Acceuil / Citation

Citations de : Jens Christian Grøndahl

L’art commence où les mots s’arrêtent.

Les Complémentaires (2013)

Nous sommes sans domicile fixe, le monde entier est sans abri si nous ne parvenons pas à nous sentir chez nous avec les autres.

Les Complémentaires (2013)

Il lui avait fallu longtemps avant de comprendre que l’ironie n’était pas une réserve, mais une extension de sa tendresse, l’expression pudique de celle-ci.

Les Complémentaires (2013)

Il parvenait à la faire taire juste avec un sourire, et sa légèreté taciturne donnait à Ingrid le sentiment que, d’une certaine façon, les mots étaient un moyen de s’éloigner, de perdre le contact alors que l’on croyait précisément l’établir.

Quatre jours en mars (2008)

On ne prête pas assez attention aux choses au moment où elles se passent. On ne sait pas toujours ce qui, plus tard, va avoir de l’importance pour soi.

Quatre jours en mars (2008)

Il y a des sons d’orgue tellement profonds que l’on ne les entend pas, on les perçoit seulement comme une légère vibration dans sa chair.

Bruits du Coeur (1999)

Si l’on ne peut dire oui, on a déjà dit non.

Sous un autre jour (2002)

Il n’y avait rien à comprendre. Certains faits sont incompréhensibles et aussi durs qu’une pierre tombale et le concept d’éternité. Il faut se contenter d’en prendre acte.

Bruits du Coeur (1999)

Il existe une forme de bonheur, un bonheur quotidien souvent dénigré et réellement négligé, où tout ce que l’on est se voit traduit sans déformations en gestes simples et répétés.

Bruits du Coeur (1999)

Comment commence l’amour? Comme une chose qui ne sait pas encore son nom, une chose volatile sans poids ni arrières-pensées, comme un besoin soudain et irréfléchi de toucher.

Bruits du Coeur (1999)

Certains faits sont incompréhensibles et aussi durs qu’une pierre tombale et le concept d’éternité. Il faut se contenter d’en prendre acte.

Bruits du Coeur (1999)