Acceuil / Citation

Citations de : Jean Guéhenno

Il n’y avait là aucun écrivain qui ne fût qu’un parasite du luxe et un bricoleur à la mode.

Journal d'une révolution (1938)

Nous vivons une vie, nous en rêvons une autre, mais celle que nous rêvons est la vraie.

La Foi difficile

La valeur de toute société, de tout être humain, se mesure à la qualité de ses rêves.

L’histoire des hommes n’a jamais été que l’histoire de leur faim.

La Foi difficile

Tout est sauvé si l’on demeure capable d’étonnement.

La Foi difficile

L’amour est cette merveilleuse chance qu’un autre vous aime encore quand vous ne pouvez plus vous aimer vous-même.

Aventures de l'esprit

On défend bien plus férocement sa chance que son droit.

Changer la vie (1970)

Nous restons au bord de nous-mêmes.

La Foi difficile

Ce n’est pas à l’Université que se fait la Révolution.

Caliban et Prospéro

La peur d’être seul n’est bien souvent que l’horreur du vide, et il se pourrait que la solitude fût la véritable épreuve des êtres.

Changer la vie (1970)

Un livre est un objet devant soi, quelque chose sur quoi on peut réfléchir, à quoi on peut revenir, qu’on peut corriger, contredire, discuter, quelque chose qu’on juge. Les images, les sons passent aussi vite que les moments successifs de la vie.

Carnets du vieil écrivain (1971)

Chacun a son dictionnaire.

Changer la vie (1970), Plongées dans le monde

Nos manques nous servent presque aussi bien que nos biens.

Changer la vie (1970), Actions de grâces

Un petit propriétaire français, en juin 40, ne pouvait se décider à mettre le feu à sa maison ou à sa grange. Un kolkhozien n’a pas les mêmes scrupules.

Journal des années noires (1940-1944) (1947), 26 août 1941

Je connais maintenant la définition de la guerre: la guerre, c’est la mort des autres. On ne la laisse durer que parce que ce sont les autres qui la font et qui en meurent.

La mort des autres (1968)

Et il y a un mot de Vinci: «Passé quarante ans, un homme est responsable de son visage.» Ce n’est pas gai.

Changer la vie (1970)

Il faut mener un homme, tout homme, jusqu’à lui-même et lui apprendre à se construire.

Ce que je crois (1964)

Il s’agit d’aider chacun à devenir soi, le meilleur «soi». Ce serait cela la démocratie.

Ce que je crois (1964)

Chacun de nous se promène avec bienveillance dans cette galerie de portraits de lui-même qu’est sa mémoire.

Changer la vie (1970)