Acceuil / Citation

Citations de : Jean-Edern Hallier

La masturbation est la seule drogue qu’on a toujours sur soi.

J’ai un casier littéraire très chargé.

Si les Russes contrôlaient le Sahara, ils rationneraient les grains de sable.

L’Angleterre est un pays formidable, le seul où l’on puisse rouler à gauche le samedi soir.

Je ne laisserai à personne d’autre le soin de dire que tous les ans, de un à neuf, sont le plus bel âge de la vie, et ainsi de suite…

Le premier qui dort réveille l' autre (1977)

Une oeuvre littéraire est par principe impérissable.

L'honneur perdu de François Mitterrand (1996)

La plus sûre manière de paralyser l’individu est de lui faire croire qu’il peut embrasser l’univers d’un clin d’oeil.

Chaque matin qui se lève est une leçon de courage (1978)

Nos automatismes… nos grilles de normalisation… sont tels que chaque matin qui se lève est une leçon de courage.

Chaque matin qui se lève est une leçon de courage (1978)

Toute la société tend à intimider l’individu, ou à encourager sa paresse.

Chaque matin qui se lève est une leçon de courage (1978)

Au reste, je déplore que le cancer, la dernière maladie de notre siècle à inspirer une horreur sacrée… frappe si rarement les jeunes gens.

Bréviaire pour une jeunesse déracinée (1982)

La clairvoyance est une terrible maladie. Elle nous est donnée pour nous embarrasser, jamais pour nous renforcer.

Chaque matin qui se lève est une leçon de courage (1978)

Le discours de la servitude volontaire est le lot commun: les esclaves le sont sui generis, à cause d’eux-mêmes.

Chaque matin qui se lève est une leçon de courage (1978)

Toutes les idées qui triomphent courent à leur perte, et les autres ne valent que par ce que l’on y aura mis soi-même de fièvre et d’espérance.

Chaque matin qui se lève est une leçon de courage (1978)

Les grands peuples se reconnaissent à la qualité de leurs dissidents.

Bréviaire pour une jeunesse déracinée (1982)

A force d’avoir été un jeune homme d’avenir, je finirai pour devenir un vieillard qui promet.

Il se dégage de cet homme une impression malsaine, celle de la mort qui serait toujours en vie.

Ma mort n’aurait aucune importance sentimentale: ce serait une erreur technique compte tenu des livres qui me restent à écrire. Je ne regretterais pas, je me dirais simplement que c’est une catastrophe naturelle.

La mort est une faute d’inattention.

Tous ces gens-là sont jaloux parce que je suis le seul homme d’extrême gauche à savoir boire du vin.

L’enfer il n’y en un qu’un. Ce n’est pas les autres. C’est moi.

Chaque matin qui se lève est une leçon de courage (1978)

L’aristocratie n’existant plus, l’étrange pouvoir qui reste paradoxalement le sien, c’est le privilège de mesurer la hierarchie des illusions.

Fin de siècle (1980)

Si je dis que je suis le plus grand écrivain de ma génération, c’est parce que c’est vrai…

Dans une émission télévision de Thierry Ardisson.

En amour une seule victoire – La fuite.

Je ne suis pas contre les vieux, mais contre ce qui les fait vieillir.

Si on me demande pourquoi je n’ai presque jamais touché à la drogue, je réponds: je n’en ai pas besoin. Je suis une drogue. Comment voulez-vous que je m’absorbe moi-même?