Acceuil / Citation

Citations de : Jorge Luis Borges

… une destinée ne vaut pas plus qu’une autre, mais … tout homme doit respecter celle qu’il porte en lui.

Biographie de T.I. Cruz

Toute destinée, pour longue et compliquée qu’elle soit, comprend en réalité un seul moment: celui où l’homme sait à jamais qui il est.

Biographie de T.I. Cruz

La mort (ou son allusion) rend les hommes précieux et pathétiques.

L'immortel

Etre immortel est insignifiant; à part l’homme, il n’est rien qui ne le soit, puisque tout ignore la mort. Le divin, le terrible, l’incompréhensible, c’est de se savoir immortel.

L'immortel

Nous accueillons facilement la réalité, peut-être parce que nous soupçonnons que rien n’est réel.

L'immortel

Pour stupide que fût l’entendement d’un homme, il serait toujours supérieur à celui d’êtres irrationnels.

L'immortel

… l’ambiguïté est une richesse.

Pierre Ménard, auteur du Quichotte

… blâmer et faire l’éloge sont des opérations sentimentales qui n’ont rien à voir avec la critique.

Pierre Ménard, auteur du Quichotte

Tous les hommes, au moment vertigineux du coït, sont le même homme. Tous les hommes qui répètent une ligne de Shakespeare, sont William Shakespeare.

Tlon uqbar orbis tertius

Expliquer (ou juger) un fait c’est l’unir à un autre.

Tlon uqbar orbis tertius

Une maison ne peut pas différer d’une autre: ce qui importe c’est de savoir si elle est construite en enfer ou dans le ciel.

L'Aleph, L'homme sur le seuil

… le passé est la substance dont le temps est fait: c’est pourquoi celui-ci se transforme aussitôt en passé.

L'attente

Dormir est se distraire de l’univers.

Abenhacan El Bokhari mort dans son labyrinthe

Il n’est pas nécessaire de construire un labyrinthe quand l’Univers déjà en est un.

Abenhacan El Bokhari mort dans son labyrinthe

Qui a entrevu l’univers, qui a entrevu les ardents desseins de l’univers ne peut plus penser à un homme, à ses banales félicités ou à ses bonheurs médiocres, même si c’est lui cet homme.

Abenhacan El Bokhari mort dans son labyrinthe

L’extase ne répète pas ses symboles.

L'écriture de Dieu

L’histoire universelle est celle d’un seul homme.

Historia de la eternidad

Etre amoureux, c’est se créer une religion dont le dieu est faillible.

Ce qui importe ce n’est pas de lire mais de relire.

Le Livre de sable (1978)

A elle seule, la vie est une citation.

Cette ville est si horrible que sa seule existence et permanence contamine le passé et l’avenir, et de quelque façon compromet les astres. Aussi longtemps qu’elle subsistera, personne au monde ne sera courageux ou heureux.

L'immortel

Je laissai la lune et le soleil jouer avec mon misérable destin.

L'immortel

Je sentis que la soif me brûlait.

J’errai de longs jours sans trouver de l’eau, ou un seul jour immense, multiplié par le soleil, la soif et la crainte de la soif.

L'immortel

Que voulez-vous que je dise de moi? Je ne sais rien de moi! Je ne sais même pas la date de ma mort.

Répondant à un journaliste

Personne ne peut savoir si le monde est fantastique ou réel, et non plus s’il existe une différence entre rêver et vivre.

Ordonner une bibliothèque est une façon silencieuse d’exercer l’art de la critique.

Propos tenu au Collège de France, janvier 1983.

Les dictatures fomentent l’oppression, la servilité et la cruauté; mais le plus abominable est qu’elles fomentent l’idiotie.

Cité par Rodriguez Monegal dans Borges par lui-même (1978).

Le combat peut être une fête.

Evaristo Carriego (1930)

La vie est trop pauvre pour ne pas être immortelle aussi.

Historia de la eternidad

J’ai signé tant d’exemplaires de mes livres que, quand je serai mort, ceux qui n’ont pas été signés prendront de la valeur.

Cité par Mario Paoletti et Pilar Bravo dans Borges verbal (1999).

Je crois que, de tous les genres littéraires, le policier est le plus artificiel, car, dans la réalité, les crimes ne sont pas résolus par des raisonnements, mais par des délations.

Cité par Mario Paoletti et Pilar Bravo dans Borges verbal (1999).

