Acceuil / Citation

Citations de : Jostein Gaarder

Ces professeurs et autres donneurs de leçons qui sont parfaitement satisfaits du peu qu’ils savent, soit se vantent de connaître un tas de choses dont ils n’ont en réalité pas la moindre idée.

Le monde de Sophie (1991)

La seule qualité requise pour devenir un bon philosophe est de s’étonner.

Le monde de Sophie (1991)

En quoi bon courir après quelqu’un qui essaie de fuir?

Le monde de Sophie (1991)

Ce serait trop commode s’il suffisait d’ouvrir la Bible ou un quelconque ouvrage de philosophie pour savoir comment nous devons vivre.

Le monde de Sophie (1991)

Nous sommes ces acteurs qu’on a poussés sur scène sans qu’on leur ait distribué de rôle bien défini, sans manuscrit en main et sans souffleur pour nous murmurer ce que nous avons à faire.

Le monde de Sophie (1991)

L’homme de devoir finira par se lasser d’être si conscient de son devoir et de ne jamais faillir à la règle de vie qu’il s’est fixée.

Le monde de Sophie (1991)

Lire ce que d’autres hommes ont pensé peut nous aider à former notre propre jugement sur la vie.

Le monde de Sophie (1991)

Mais tu conviendras que c’est autrement plus important pour toi que de savoir que la somme des angles d’un triangle est égale à cent quatre-vingts degrés.

Le monde de Sophie (1991)

Impossible de savoir non plus si quelqu’un d’autre t’aime. Tu peux tout au plus le croire ou l’espérer.

Le monde de Sophie (1991)

Chaque homme se retrouve seul pour répondre à des questions de ce genre. Et seule la foi peut nous permettre d’approcher ces problèmes fondamentaux.

Le monde de Sophie (1991)

Il faut donc faire la distinction entre le problème philosophique de l’existence de Dieu et l’attitude individuelle face à la même question.

Le monde de Sophie (1991)

L’enfant est sans préjugés, qualité première d’un grand philosophe. Il perçoit le monde tel qu’il est sans idées a priori qui faussent notre vision d’adultes.

Le monde de Sophie (1991)

Nous ne vivons pas seulement à notre époque. Nous portons toute notre histoire avec nous.

On ne s’interroge pas sur la «loi de causalité» ou les «formes a priori de la sensibilité» quand on reçoit son premier baiser.

Le monde de Sophie (1991)

L’univers est une énigme bouleversante: dès que je m’interroge à son sujet, je me sens plus vivant. Peu importe que nous ne puissions pas répondre à toutes les questions: d’y méditer, cela suffit.

L’essentiel n’est pas de savoir très précisément ce que l’on considère comme étant juste ou faux, mais de choisir et d’agir en fonction de cette distinction.

L’univers aurait été tout aussi inconcevable s’il s’était limité à la taille de cette pierre, pas plus grosse qu’une orange. La question cruciale serait restée la même: d’où vient cette pierre?

Le monde de Sophie (1991)

Toutes les étoiles et les galaxies dans l’espace sont formées de la même matière.

Le monde de Sophie (1991)

Mais celui qui gagne le gros lot de la vie gagne du même coup le lot de la mort.

Le monde de Sophie (1991)

– Bah! Personne ne peut nous entendre. – – Ma chère Sophie, après tous les cours de philosophie que je t’ai donnés, ces conclusions hâtives me déçoivent de ta part.

Le monde de Sophie (1991)

N’est-ce pas en se posant ce genre de questions que nous sentons que nous sommes en vie?

Le monde de Sophie (1991)

La représentation du «moi» est en fait une longue chaîne d’impressions isolées que tu n’as pas vécues simultanément, «une collection de divers contenus de conscience qui se succèdent à toute vitesse et qui changent et bougent constamment», dit Hume.

Le monde de Sophie (1991)

Et ces impressions telles que la couleur, l’odeur, le goût ou le son, ne sont pas des qualités immanentes aux choses. Elles ne reflètent que l’effet produit sur nos sens.

Le monde de Sophie (1991)

On peut à loisir écrire des traités savants qui au bout du compte n’apportent aucun nouveau savoir réel.

Le monde de Sophie (1991)

– Il ne faut rien exclure comme possibilité. Tout peut être mis en doute. – – Car toute notre existence n’est peut-être qu’un rêve.

