes les hypocrisies fondent comme des masques de cire.

Petits aphorismes sur l'intérêt (1892)

Les trois grandes puissances de l’homme sont: l’ambition, l’amour-propre et l’intérêt.

Petits aphorismes sur l'ambition (1892)

L’ambition est le ressort du monde, et c’est l’envie qui le tend.

Petits aphorismes sur l'ambition (1892)

Il n’y a pas d’ambition qui n’ait coûté mille fois plus de bonheur qu’elle n’en procure.

Petits aphorismes sur l'ambition (1892)

Il faut mentir pour être cru.

Petits aphorismes sur l'hypocrisie (1892)

Nos paroles démentent nos pensées, et nos actions nos paroles. C’est d’une double hypocrisie que nous vivons.

Petits aphorismes sur l'hypocrisie (1892)

On est jaloux par tempérament; on est envieux par vocation.

Petits aphorismes sur l'envie (1892)

L’envie est la seule passion qui ne procure aucune jouissance.

Petits aphorismes sur les passions (1892)

Vis-à-vis de nos passions, la retraite n’est jamais qu’une déroute.

Petits aphorismes sur les passions (1892)

Les leçons que nous recevons de la vie nous donnent de l’expérience, rarement de l’humilité.

Petits aphorismes sur l'amour-propre (1892)

Il faut tout attendre de la vie et n’en espérer rien.

Petits aphorismes sur la vie (1892)

Nous ne vivons que par l’espérance du changement. Les choses passent; nous changeons; notre désir d’autre chose seul reste.

Petits aphorismes sur la vie (1892)

Dans la lutte pour la vie, il y a certes plus l’amour de la lutte que l’amour de la vie.

Petits aphorismes sur la vie (1892)

La vie est un miroir qui reflète le visage dont on la regarde.

Petits aphorismes sur la vie (1892)

On n’accepte ni on ne refuse la vie; la vie n’est ni un mal, ni un bien: c’est une nécessité heureuse ou malheureuse.

Petits aphorismes sur la vie (1892)

La naissance précipite dans la vie des êtres qui n’ont pas demandé d’y entrer, mais qui demandent encore moins d’en sortir.

Petits aphorismes sur la vie (1892)

L’homme est un mécanisme que l’amour-propre remonte chaque jour.

Une injustice dont nous profitons s’appelle la chance; une injustice dont un autre profite s’appelle un scandale.

Le doute n’est point un état pénible; c’est le chemin qui y mène qui est douloureux.

Petits aphorismes sur le doute (1892)

L’incertitude du coeur est l’aléa de l’amour: c’est sans doute ce qui fait qu’on se passionne de ce jeu-là.

Petits aphorismes sur l'amour (1892)

L’amour est une joie lumineuse et céleste, qui doit remplir l’âme, et par l’âme le corps, et vivifier l’être tout entier.

Le Sceptre de la Russie (1929)

Sans la chaleur de l’amour, sans la lumière de l’amour, l’âme se glace, l’âme s’enténèbre, le soleil s’éteint.

Le Sceptre de la Russie (1929)

La conscience est un juge qui accorde toujours des circonstances atténuantes. L’opinion en est un autre qui n’en accorde jamais.

Petits aphorismes sur la conscience (1892)

Les plus sensibles désillusions sont celles de l’amour-propre; les plus cruelles, celles de la conscience.

Petits aphorismes sur la conscience (1892)

Ceux qui vivent seuls sont des délicats de l’âme, mais des grossiers du coeur.

Petits aphorismes sur la société (1892)

Un sourire du coeur se répercute toujours sur les lèvres: rarement un sourire des lèvres se répercute dans le coeur.

Petits aphorismes sur l'hypocrisie (1892)

Le coeur est un levier puissant que doit mettre en oeuvre la raison.

Petits aphorismes sur la sensibilité (1892)

Rien n’est moins digne de sympathie qu’une sensibilité qui n’est pas doublée de charité.

Petits aphorismes sur la sensibilité (1892)

L’inquiétude du penseur est plus noble que la certitude du simple: mais elle est bien moins réconfortante.

