Acceuil / Citation

Citations de : Joachim Du Bellay

A vous, troupe légère Qui d’aile passagère Par le monde volez.

Divers Jeux Rustiques (1558)

Plus mon Loire gaulois, que le Tibre latin, Plus mon petit Liré, que le mont Palatin, Et plus que l’air marin la douceur angevine.

Les Regrets (1558)

Divin Ronsard, qui de l’arc à sept cordes Tiras premier au but de la mémoire Les traits ailés de la française gloire.

L'Olive (1549)

Ce n’est point chose vicieuse, mais grandement louable, emprunter d’une langue étrangère les sentences et les mots, et les approprier à la sienne.

Défense et illustration de la langue française (1549), I, 6

France, mère des arts, des armes et des lois.

Les Regrets (1558)

Le naturel n’est pas suffisant à celui qui en poésie veut faire oeuvre digne de l’immortalité.

Défense et illustration de la langue française (1549)

Je sens venir l’hiver, de qui la froide haleine D’une tremblante horreur fait hérisser ma peau.

Les Regrets (1558), IX

Nos vers coulent d’une veine facile, et la foule nous lit, la Cour nous lit, assidûment. Nous écrivons pour les gens sans culture et, tout aussi bien, pour les gens de culture.

Elégie latine

Cependant que j’ahanne,A mon blé, que je vanne …

Divers Jeux Rustiques (1558), D'un vanneur de blé

Heureux qui comme Ulysse, a fait un beau voyage, – Ou comme celui-là qui conquit la Toison – Et puis s’en est retourné, plein d’usage et raison, – Vivre entre ses parents le reste de son âge!

Si les vers ont été l’abus de ma jeunesse, – Les vers seront aussi l’appui de ma vieillesse: – S’ils furent ma folie, ils seront ma raison.

Les Regrets

Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village – Fumer la cheminée, et en quelle saison – Reverrais-je le clos de ma pauvre maison, – Qui m’est une province et beaucoup davantage?

Les Regrets

Reverrais-je le clos de ma pauvre maison – Qui m’est une province et beaucoup d’avantage?

Les Regrets

Entre les loups cruels, j’erre parmi la plaine. – Je sens venir l’hiver, de qui la froide haleine – D’une tremblante horreur fait hérisser ma peau.

Comme on voit le glaneur – Cheminant pas à pas recueillir les reliques – De ce qui va tombant après le moissonneur.

Les Antiquités de Rome

Le naturel du français est de ne jamais abandonner son prince.

Fais que l’humeur savoureuse – de la vigne plantureuse, – Aux rais de ton oeil divin, – Son nectar nous assaisonne, – Nectar, tel comme le donne – Mon doux vignoble angevin.

Espère le fruit de ton labeur de l’incorruptible et non envieuse postérité: c’est la gloire, seule échelle par les degrés de laquelle les mortels d’un pied léger montent au ciel et se font compagnons des dieux.

Défense et Illustration de la langue française

O mondaine inconstance! – Ce qui est ferme est par le temps détruit, – Et ce qui fuit au temps fait résistance.

Les Antiquités de Rome, Sonnet, 3

Las! où est maintenant ce mépris de fortune? – Où est ce coeur vainqueur de toute adversité …?

Les Regrets

France, mère des arts, des armes et des lois, – Tu m’as nourri longtemps du lait de ta mamelle: – Ores, comme un agneau qui sa nourrice appelle, – Je remplis de ton nom les antres et les bois.

Les Regrets

En vain le Roi sera aux armes invincible, – S’il n’est juste et ne fait la justice garder.

Ample discours au Roi, sur le fait des quatre états du Royaume de France

Déjà la nuit en son parc amassait – Un grand troupeau d’étoiles vagabondes, – Et pour entrer aux cavernes profondes, – Fuyant le jour, ses noirs chevaux chassait …

L'Olive

A vous, troupe légère, – Qui d’aile passagère – Par le monde volez …

D'un vanneur de blé, aux vents