Que chaque homme construise sa propre cathédrale. Pourquoi se contenter des oeuvres des autres et de celles du passé ?

Cité par Mario Paoletti et Pilar Bravo dans Borges verbal (1999).

Je trouve que l’enfer et le paradis sont disproportionnés. Les actes des hommes n’en méritent pas tant.

Cité par Mario Paoletti et Pilar Bravo dans Borges verbal (1999).

J’écris pour moi, pour mes amis et pour adoucir le temps.

Le Livre de sable (1978)

L’amitié n’est pas moins mystérieuse que l’amour ou l’une quelconque des facettes de cette chose confuse qu’est la vie.

Le rapport de Brodie (1972)

Seul le bonheur est sans mystère, car il se justifie par lui-même.

Le rapport de Brodie (1972)

Tant que dure le repentir dure la faute.

Le rapport de Brodie (1972)

On ne peut mesurer le temps avec des jours, comme on compte l’argent en centimes ou en pesos, parce que les pesos sont tous pareils tandis que chaque jour est différent, et peut-être même chaque heure.

Le rapport de Brodie (1972)

Si l’espace est infini, nous sommes dans n’importe quel point de l’espace. Si le temps est infini, nous sommes dans n’importe quel point du temps.

Le Livre de sable (1978)

Je suis féministe. Je ne veux pas imiter les hommes. Je n’aime ni leur tabac ni leur alcool.

Le Livre de sable (1978)

Rechercher ses précurseurs, ce n’est pas se livrer à une misérable tâche de caractère juridique ou policier; c’est sonder les mouvements, les tâtonnements, les aventures, les intuitions et les prémonitions de l’esprit humain.

Neuf essais sur Dante (1957)

Cette idée de frontières et de nations me paraît absurde. La seule chose qui peut nous sauver est d’être des citoyens du monde.

Le Monde diplomatique, août 2001.

Un grand poète est moins un inventeur qu’un éclaireur.

La quête d'Averroès

L’univers (que d’autres nomment la Bibliothèque) se compose d’un nombre indéfini, et peut-être infini, de galeries hexagonales, avec au centre de vastes puits d’aération bordés par des ballustrades très basses.

Fictions (1944)

Avec soulagement, avec humiliation, avec terreur, il comprit qu’il était lui aussi une apparence, qu’un autre était en train de le rêver.

Fictions (1944)

Le monde est, pour l’Européen, un cosmos, à l’intérieur duquel chacun est en accord intime avec la fonction qu’il exerce; pour l’Argentin, le monde est un chaos.

Enquêtes (1952)

Dieu ne doit pas faire de théologie; l’écrivain ne doit pas anéantir par des raisonnements humains la foi momentanée que l’art exige de nous.

Enquêtes (1952)

L’aviation ne nous offre certes rien qui ressemble au vol. Le fait de se sentir enfermé dans une enceinte de verre et de métal obéissant à un pilote n’a rien à voir avec le vol des oiseaux ou des anges.

Atlas (1984)

Le temps est un feu qui me dévore mais je suis ce feu.

Le livre est un vague amas de brouillons contradictoires. Je l’ai examiné une fois: au troisième chapitre le héros meurt, au quatrième il est vivant.

Fictions, Le jardin aux sentiers qui bifurquent (1944)

Le poème est plus beau si nous devinons qu’il est l’expression d’un désir et non le récit d’un fait.

L'autre, le même (1964)

Mon humanité consiste à sentir que nous sommes voix de la même pénurie.

Les miroirs et la copulation sont abominables car ils multiplient le nombre des hommes.

Fictions (1944)

J’ai adhéré au parti conservateur, ce qui est une façon d’être sceptique.

Le rapport de Brodie (1972)

Des hommes innombrables dans les airs, sur terre et sur mer, et tout ce qui se passe réellement, c’est ce qui m’arrive à moi.

Je n’écris pas pour une petite élite dont je n’ai cure, ni pour cette entité platonique adulée qu’on surnomme la Masse… j’écris pour moi, pour mes amis et pour adoucir le cours du temps.

Le Livre de sable (1978)

Je présume qu’au ciel les bienheureux pensent que les avantages de leur situation ont été exagérés par les théologiens qui n’y ont jamais mis les pieds.

Le rapport de Brodie (1972), Le Duel

Je crois qu’avec le temps nous mériterons qu’il n’y ait plus de gouvernement.