Petits aphorismes sur le doute (1892)

Le sourire peut parfois être le signe d’une joie bienveillante, le rire jamais.

Petits aphorismes sur le pessimisme (1892)

Le rire est un accès de méchanceté d’un caractère particulier.

Petits aphorismes sur le pessimisme (1892)

Le pessimisme s’exprime plus encore par le rire que par les larmes.

Petits aphorismes sur le pessimisme (1892)

Le coeur a ses prodigues et ses avares; il a aussi ses économistes qui le discutent comme un budget.

Petits aphorismes sur la sensibilité (1892)

La vie est une attente perpétuelle de ce qui peut être, un renoncement perpétuel à ce qui n’est pas, une angoisse perpétuelle de ce qui doit être.

Petits aphorismes sur la vie (1892)

La prospérité des sots est plus une injure pour notre bon sens que celle des méchants pour notre conscience.

Petits aphorismes sur la sottise (1892)

Modérer ses appétits, surtout ses appétits spirituels, Est la première condition d’une bonne hygiène.

Petits aphorismes sur la sottise (1892)

Il faut du courage pour vivre; il en faut davantage pour s’ôter la vie; il en faut davantage encore pour vivre malgré le désir de s’ôter la vie.

Petits aphorismes sur la mort (1893)

L’homme agit comme s’il ne devait jamais mourir, et sans cela il n’agirait guère.

Petits aphorismes sur la mort (1893)

Le beau doit être entouré de quelque mystère pour exercer tout son empire.

Petits aphorismes sur le beau (1893)

Les plus belles choses ne résistent pas à leur vulgarisation.

Petits aphorismes sur le beau (1893)

Savoir est un diminutif d’ignorer.

Petits aphorismes sur le doute (1892)

Les prophètes sont les plus ardents des croyants: ils croient en eux.

Petits aphorismes sur la religion (1892)

La pratique d’une religion est une paralysie de la foi.

Petits aphorismes sur la religion (1892)

Elever un enfant consiste généralement à abaisser son caractère.

Petits aphorismes sur le caractère (1892)

Un caractère violent est un caractère faible.

Petits aphorismes sur le caractère (1892)

Ce qui nous surprend le plus chez un homme, c’est de le découvrir bienveillant.

Petits aphorismes sur le caractère (1892)

L’étroitesse d’esprit est un étau qui comprime aussi le coeur.

Petits aphorismes sur l'esprit (1892)

Se venger d’un sot par un mot d’esprit, c’est décocher une flèche à un rhinocéros.

Petits aphorismes sur l'esprit (1892)

L’esprit de la femme voltige; celui de l’homme cabriole.

Petits aphorismes sur l'esprit (1892)

Il est si rare d’oser braver l’opinion, qu’on peut pardonner à ceux qui la bravent à tort.

Petits aphorismes sur l'opinion (1892)

Il est prudent d’avoir des opinions; il est sage de n’en pas avoir.

Petits aphorismes sur l'opinion (1892)

Il est très facile de tromper le peuple, même par des paroles, et très difficile de le détromper, même par des actions.

Petits aphorismes sur la sottise (1892)

Contentez-vous de peu, on vous plaindra; ne vous contentez de rien, on vous enviera.

Petits aphorismes sur la sottise (1892)

La politique est l’art de se servir des hommes en leur faisait croire qu’on les sert.

Petits aphorismes sur la politique (1892)

L’excentricité est la fausse monnaie de l’originalité.

Petits aphorismes sur la société (1892)

La politesse est l’hypocrisie de la bienveillance.

Petits aphorismes sur la société (1892)

Il est très facile de se taire, mais il est très difficile de savoir se taire.

Petits aphorismes sur la société (1892)

Le monde moderne périra pour avoir à la fois trop travaillé et mal travaillé.

Petits aphorismes sur la société (1892)

Le travail dégrade l’homme plus qu’il ne l’ennoblit.

Petits aphorismes sur la société (1892)

La société n’a pas de morale: elle n’a que des moeurs.

