Acceuil / Citation

Citations de : Karine Giébel

Raphaël ne se souviens plus vraiment de l’instant fatidique où il a oublié qu’il était vulnérable. Et décidé qu’il serait féroce. Sans doute le jour où son père a quitté la maison sans la moindre explication.

Purgatoire des innocents (2013)

Les barreaux n’empêchent pas la nuit d’entrer, non plus. Elle qui vient se marier à la solitude pour procréer l’abominable progéniture des cauchemars sans fin…

Meurtres pour rédemption (2006)

Il se croyait plus fort que tout le monde. Plus fort qu’un dieu. Alors qu’il n’est rien. Rien d’autre qu’un simple mortel.

Purgatoire des innocents (2013)

Mieux qu’une armada de caméras de surveillance : une mamie postée derrière une fenêtre !

Les Morsures de l'ombre (2007)

Un meurtrier dénué de remords ressemble à s’y méprendre à un innocent…

Chiens de sang (2008)

Il s’allonge à côté d’elle, la prend dans ses bras. Le lit est vraiment trop étroit. Ils n’ont pas encore songé à fabriquer des lits médicalisés en 140. Comme si la maladie interdisait l’amour.

Juste une ombre (2012)

On n’a jamais de certitudes, petit ! c’est bien là la seule certitude qu’on puisse avoir ! tu ne sais pas encore ça à ton âge ?

Jusqu'à ce que la mort nous unisse (2009)

Au début, elle avait eu peur. Peur de devenir faible. Mais finalement, elle aimait ce qu’elle était en train de devenir. Car en vérité, jamais elle ne s’était sentie aussi forte qu’aujourd’hui.

Meurtres pour rédemption (2006)

Ca doit être ça, le bonheur. Sauf qu’il ne dure que quelques secondes.

Juste une ombre (2012)

La lâcheté a quelque chose de fascinant. Peut-être parce qu’elle ne connait pas de limites, contrairement au courage.

Jusqu'à ce que la mort nous unisse (2009)

L’eau a toujours la couleur du ciel. Parce que l’eau n’a aucune couleur. Sauf celle qu’on lui donne.

Juste une ombre (2012)

La mort n’est pas une fille facile. Elle se refuse à ceux qui la veulent, se donne à ceux qui la repoussent.

Juste une ombre (2012)

Les mots, comme des coups. Pires que des coups. Des clous enfoncés au creux de ses mains.

Juste une ombre (2012)

Trois couleurs. Bleu, blanc, rouge. Trois mots. Arrestation, jugement, prison.

Juste une ombre (2012)

Dans une équipe, on ne laisse pas crever un des joueurs.

Purgatoire des innocents (2013)

On rêve avec des mots. Avec les chiffres, on compte.

Purgatoire des innocents (2013)

L’espoir fait vivre. Ce qui veut dire que le désespoir tue.

Purgatoire des innocents (2013)

Quand on ne se sent plus en sécurité nulle part, on devient un simple gibier. Une proie, qui fuit et se retourne sans cesse, ne trouvant plus le repos.

Juste une ombre (2012)

Un meurtrier dénué de remords ressemble à s’y méprendre à un innocent.

Chiens de sang (2008)

La lâcheté a quelque chose de fascinant. Peut-être parce qu’elle ne connaît pas de limite, contrairement au courage.

Jusqu'à ce que la mort nous unisse (2009)

Le fric. Ces morceaux de papier froissé auxquels on confère tellement de valeur. Le fric. La plus séduisante des impostures. Le pire des serial killers.

Purgatoire des innocents (2013)

Réussir, toujours. Pour oublier qu’un jour on a échoué.

Juste une ombre (2012)

La vie, c’est déjà une lente agonie et rien d’autre. Une marche forcée vers l’issue fatale. On vient au monde sans l’avoir demandé, on va à la mort sans l’avoir choisi. Pas la peine d’en rajouter.

Juste une ombre (2012)

C’est ça, être vivant. C’est ça, exister. Exister, c’est manquer à quelqu’un. Exister, c’est être la douleur d’un autre.

Juste une ombre (2012)