Le rapport de Brodie (1972)

On dit qu’il n’existe pas de génération d’où ne sortent quatre hommes intègres qui étayent secrètement l’univers et le justifient devant le Seigneur.

L'Aleph, L'homme sur le seuil

Je ne sais si le fait est exact; ce qui importe aujourd’hui c’est que cette histoire ait été racontée et qu’on y ait cru.

Juan Muraña

Comme tout possesseur d’une bibliothèque, Aurélien se savait coupable de ne la point connaître à fond.

L'Aleph, Le Théologien

Philosophiquement parlant, la mémoire n’est pas un prodige moindre que la divination du futur.

Le rapport de Brodie (1972)

Regarder la rivière qui est de temps et d’eau et se souvenir que le temps est une autre rivière, savoir que nous nous perdons comme la rivière et que les visages passent comme l’eau.

Le nombre des pages de ce livre est exactement infini. Aucune n’est la première, aucune n’est la dernière.

Le livre de Sable

Son livre s’appelait le livre de sable, parce que ni ce livre ni le sable n’ont de commencement ni de fin.

Le livre de Sable

L’univers (que d’autres appellent la Bibliothèque)

Fictions (1944)

Dans le rêve de l’homme qui rêvait, le rêvé s’éveilla.

Fictions (1944)

Penser, analyser, inventer ne sont pas des actes normaux, ils constituent la respiration normale de l’intelligence.

Fictions (1944)

Une des écoles de Tlön en arrive à nier le temps; elle raisonne ainsi: le présent est indéfini, le futur n’a de réalité qu’en tant qu’espoir présent, le passé n’a de réalité qu’en tant que souvenir du présent.

Fictions (1944)

Bioy Casarès se rappela alors qu’un des hérésiarques d’Uqbar avait déclaré que les miroirs et la copulation étaient abominables, parce qu’ils multipliaient le nombre des hommes.

Tlon uqbar orbis tertius

Il existe une heure de la soirée où la prairie va dire quelque chose. Elle ne le dit jamais. Peut-être le dit-elle infiniment et nous ne l’entendons plus, ou nous l’entendons, mais ce quelque chose est intraduisible comme une musique…

L'auteur et autres textes

A force de nous apitoyer sur les malheurs des héros de romans, nous finissons par nous apitoyer trop sur les nôtres.

L'auteur et autres textes

(En parlant d’un vieillard) Un grand nombre d’années l’avaient réduit et poli comme les eaux font une pierre et les générations une maxime.

L'auteur et autres textes

La réalité aime les symétries et les légers anachronismes.

L'auteur et autres textes

Aveugle pour les fautes, le destin peut être implacable pour les moindres distractions.

L'auteur et autres textes

J’ai vécu peu. J’ai lu beaucoup.

L'auteur et autres textes

Cet été, j’aurai cinquante ans; – La mort me dégrade, incessamment.

L'auteur et autres textes

… Sur le damier du patio, le robinet – Laisse tomber une goutte périodique.

L'auteur et autres textes

Loué soit l’infini – Labyrinthe des effets et des causes, – Qui, avant de me présenter le miroir – Dans lequel je ne verrai personne ou je verrai un autre, – M’accorde la pure contemplation – D’un langage de l’aube.

L'auteur et autres textes

La gloire est aussi une des formes de l’oubli.

L'auteur et autres textes

On perd toujours l’essentiel. C’est une – Loi de toute parole sur le Divin.

L'auteur et autres textes

Dieu créa les nuits qui engendrent – Les rêves, et les formes des miroirs – Pour que l’homme sente qu’il est reflet lui-même – Et vanité. Aussi en sommes-nous alarmés.

L'auteur et autres textes

Dieu meut le joueur et le joueur, la pièce. – Quel dieu, derrière Dieu, commence cette trame – De poussière et de temps, de rêves et de larmes?

L'auteur et autres textes

Il n’est rien que n’entraîne l’infatigable – Et mince filet de sable nombreux. – Comment me sauverai-je, qui suis malheureux – Accident du temps, lui-même chose friable.

L'auteur et autres textes

Le cône inversé, par son sommet ouvert, – Laisse glisser le sable minutieux. – Or graduel, il emplit en tombant – Le cristal concave qui clôt son univers.

