Acceuil / Citation

Citations de : Jean-François Ducis

Il est des jours d’ennui, d’abattement extrême, – Où l’homme le plus ferme est à charge à lui-même.

Macbeth (1784), III, 3

Au cours de mes destins j’abandonnais ma vie.

Othello (1792), II, 7

Il y a dans mon clavecin, des jeux de flûte et de tonnerre. Comment cela va-t-il ensemble? je n’en sais trop rien, mais cela est ainsi.

Mais nous aurons bientôt abaissé son audace.

Othello (1792), I, 2

Ce n’est point la vertu, c’est le vice qui coûte.

Le grand art d’être heureux n’est que l’art de bien vivre.

Epître à M. Droz

Notre bonheur n’est qu’un malheur plus ou moins consolé.

Cité par Sainte-Beuve: Consolations I.

Les coeurs tendres ne peuvent pas rester seuls ; ils s’attirent, ils s’appellent les uns les autres.

Lettre, à Amédée de Rochefort, 13 février 1795

L’amour, fier de ses droits, comme la liberté, rend l’homme à la nature, à son égalité.

Othello (1792), I, 7

L’erreur de nos soupçons est souvent sans retour.

Othello (1792), IV, 2

Tu les aimeras moins en les connaissant mieux.

Roméo et Juliette (1772), II, 3

Vous unissiez à ses douleurs Par vos secours et par vos larmes; Dont l’oeil nous offre un ciel d’azur; Dont l’esprit sage et le coeur pur Surmontent tout sans violence Sans paraître avoir combattu,.

Epîtres et poésies diverses (1813), Vers à Madame Pallière

Mais voici qu’il me vient un autre antagoniste, Un franc célibataire, égoïste achevé, Aimable, jeune encor, dans l’aisance élevé Je suis libre, dit-il, et la loi juste et sage N’a forcé jusqu’ici personne au mariage.

Epître contre le célibat

De l’affreux égoïsme est né le célibat. Mais son joug plus pesant venge le mariage.

Epîtres

Il n’y a point de chenille, point de plaisir qui n’ait sa douleur: notre bonheur n’est qu’un malheur plus ou moins consolé.

Lettre à M. Odogharty de Latour, 7 novembre 1806

Il n’y a point de fruit qui n’ait son ver, point de fleur qui n’ait sa chenille, point de plaisir qui n’ait sa douleur: notre bonheur n’est qu’un malheur plus ou moins consolé.

Lettre à M. Odogharty de Latour, 7 novembre 1806

Son fils, ce faible enfant qu’il porte entre ces bras,D’un cher et doux obstacle embarrasse ses pas.

Oscar