Petits aphorismes sur la société (1892)

Nous sommes maîtres de nos actions jusqu’au moment même de l’action; aussitôt exécutées, nous en devenons les esclaves.

Petits aphorismes sur la liberté (1892)

C’est être esclave que d’être borné par la liberté des autres.

Petits aphorismes sur la liberté (1892)

Pour être un parfait homme d’honneur, il faut savoir tout sacrifier à son honneur, même l’honneur.

Petits aphorismes sur l'honneur (1892)

L’honneur est comme le vêtement: il y en a sur mesure et il y en a de confection.

Petits aphorismes sur l'honneur (1892)

On est d’autant plus à cheval sur son honneur que l’on se tient plus mal en selle.

Petits aphorismes sur l'honneur (1892)

L’honneur procède tellement de l’amour-propre, qu’on se demande s’il ne doit pas être rangé parmi les vices plutôt que parmi les vertus.

Petits aphorismes sur l'honneur (1892)

Il y a un faux honneur, qui est l’honneur, et un véritable, qui est l’honnêteté.

Petits aphorismes sur l'honneur (1892)

La minute où le remords est le plus vif est la minute de la guillotine.

Petits aphorismes sur la conscience (1892)

La psychologie du crime serait sans doute intéressante, si le criminel n’était pas le plus souvent un être dénué de toute psychologie.

Petits aphorismes sur la conscience (1892)

Les criminels à remords sont indignes du crime.

Petits aphorismes sur la conscience (1892)

Le danger du crime teinte d’héroïsme certains criminels.

Petits aphorismes sur la conscience (1892)

Ceux qui sont à cheval sur les principes savent très bien en descendre pour franchir à pied les mauvais pas.

Petits aphorismes sur la conscience (1892)

Les inquiétudes de la conscience sont les aphrodisiaques de l’âme.

Petits aphorismes sur la conscience (1892)

Nous contentons notre conscience plus facilement que notre amour-propre.

Petits aphorismes sur la conscience (1892)

Il est plus important de faire croire à la justice que de l’appliquer.

Petits aphorismes sur la justice (1892)

Nos fautes sont des pavés qui retombent le plus souvent sur la tête des autres.

Petits aphorismes sur la justice (1892)

Nous jugeons des autres par leurs actions, de nous-mêmes par nos intentions.

Petits aphorismes sur la justice (1892)

Il est terrible de penser que les seuls moyens découverts jusqu’à présent par l’homme pour apaiser la souffrance, le chloroforme, l’opium, la morphine, l’hypnotisme, ne sont, en réalité, que des approximatifs de la mort.

Petits aphorismes sur la souffrance (1892)

Le sot se venge brutalement, l’homme d’esprit se venge avec raffinement, le chrétien se venge en pardonnant, le philosophe ne se venge pas.

Petits aphorismes sur la vengeance (1892)

C’est à la manière de se venger qu’on reconnaît l’homme.

Petits aphorismes sur la vengeance (1892)

Il n’y a pas de vengeance là où celui qui se venge souffre.

Petits aphorismes sur la vengeance (1892)

La charité est triste. Quand la charité inonde le coeur d’une douce joie, elle cesse à ce moment d’être charité, pour devenir amour.

Petits aphorismes sur la charité (1892)

Les charités diffèrent de la charité comme les amours de l’amour.

Petits aphorismes sur la charité (1892)

Il y a trois manières de faire le bien: avec intérêt, sans intérêt, contre l’intérêt. La première seule rend parfaitement heureux.

Petits aphorismes sur le bien (1892)

Faire le bien n’est pas tout: il faut le bien faire.

Petits aphorismes sur le bien (1892)

Nous pensons au bien sans le faire; nous faisons le mal sans y penser.

Petits aphorismes sur le bien (1892)

Les souffrances du coeur ne doivent faire crier qu’élégamment.

Petits aphorismes sur la sensibilité (1892)

Les larmes ne viennent jamais des couches profondes du coeur.

Petits aphorismes sur la sensibilité (1892)