Acceuil / Citation

Citations de : Jean-Marie Adé Adiaffi

Celui qui veut assassiner un peuple, détruira son âme, profanera ses croyances, ses religions, niera sa culture et son histoire.

La carte d'identité (1980)

Un peuple analphabète, sans écriture, sans mémoire, est un peuple qui n’a pas d’histoire.

La carte d'identité (1980)

On ne peut remplir que ce qui est vide.

La carte d'identité (1980)

Toute exploitation, toute soumission, tout joug, doivent être justifiés pour être acceptés par ceux qui les subissent, par ceux qui en sont les victimes.

La carte d'identité (1980)

Quand on va étudier l’intelligence des autres, ce n’est pas pour abandonner la sienne, mais la multiplier indéfiniment, fort de cet apport de l’autre.

La carte d'identité (1980)

Aucune langue ne naît riche, mais c’est l’usage qui l’enrichit.

La carte d'identité (1980)

Toutes les langues sont belles pour ceux qui les parlent.

La carte d'identité (1980)

On ne peut vivre sans foi ni confiance en soi-même.

La carte d'identité (1980)

L’impuissance du pouvoir contre l’individu réellement libre est une des grandes chances de libération de l’homme, c’est le grain de sable de son destin, sa grandeur.

La carte d'identité (1980)

Le pouvoir moral et spirituel s’enracine dans le fin fond du temps, dans l’histoire des peuples libres, dignes et fiers.

La carte d'identité (1980)

Couper le tronc, les branches, les feuilles d’un arbre est chose aisée, tandis que la destruction des racines requiert de la patience.

La carte d'identité (1980)

Rien ne vaut la force de l’amour de l’homme pour sa terre, sa forêt, ses fleuves, ses montagnes, ses rochers, ses arbres, ses oiseaux, ses pierres.

La carte d'identité (1980)

Quelle ombre, quel feuillage, quel fruit peut encore donner l’arbre abattu?

La carte d'identité (1980)

Un peuple qui ne sait plus interpréter ses propres signes, ses propres mythes, ses propres symboles, devient étranger à lui-même, perd foi en son destin.

La carte d'identité (1980)