L'auteur et autres textes

… ce qui est bon n’appartient à personne …

L'auteur et autres textes

Dans les rêves (Coleridge l’écrit), les images représentent les impressions que nous imaginons qu’elles provoquent.

L'auteur et autres textes

… il s’était déjà entraîné à simuler qu’il était quelqu’un, afin qu’on ne découvrît pas sa condition d’être personne.

L'auteur et autres textes

… le réel était une des virtualités du rêve.

L'auteur et autres textes

… le mythe est au principe de la littérature et … il est aussi à son terme.

L'auteur et autres textes

Le rêve d’un homme fait partie de la mémoire de tous.

L'auteur et autres textes

… la gloire agrandit.

L'auteur et autres textes

… nous pouvons mentionner ou évoquer, mais jamais exprimer …

L'auteur et autres textes

… son destin était de chanter et de faire résonner dans la concave mémoire humaine.

L'auteur et autres textes

La nuit aveuglait les chemins.

L'auteur et autres textes

… mon rêve se dilue, comme l’eau dans l’eau.

L'auteur et autres textes

Une lenteur toute pédagogique.

Le rapport de Brodie (1972)

L’oubli et la mémoire sont également inventifs.

Le rapport de Brodie (1972)

Le sommeil, on le sait, est le plus secret de nos actes.

Le rapport de Brodie (1972)

J’éprouvai … du remords à ne sentir aucun remords.

Le rapport de Brodie (1972)

L’amitié n’est pas moins mystérieuse que l’amour ou l’une quelconque des facettes de cette chose confuse qu’est la vie. Je me suis dit parfois que seul le bonheur est sans mystère, car il se justifie par lui-même.

Le rapport de Brodie (1972)

Avec l’âge, j’ai appris à me résigner à être Borges.

Le rapport de Brodie (1972)

Je n’ai été sollicité tout au long de ma vie que par un nombre restreint de sujets; je suis définitivement monotone.

Le rapport de Brodie (1972)

… journaux … ces musées de détails éphémères.

Le livre de Sable

Le langage est un ensemble de citations.

Le livre de Sable

On existe que si on est photographié.

Le livre de Sable

Personne maintenant ne s’intéresse aux faits. Ce ne sont que de simples points de départ pour l’invention et le travail de l’esprit.

Le livre de Sable

A tous la vie donne tout mais la plupart l’ignorent.

Le livre de Sable

On finit toujours par ressembler à ses ennemis.

Le livre de Sable

Pour voir une chose il faut la comprendre. … Si nous avions une vision réelle de l’univers, peut-être pourrions-nous le comprendre.

Le livre de Sable

L’homme oublie qu’il est un mort qui converse avec des morts.

Le livre de Sable

Les mots sont des symboles qui postulent une mémoire partagée.

Le livre de Sable

Il y a un plaisir mystérieux dans le fait de détruire.

Le livre de Sable

Je suis un homme lâche: je ne lui donnais pas mon adresse pour m’éviter l’angoisse d’attendre des lettres.

Le Livre de sable (1978)

Les années ne modifient pas notre essence, si tant que nous en ayons une.

Le Livre de sable (1978)

Qui se résigne à chercher des preuves d’une chose à laquelle il ne croit pas ou dont la prédication ne l’intéresse pas?

Trois versions de Judas

… prévoir un détail circonstanciel, c’est empêcher que celui-ci se réalise.

Le miracle secret

Ce que fait un homme c’est comme si tous les hommes le faisaient. Il n’est donc pas injuste qu’une désobéissance dans un jardin ait pu contaminer l’humanité; il n’est donc pas injuste que le crucifiement d’un seul juif ait suffi à la sauver.

La forme de l'épée

Penser, c’est oublier des différences, c’est généraliser, abstraire.

Funes ou la mémoire

Dormir c’est se distraire du monde.

Funes ou la mémoire

Omettre toujours un mot, avoir recours à des métaphores inadéquates et à des périphrases évidentes, est peut-être la façon la plus démonstrative de l’indiquer.

Le jardin aux sentiers qui bifurquent

La certitude que tout est écrit nous annule ou fait de nous des fantômes.

La bibliothèque de Babel

Que le ciel existe, même si ma place est en enfer.

La bibliothèque de Babel

La gloire est une incompréhension, peut-être la pire.

Pierre Ménard, auteur du Quichotte

… Il n’y a pas d’exercice intellectuel qui ne soit finalement inutile.