Le monde de Sophie (1991)

– Je comprends ce que tu veux dire, mais je n’aime pas cette idée que l’on n’est pas maître de ses actions. – … – – Ou imagine un lion en Afrique. Est-ce lui qui décide de mener la vie d’un grand fauve?

Le monde de Sophie (1991)

Pour Spinoza, Dieu n’était pas celui qui se contente de créer le monde pour le regarder d’en haut, non, Dieu est le monde.

Le monde de Sophie (1991)

Rappelle-toi que tu vis une infime partie de la vie de l’univers.

Le monde de Sophie (1991)

Il (Spinoza) rejetait l’idée selon laquelle Dieu aurait inspiré la Bible jusque dans les moindres détails. Selon lui, nous devrions toujours avoir en mémoire l’époque à laquelle la Bible a été rédigée.

Le monde de Sophie (1991)

«Un jour j’ai rêvé que j’étais un papillon, et à présent je ne sais plus si je suis Tchouang-tseu qui a rêvé qu’il était un papillon ou bien si je suis un papillon qui rêve que je suis Tchouang-tseu.»

Le monde de Sophie (1991)

La vie n’est qu’une longue chaîne de hasards.

Le monde de Sophie (1991)

De même que l’individu naît au monde dans une certaine langue, il naît aussi dans un certain contexte historique. Et personne ne peut avoir une relation «libre» vis-à-vis de ce contexte.

Le monde de Sophie (1991)

Nos conceptions, apparemment si «évidentes», ne résisteront guère elles aussi à l’épreuve du temps.

Le monde de Sophie (1991)

Tout comme nous devons pouvoir nous mettre à la place de quelqu’un d’autre pour mieux comprendre sa situation, nous devrions être capables de nous imaginer vivre dans d’autres cultures pour mieux les comprendre.

Le monde de Sophie (1991)

Quand je fais quelque chose, je dois donc désirer que tous les autres dans une même situation aient la même attitude que moi, c’est ça?

Le monde de Sophie (1991)

L’habitude seule nous fait croire à un enchaînement logique des phénomènes dans la nature.

Le monde de Sophie (1991)

La perception et la raison jouent, selon lui (Kant), toutes les deux un grand rôle, mais il trouvait que les rationalistes accordaient trop de pouvoir à la raison et que les empiristes se limitaient trop à leurs expériences sensibles.

Le monde de Sophie (1991)

Ces philosophes pensaient qu’il suffisait de répandre la raison et la connaissance pour que l’humanité progresse à grands pas.

Le monde de Sophie (1991)

La question n’est pas de savoir si nous existons, mais ce que nous faisons et qui nous sommes.

Le monde de Sophie (1991)

– C’est possible, mais je pense que la pierre retombera systématiquement par terre si je la lâche. – – … Réponds-moi, comment peux-tu être si sûre que la pierre tombera toujours par terre?

Le monde de Sophie (1991)

De rien je ne peux dire: «ceci m’appartient», dit Bouddha, et rien ne me permet de dire: «ça, c’est moi»

Le monde de Sophie (1991)

Mais il (Luther) était persuadé que l’homme n’obtenait pas son pardon et la rémission de ses péchés en observant des rituels religieux.

Le monde de Sophie (1991)

Depuis la Renaissance, l’homme a dû se faire à l’idée de vivre sur une planète perdue au sein d’un vaste univers. Cela dit, je ne crois pas que l’on s’y soit vraiment habitué, même de nos jours.

Le monde de Sophie (1991)

De plus en plus de personnes mirent l’accent sur l’impossibilité d’approcher Dieu par la raison, car Dieu est par nature inconcevable pour l’esprit.

Le monde de Sophie (1991)

Il (Saint-Augustin) a néanmoins clairement indiqué qu’il y a des limites dans le domaine religieux que la raison ne peut franchir.

Le monde de Sophie (1991)

Un ancien président indien, Radhakrisnan, déclara un jour: «Tu dois aimer ton prochain comme toi-même parce que tu es ton prochain. …»

Le monde de Sophie (1991)

Tu es l’univers.

Le monde de Sophie (1991)

«La mort ne nous concerne pas, affirmait Epicure tout simplement. Car tant que nous existons, la mort n’est pas là. Et quand vient la mort, nous n’existons plus.»

