Acceuil / Citation

Citations de : Louis Bouilhet

Et comme un air qui sonne au bois creux des guitares, J’ai fait chanter mon rêve au vide de ton coeur.

Festons et astragales (1859), A une femme

On est plus près du coeur quand la poitrine est plate.

Festons et Astragales (1859)

Tu n’as jamais été, dans tes jours les plus rares, – Qu’un banal instrument sous mon archet vainqueur, – Et, comme un air qui sonne au bois creux des guitares, – J’ai fait chanter mon rêve au vide de ton coeur.

Festons et Astragales (1859)

Qu’importe ton sein maigre, ô mon objet aimé! – On est plus près du coeur quand la poitrine est plate: – Et je vois, comme un merle en sa cage enfermé, – L’amour entre tes os rêvant sur une patte.

Dernières Poésies