Pierre Ménard, auteur du Quichotte

Un homme s’identifie peu à peu avec la forme de son destin; un homme devient à la longue ses propres circonstances.

L'écriture de Dieu

Mourir pour une religion est plus simple que de la vivre pleinement.

Deutsches Requiem

Modifier le passé n’est pas modifier un seul fait: c’est annuler ses conséquences qui tendent à être infinies.

L'autre mort

Les événements graves sont hors du temps, soit qu’en eux le passé immédiat soit coupé de l’avenir, soit que les parties qui les forment semblent ne pas découler les unes des autres.

Emma Zunz

Je suis, je le répète, un lecteur hédoniste ; je cherche l’émotion dans les livres.

Conférences

Les rêves sont l’activité esthétique la plus ancienne.

Conférences

Mieux vaut périr exécuté que de se donner soi-même la mort.

Le Livre de sable (1978)

Un homme qui pense cinq minutes à une femme n’est pas un homme mais une lopette.

Le rapport de Brodie (1972)

La pauvreté jadis était moins misérable que celle que nous procure aujourd’hui l’industrie. Les fortunes elles aussi étaient moindres.

Le rapport de Brodie (1972)

L’origine d’une haine, comme la naissance d’autres passions, est toujours mystérieuse.

Le rapport de Brodie (1972)

Le mystère est en nous-même, non dans les mots.

Le rapport de Brodie (1972)

L’argot, en fait, est une blague littéraire inventée par des auteurs de comédies et des paroliers de tangos ; les gens de faubourg l’ignorent, à moins que les disques d’un phonographe ne le leur aient enseigné.

Le rapport de Brodie (1972)

Qu’est ce qu’un livre si nous ne l’ouvrons pas ? Un simple cube de papier et de cuir avec des feuilles ; mais si nous le lisons, il se passe quelque chose d’étrange, je crois qu’il change à chaque fois.

Conférences

On a dit que le présent n’existait pas. Certains philosophes de l’Inde ont prétendu qu’il n’y a pas un moment où le fruit tombe. Le fruit va tomber ou est au sol mais il n’y a pas un moment où il tombe.

Conférences

On observera que la conclusion précéda sans doute les preuves. Qui se résigne à chercher des preuves d’une chose à laquelle il ne croit pas ou dont la prédication ne l’intéresse pas ?

Fictions (1944)

Je me sentis perdu. Le sable me brisait la bouche, mais je criai : Un sable rêvé ne peut pas me tuer et il n’y a pas de rêves qui soient dans d’autres rêves.

L'Aleph (1949)

Schopenhauer a peut-être raison : Je suis les autres, n’importe quel homme est tous les hommes.

Fictions (1944)

Ce que fait un homme, c’est comme si tous les hommes le faisaient.

Fictions (1944)

Le monde, selon Mallarmé, n’existe que pour un livre selon Bloy, nous sommes les versets, les paroles ou les lettres d’un livre magique, et ce livre incessant est la seule chose qui existe au monde : plus exactement, est le monde.

Enquêtes (1952)

Le fait esthétique est quelque chose d’aussi évident, d’aussi immédiat, d’aussi indéfinissable que l’amour, que la saveur d’un fruit, que l’eau.

Conférences, La poésie

J’ai moins appris des écoles que d’une bibliothèque – celle de mon père ; en dépit des vicissitudes du temps et des géographies, je ne crois pas avoir lu en vain ces chers vieux volumes.

L'autre, le même (1964), Préface

Je crois que la poésie est quelque chose qu’on sent, et si vous ne sentez pas la poésie, la beauté d’un texte, si un récit ne vous donne pas l’envie de savoir ce qui s’est passé ensuite, c’est que l’auteur n’a pas écrit pour vous.

Conférences

Nous sentons la poésie comme nous sentons la présence d’une femme, ou comme nous sentons le voisinage d’une montagne ou d’une baie.

Conférences

Aimer c’est sentir qu’il nous manque quelque chose.

Conférences "La Kabbale" (1985)

Les catholiques croient en un monde de l’au-delà, mais j’ai remarqué qu’ils ne s’y intéressent pas. C’est le contraire pour moi : ce monde m’intéresse, et je n’y crois pas.

Discussion (1932)

Il arrive des choses que l’on ne comprend qu’ensuite, petit à petit, avec le temps.