Le monde de Sophie (1991)

La raison comme la conscience peuvent être comparées à un muscle. Si on ne se sert pas d’un muscle, il devient progressivement de plus en plus faible.

Le monde de Sophie (1991)

Tous les êtres humains sont plus ou moins bizarres. Je suis un être humain, donc je suis plus ou moins bizarre.

Le monde de Sophie (1991)

L’image d’une belle jeune fille n’est pas non plus sombre ou triste, bien au contraire. Mais ce n’est qu’une image.

Le monde de Sophie (1991)

Il est donc impossible d’avoir une connaissance sûre de ce qui est en perpétuel changement.

Le monde de Sophie (1991)

Peux-tu vivre heureuse si tu fais sans cesse des choses que tu sais très bien, en ton for intérieur, ne pas être justes?

Le monde de Sophie (1991)

Socrate, lui, affirma qu’il ne savait qu’une chose: qu’il ne savait rien.

Le monde de Sophie (1991)

Comment être sûr que le «Jésus historique» a effectivement prononcé les paroles que Matthieu ou Luc lui prêtent?

Le monde de Sophie (1991)

«L’homme est la mesure de toute chose»

Le monde de Sophie (1991)

Même s’il existe peut-être une réponse aux questions philosophiques, l’homme ne peut pas trouver de certitudes concernant les énigmes de la nature et de l’univers …

Le monde de Sophie (1991)

Etait-ce donc la société qui déterminait ce qui était convenable ou pas?

Le monde de Sophie (1991)

«Superstition», n’était-ce pas un drôle de mot au fond? Si vous étiez chrétien ou musulman, on disait que vous aviez la «foi». Mais si vous croyiez à l’astrologie ou au vendredi 13, cela devenait de la superstition!

Le monde de Sophie (1991)

«Dieu est le jour et la nuit, l’hiver et l’été, la guerre et la paix, la faim et la satiété»

Le monde de Sophie (1991)

Si nous n’étions jamais malades, nous ne saurions pas ce qu’est la santé. Si nous ne souffrions jamais de la faim, nous ne connaîtrions pas la joie d’avoir assez à manger.

Le monde de Sophie (1991)

Une grenouille vivante fera aussi l’affaire. Du moment que c’est quelque chose d’aussi vert que la boîte aux lettres pour ne pas effrayer le facteur.

Le monde de Sophie (1991)

Pour différentes raisons, la plupart des gens sont tellement pris par leur quotidien qu’ils n’ont pas le temps de s’étonner de la vie.

Le monde de Sophie (1991)

En grandissant nous nous habituons à bien d’autres choses qu’à la pesanteur. On finit par tout trouver naturel.

Le monde de Sophie (1991)

Inutile de chercher dans une encyclopédie s’il existe un dieu ou s’il y a une vie après la mort.

Le monde de Sophie (1991)

Il est également beaucoup plus facile de poser des questions philosophiques que d’y répondre.

Le monde de Sophie (1991)

Mais l’histoire nous propose différentes réponses pour chaque question.

Le monde de Sophie (1991)

Comment le monde a-t-il été créé? Y a-t-il une volonté ou un sens derrière ce qui arrive? Existe-t-il une vie après la mort? Comment trouver des réponses à de telles questions?

Le monde de Sophie (1991)

L’origine du cosmos, de la Terre et de la vie est un problème autrement plus crucial que de savoir qui a remporté le plus de médailles d’or aux derniers jeux Olympiques.

Le monde de Sophie (1991)

Mais qu’est-ce qu’elle aurait dû répondre? Qu’elle avait envie tout à coup de savoir qui elle était, comment l’univers avait été créé, et par conséquent qu’elle n’avait plus le temps de jouer au badminton?

Le monde de Sophie (1991)

La seule qualité requise pour devenir un bon philosophe est de s’étonner…

Le monde de Sophie (1991)

A un moment donné, il a bien fallu que quelque chose surgisse du néant. Mais était-ce concevable? N’était-ce pas tout aussi impossible à imaginer que l’idée d’un monde qui aurait toujours existé?

Le monde de Sophie (1991)

J’existe maintenant, réfléchit-elle, mais un jour, je ne serai plus là.

Le monde de Sophie (1991)

On pouvait peut-être choisir ses amis, mais on ne s’était pas choisi soi-même. Elle n’avait même pas choisi d’être un être humain.

