Acceuil / Citation

Citations de : Lawrence Durrell

Je suppose que les événements ne sont qu’une sorte de commentaire de nos sentiments – on peut déduire ceux-ci de ceux-là.

Le Quatuor d'Alexandrie, Justine (1957)

On nous a souvent dit que l’histoire est indifférente, mais nous avons toujours tendance à considérer sa ladrerie ou sa générosité comme faisant partie d’un plan préétabli, nous n’écoutons jamais réellement.

Justine (1957)

Il faut affronter la réalité avec une pointe d’humour; autrement, on passe à côté.

Il est bon de voir les hommes et les femmes… s’habituer aux odeurs les plus fortes les uns des autres; cela empêche de perdre les récoltes de vue.

Lettre de 1957 dans l'Esprit des lieux.

Si vous adorez vraiment les femmes elles vous pardonneront tout, même si vos couilles sont à plat.

Propos tenu en 1973.

La véritable maturité va toujours de pair avec une profonde compassion pour le monde, pour les gens.

… vous devrez aller un peu à l’aveuglette pour atteindre ce que vous cherchez. Le véritable obstacle, c’est nous-mêmes.

Les mots qu’emploient parfois les amoureux sont chargés d’émotions fausses. Seuls leurs silences ont cette cruelle précision qui leur confère la vérité.

Justine

Chaque baiser est une victoire sur la répulsion.

Justine

… la haine n’est que de l’amour inaccompli.

Justine

L’amour est tellement plus vrai lorsqu’il naît, non du désir, mais de la sympathie; car il ne laisse pas de mauvaises traces, pas de blessures.

Justine

On se prend toujours de passion pour l’être qu’a choisi d’aimer la personne qu’on aime.

Justine

Quand on a quelque chose à cacher, on se met à jouer un rôle. Cela oblige tout le monde autour de vous à se transformer en acteur.

Justine

La pauvreté exclut, disait un jour Justine, et la richesse isole.

Justine

Le penseur a pour tâche de faire penser; celle du saint est de taire ce qu’il a découvert.

Justine

Ce n’est pas l’amour qui est aveugle, mais bien la jalousie.

Justine

La culpabilité se hâte toujours vers son double complémentaire, le châtiment: c’est là seulement qu’elle trouve l’apaisement.

Justine

Il n’y a pas de souffrance plus atroce que celle d’aimer une femme qui vous donne son corps et qui pourtant est incapable de livrer son être véritable – parce qu’elle ne sait pas où le trouver.

Justine

La manie de la justification est commune à ceux qui n’ont pas la conscience tranquille comme à ceux qui cherchent des raisons philosophiques à leurs actes; dans les deux cas cela mène à une étrange forme de pensée. L’idée n’est pas spontanée, mais voulue.

Justine

… la présence de la mort rafraîchit toujours les expériences, c’est sa fonction: nous aider à méditer sur cette chose étrange qu’est le temps.

Justine

On nous a souvent dit que l’histoire est indifférente, mais nous avons toujours tendance à considérer sa ladrerie ou sa générosité comme faisant partie d’un plan préétabli; nous n’écoutons jamais réellement…

Justine

… les terribles aphorismes d’Héraclite. … Sur une page: «Il est dur de combattre les désirs de son coeur; ce qu’il cherche, c’est au prix de son âme qu’il l’obtient.»

Justine

Nous cherchons tous des motifs rationnels de croire à l’absurde.

Justine

… il était de ceux, très rares, qui se sont fait une philosophie et qui s’emploient à vivre en accord avec elle.

Justine

Une ville devient un univers lorsqu’on aime un seul de ses habitants.

Justine

La maladie ne s’intéresse pas à ceux qui ont envie de mourir.

Justine

… pour tous ceux qui sentent profondément et qui ont conscience de l’inextricable labyrinthe de la pensée humaine il n’y a qu’une seule réponse possible: une tendresse ironique, et le silence.

Justine

… pour moi toutes les idées se valent; le fait qu’elles existent prouve que quelqu’un les crée. Qu’importe qu’elles soient objectivement justes ou fausses. Elles ne peuvent jamais demeurer longtemps dans l’état où elles sont.

Justine

Il n’y a que trois choses que l’on puisse faire avec une femme … . On peut l’aimer, souffrir pour elle ou en faire de la littérature.

Justine