Le rapport de Brodie (1972)

Modifier le passé n’est pas modifier un seul fait ; c’est annuler ses conséquences qui tendent à être infinies. En d’autres termes, c’est créer deux histoires universelles.

L'Aleph (1949)

Il comprit qu’une destinée ne vaut pas plus qu’une autre, mais que tout homme doit respecter celle qu’il porte en lui.

L'Aleph (1949)

La Bibliothèque est une sphère dont le centre véritable est un hexagone quelconque, et dont la circonférence est inaccessible.

Fictions (1944)

Il n’y a pas de plaisir plus complexe que celui de la pensée.

L'Aleph (1949)

J’ai été Homère ; bientôt, je serai Personne, comme Ulysse ; bientôt, je serai tout le monde : je serai mort.

L'Aleph (1949)

Ce que nous perdons le temps ne le refait pas, l’éternité le garde pour la gloire et aussi pour le feu.

L'Aleph (1949)

Une doctrine philosophique est au début une description vraisemblable de l’univers ; les années tournent et c’est un pur chapitre – sinon un paragraphe ou un nom – de l’histoire de la philosophie.

Fictions (1944)

Nous pouvons mentionner ou évoquer, mais jamais exprimer.

L'auteur et autres textes

Je ne bois pas, je ne fume pas, je n’écoute pas la radio, je ne me drogue pas. Mes seuls vices sont le Don Quichotte et La Divine Comédie.

Cité par Mario Paoletti et Pilar Bravo dans Borges verbal (1999).

L’Université doit insister sur ce qui a été fait par d’autres il y a longtemps. Si elle s’occupe de choses personnelles et contemporaines, elle est inutile, car la presse s’en charge déjà.

Cité par Mario Paoletti et Pilar Bravo dans Borges verbal (1999).

Hemingway, qui était un peu prétentieux, a fini par se suicider parce qu’il s’est rendu compte qu’il n’était pas un grand écrivain. Cela le réhabilite, partiellement.

Cité par Mario Paoletti et Pilar Bravo dans Borges verbal (1999).

Il faudrait inventer un jeu dans lequel personne ne gagne.

Cité par Mario Paoletti et Pilar Bravo dans Borges verbal (1999).

Je ne sais pas si un écrivain peut être révolutionnaire. Après tout, il se sert du langage, qui est une tradition.

Cité par Mario Paoletti et Pilar Bravo dans Borges verbal (1999).

Pour l’Argentin, l’amitié est une passion et la police une mafia.

Cité par Mario Paoletti et Pilar Bravo dans Borges verbal (1999).

Peut-on menacer d’autre chose que de mort ? Ce qui serait intéressant, original, serait de menacer d’immortalité.

Cité par Mario Paoletti et Pilar Bravo dans Borges verbal (1999).

Démocratie : Une croyance très répandue, un abus des statistiques.

Cité par Mario Paoletti et Pilar Bravo dans Borges verbal (1999).

J’aimerais être courageux. D’après mon dentiste, je ne le suis pas.

Cité par Mario Paoletti et Pilar Bravo dans Borges verbal (1999).

Il y a des communistes qui soutiennent qu’être anticommuniste, c’est être fasciste. C’est aussi incohérent que de dire que ne pas être catholique, c’est être mormon.

Cité par Mario Paoletti et Pilar Bravo dans Borges verbal (1999).

Je crois que la rigueur de Descartes était apparente ou fictive. Il est parti d’une pensée rigoureuse pour aboutir à quelque chose d’aussi extraordinaire que la foi catholique. Il part de la rigueur et il arrive… au Vatican.

Cité par Mario Paoletti et Pilar Bravo dans Borges verbal (1999).

Depuis toujours, il y a quelque chose qui me plaît à Buenos Aires. Qui me plaît tellement que je n’aime pas que cela plaise à d’autres. Voilà, c’est un amour jaloux.

Cité par Mario Paoletti et Pilar Bravo dans Borges verbal (1999).

Ranger une bibliothèque, c’est exercer de façon silencieuse l’art de la critique.

Cité par Mario Paoletti et Pilar Bravo dans Borges verbal (1999).

A mon époque, il n’y avait pas de best-sellers, et nous ne pouvions pas nous prostituer. Nous n’aurions pas trouvé de clients.

Cité par Mario Paoletti et Pilar Bravo dans Borges verbal (1999).