Le monde de Sophie (1991)

Elle ne trouva à l’intérieur qu’un petit bout de papier guère plus grand que l’enveloppe avec juste écrit dessus: Qui es-tu?

Le monde de Sophie (1991)

Les voyages font sortir toujours plus loin dans le monde. Les rêves y font entrer toujours plus loin. Mais peut-être qu’on peut voyager dans plusieurs directions à la fois.

Le petit frère tombé du ciel

Il n’est rien d’ordinaire dans le monde. Parce que tout ce qui existe fait partie de la grande énigme. Toi et moi aussi. Nous sommes l’énigme que nul ne peut résoudre.

Le petit frère tombé du ciel

Une réponse, c’est forcément le chemin qu’on a déjà parcouru. Seules les questions peuvent montrer le chemin qu’il reste à faire.

Le petit frère tombé du ciel

… celui qui fait du tort à un seul en menace beaucoup.

Vita Brevis

Nous avons le droit d’espérer une vie après celle-ci, mais nous n’avons pas le droit de nous maltraiter et de nous servir les uns des autres comme si nous étions des instruments pour atteindre une existence dont nous savons au fond si peu de choses.

Vita Brevis

La vie est si brève que nous n’avons pas le droit de prononcer un jugement définitif sur l’amour. Vivre d’abord … et ensuite seulement philosopher!

Vita Brevis

… la vérité, parfois, passe mieux sous forme de satire.

Vita Brevis

Non, je ne peux croire en un Dieu qui exige des sacrifices humains. Je ne crois pas en un Dieu qui détruit la vie d’une femme pour sauver l’âme d’un homme.

Vita Brevis

Retenir ses larmes, voilà bien, selon moi, le comble du «charnel»; car lorsqu’on refuse à son coeur de s’épancher, le chagrin ne s’ancre-t-il pas en nous, pesant comme un fardeau?

Vita Brevis

Quand la lumière brille dans les ténèbres, il n’y a pas le moindre rayon de perdu.

Dans un miroir, obscur

L’univers est un miroir, Cécilie, un miroir, obscur…

Dans un miroir, obscur

– Je voulais juste sentir quel goût avaient ces mots.

Dans un miroir, obscur

Nous savons depuis toujours que le monde est une grande énigme, et qui dit énigme dit aussi que chacun a le droit d’essayer de la résoudre à sa manière.

Dans un miroir, obscur

Naître, c’est recevoir tout un univers en cadeau.

Dans un miroir, obscur

C’est triste que les hommes finissent par trouver tout naturel d’être en vie. Un jour, nous perdons cette faculté de nous étonner et la retrouvons juste quand nous sommes sur le point de quitter ce monde.

Le mystère de la patience

Ce monde, songeai-je, est un miracle si fantastique qu’on ne sait pas trop s’il faut en rire ou en pleurer. Sans doute les deux à la fois…

Le mystère de la patience

Il n’est sans doute pas très bon que le créateur vive en trop grande intimité avec son oeuvre, car ses créatures finissent forcément un jour ou l’autre par ne plus le supporter.

Le mystère de la patience

… lorsqu’on a compris qu’il y a quelque chose que l’on ne comprend pas, on est en bonne voie pour comprendre au fond pas mal de choses.

Le mystère de la patience

L’histoire est comme une grande aventure, à cette différence près que l’histoire est vraie.

Le mystère de la patience

J’aimerais tant… penser une pensée si difficile que je ne puisse pas la penser, mais je n’y arrive pas…

Le mystère de la patience

… plus une femme est jolie, plus elle a du mal à savoir qui elle est.

Le mystère de la patience

Si un enfant attardé gribouille quelque chose sur un papier, ce n’est pas le papier qui pourra te dire ce que représente le dessin.

Le monde de Sophie (1991)

Il faut une bonne dose d’indépendance et de liberté pour se détacher de ses envies et de ses désirs.

Le monde de Sophie (1991)

On nous laisse pénétrer dans un monde merveilleux, nous rencontrer et nous saluer, même faire un bout de chemin ensemble. Puis nous nous perdons de vue et disparaissons aussi brusquement que nous sommes venus la première fois.

Le monde de Sophie (1991)

Quand on a peur, ça réconforte de faire justement ce qui est tabou.

