Acceuil / Citation

Citations de : Joseph Pierre Borel d'Hauterive, dit Pétrus Borel

Dans Paris il y a deux cavernes, l’une de voleurs, l’autre de meurtriers ; celle de voleurs c’est la bourse, celle de meurtriers c’est le Palais de Justice.

Champavert, Contes immoraux (1833)

Défais-toi de cette épouvante qui t’égare, ô coursier noble et fidèle! Ces ténèbres, ne vois-tu pas que ce n’est que la nuit? La nuit, cette intermittence de la fièvre qu’on appelle le jour!

Madame Putiphar (1839), 7

Un frisson mortel ne désemparait pas de lui.

Madame Putiphar (1839)

Un sourire acéré qu’on ne saurait mieux comparer qu’à une lame.

Madame Putiphar (1839), 6

O monsieur le bourreau, je voudrais que vous me guillotinassiez.

Champavert, Contes immoraux (1833)

Lorsque, mort, dans la terre, on portera tes os, – Pour la première fois, on verra qu’un cadavre – Peut dégoûter les asticots.

Sur un critique

Rien n’est-il plus ennuyeux qu’une fixité, qu’une mode inamovible, qu’un almanach perpétuel.

Champavert, Contes immoraux (1833)

Conçoit-on être témoin à charge? … Quelle horreur! Il n’y a que l’humanité qui donne de pareils exemples de monstruosité.

Champavert, Contes immoraux (1833)

Celui qui a inventé le noeud du mariage a trouvé un bel et spécieux expédient pour se venger des humains, une chausse-trape ou un filet pour attraper les bêtes; et puis les faire languir à petit feu.

Champavert, Contes immoraux (1833)