Acceuil / Citation

Citations de : Jean Dion

Le journalisme est une discipline hautement inexacte dont les postulats n’existent pas, ou existent en quantité si grande que cela ne veut rien dire.

Le Devoir, 19 janvier 1998.

Dans le sport professionnel actuel, il est deux certitudes: sans fric, on ne va nulle part, mais avec du fric, on ne va pas nécessairement quelque part.

Dans Le Devoir (journal québécois).

Le sport, c’est aussi le hooliganisme, des énergies considérables canalisées dans la bêtise.

(A propos du sport professionnel) Tant et aussi longtemps que l’opium moderne du peuple fera planer, on se bousculera pour en acheter. Et les vendeurs riront jusqu’à la banque.

Dans Liberté (magazine québécois), octobre 1998.

Le sport, activité noble qui, à l’instar du rire, de la philatélie, de la cuisine au bain-marie et du cybersexe, permet à l’humain de dépasser son animalité.

Dans Le Devoir (journal québécois).

L’authentique scandale, c’est que des gens croient encore que la publicité c’est vrai.

Dans Le Devoir (journal québécois).

Tout comme nos amies les entreprises ne consacreraient pas des milliards à la publicité si elle ne rapportait pas encore plus, la classe politique fait rarement dans la gratuité.

Dans Le Devoir (journal québécois).

Il ne suffit pas d’être heureux, encore faut-il savoir qu’on l’est.

N’abusons de rien, sauf de la modération.

Pourquoi n’entend-on jamais parler de l’imbécile malheureux?

Pourquoi après une mort, y a-t-il un espace systématique de mensonge sur la vertu et la valeur du disparu? Pourquoi ce qui valait avant ne vaudrait-il pas après?

On peut agir sur la télé, sur le gouvernement; on reste impuissant devant l’âme.

On oublie, dans le classement des grands événements ayant marqué le millénaire, d’inclure la vogue des classements.

On n’explique jamais autrement que par des dispositions personnelles les qualités humaines, la générosité, la charité, l’art de faire de bonnes patates frites. Pourquoi, en revanche, faut-il que les défauts soient toujours imputés à des agents exogènes?

Les morts sont toujours grands. Ce n’est pas sans conséquence: on pourrait en déduire que, pour être petit, il faut être vivant.

Les comparaisons historiques sont toujours trompeuses.

Le sport est bien affaire de frissons.

Dans Le Devoir (journal québécois).

La naïveté est un excès de crédulité à l’égard des choses qui sont, mais aussi une inconnaissance des choses qui seront.

La langue de coton se distingue de son homologue de bois, dure et soviétique, par son côté rassurant, chaud, moelleux, qui fait oublier sa totale insignifiance.

L’empathie est une vertu publique obligée alors que l’indifférence est un vice privé.

Il est plus aisé, et éminemment plus scientifique, de traquer le passé que d’esquisser l’avenir.

A notre époque de communications à la vitesse de l’éclair, de télémachins et autres trucs finissant en