Le monde de Sophie (1991)

Tout ce qui devient de plus en plus grand, cela devient aussi de plus en plus difficile à garder pour soi.

Le monde de Sophie (1991)

Ce sont toujours ceux qui posent des questions qui sont les plus dangereux. Répondre, ce n’est pas si compromettant. Une seule question peut être plus explosive que mille réponses.

Le monde de Sophie (1991)

Un philosophe est donc quelqu’un qui reconnaît comprendre fort peu de chose et qui en souffre.

Le monde de Sophie (1991)

Sache qu’écrire une lettre à un fils abandonné me brûle à vif, j’imagine que c’est un peu douloureux de la lire aussi. Mais tu es un petit homme maintenant. Si j’ai réussi à coucher ces lignes sur le papier, tu supporteras bien de les lire.

La Belle aux oranges (2003)

Deux choses ne cessent de remplir mon coeur d’admiration : le ciel etoilé au-dessus de ma tête et la loi morale en moi.

Le monde de Sophie (1991)

Qui ne sait pas tirer les leçons de 3000 ans vit seulement au jour le jour.

Le monde de Sophie (1991)

Ne pas savoir est généralement une étape sur la voie de la connaissance.

Le monde de Sophie (1991)

Pour les enfants, le monde – et tout ce qui s’y trouve – est quelque chose de radicalement neuf, ils n’en reviennent pas. Il n’en va pas de même pour tous les adultes, puisque la plupart d’entre eux trouvent que le monde n’a rien d’extraordinaire.

Le monde de Sophie (1991)

Il pensait que la faculté de discerner entre le bien et le mal se trouvait dans la raison de l’homme et non dans la société.

Le monde de Sophie (1991)

Qu’est-ce qu’il y a de plus important dans la vie ? Tous les hommes ont évidemment besoin de nourriture. Et aussi d’amour et de tendresse. Mais il y a autre chose dont nous avons tous besoin : c’est de savoir qui nous sommes et pourquoi nous vivons.

Le monde de Sophie (1991)

Quand un homme se met à raisonner, il puise en lui-meme les réponses.

Le monde de Sophie (1991)

Ca vous tombait dessus comme ça. On pouvait peut-être choisir ses amis, mais on ne s’était pas choisi soi-même. Elle n’avait même pas choisi d’être un être humain.

Le monde de Sophie (1991)

Socrate se disait philosophe au vrai sans du terme. Un philosophe signifie celui qui cherche à atteindre la sagesse.

Le monde de Sophie (1991)

Le mythe tente ainsi de donner une réponse à ce que les hommes ne comprennent pas.

Le monde de Sophie (1991)

Vivre dans l’équilibre et la modération est l’unique moyen pour un homme de connaître le bonheur ou l’harmonie.

Le monde de Sophie (1991)

Un philosophe, c’est quelqu’un qui n’a jamais vraiment pu s’habituer au monde.

Le monde de Sophie (1991)

Tu ressembles à un papillon somptueusement paré qui viendrait de s’envoler de la main de Dieu.

Dans un miroir obscur (1998)

Toutes les étoiles finissent un jour par mourir. Mais une étoile est une petite étincelle du grand feu de joie allumée dans le ciel.

Dans un miroir obscur (1998)

L’univers est un miroir, un miroir obscur.

Dans un miroir obscur (1998)

Notre âme est peut-être immortelle ! Elle est peut-être aussi immortelle que les anges du ciel.

Dans un miroir obscur (1998)

L’oeil est le miroir de l’âme et Dieu peut ainsi se refléter dans l’âme de l’homme.

Dans un miroir obscur (1998)

Ce n’est pas nous qui venons au monde mais le monde qui vient à nous. Naître, c’est recevoir tout un univers en cadeau.

Dans un miroir obscur (1998)

Le sens de sa vie lui paraissait se résumer à l’image d’un facteur chancelant, se frayant un chemin dans la neige.

Dans un miroir obscur (1998)

Notre propre existence conditionne donc notre façon de percevoir ce qui nous entoure.

Le monde de Sophie (1991)

Nous n’avons demandé à personne de nous créer en tant qu’individus libres. … nous sommes des individus libres et notre liberté fait en sorte que nous sommes toute notre vie condamnés à faire des choix.

Le monde de Sophie (1991)