Acceuil / Citation

Citations de : Jean-Christophe Grangé

On connaît bien les gens quand on les déteste.

Miserere (2008)

La névrose est la drogue de l’homme qui ne se drogue pas.

Miserere (2008)

L’esprit humain ne peut assimiler qu’une certaine quantité de vérités à la fois.

Miserere (2008)

Les pédophiles, c’est comme les limaces. Malgré leurs efforts, ils laissent toujours un sillage. Et ce sillage est dans leur ordinateur.

Miserere (2008)

Les gens qui utilisent des citations : Une façon sournoise de se hisser au niveau du penseur.

Le Passager (2011)

Au Chili on dit : Ne pèle pas le fruit s’il est pourri.

Le Passager (2011)

La psychiatrie, c’est comprendre la démence sans jamais la cautionner.

Le Passager (2011)

Ce n’est pas l’art qui nous soigne, c’est nous qui soignons l’art !

Le Passager (2011)

Le principe premier de l’élevage des toros bravos est de leur éviter tout contact avec l’homme avant l’épreuve de l’arène. Afin qu’ils soient plus farouches, plus agressifs – et surtout plus démunis face au matador.

Le Passager (2011)

Difficile de draguer quand on est flic et qu’on porte un Glock à la ceinture. Deux engins phalliques pour un couple, c’est un de trop…

Le Passager (2011)

Les flics aiment faire peur. C’est leur raison d’ être.

Le Passager (2011)

Contrôler l’esprit, c’est une autre manière d’éviter le combat. Comme dit Lao-tseu : Le plus grand conquérant est celui qui sait vaincre sans bataille.

Le Passager (2011)

Etre psychiatre, c’était ça. Ecoper une barque qui coule avec un dé à coudre.

Le Passager (2011)

Il ne buvait pas de vin. Ce qui revenait en Aquitaine à être aveugle, sourd ou paraplégique.

Le Passager (2011)

Le boulot était la dernière bouée des naufragés du coeur.

Le Passager (2011)

Il devait descendre dans ses propres catacombes. Pratiquer des fouilles archéologiques. Trouver des villes mortes au fond de sa mémoire.

Le Passager (2011)

Un taureau de combat n’est pas agressif. C’est son attitude de défense, anarchique, désordonnée, qui donne l’impression d’hostilité.

Le Passager (2011)

La plus belle ruse que le Diable est fait, est de faire croire qu’il n’existait pas.

Le Serment des limbes (2007)

J’ignorais que le monde est souvent plus évident qu’on ne pense, et que ses vérités, pour être banales, n’en sont pas moins transparentes et vives.

Le Vol des cigognes (1994)

Le crime, qu’on le pratique ou qu’on l’affronte, est un métier, qui exige intuition et expérience.

Le Vol des cigognes (1994)

L’innocence est tellement rare de nos jours qu’elle suscite tous les soupçons.

Miserere (2008)

Mais il y aura toujours les apôtres de la bonne conscience. L’immense armée de ceux qui ne font rien et jugent toujours. Sans offrir la moindre solution.

Miserere (2008)

J’ai compris à quel point la vie appartient à la mort, à quel point elle n’est qu’une brève parenthèse. Un sursis dans un océan de néant.

Miserere (2008)

La haine est le don le mieux partagé.

Miserere (2008)

En amour, seuls les actes comptent, les mots ne coûtent rien.

Kaïken (2012)

Un flic, c’est jamais qu’un voyou qu’a raté sa vocation.

Kaïken (2012)

Personne ne peut comprendre un flic. Encore moins le juger. Nous évoluons dans un monde brutal, incohérent, fermé. Vous êtes en dehors, et vous ne pouvez plus le comprendre. Vous êtes en dedans, et vous perdez toute objectivité.

Les Rivières pourpres (1998)

Lorsque des éléments, des détails, même anodins, reviennent régulièrement dans une enquête, il faut toujours les retenir, parce qu’ils dissimulent à coup sûr une signification profonde.

Les Rivières pourpres (1998)

Dans une enquête, chaque fait, chaque témoin est un miroir, dans lequel se reflète une des vérités du crime.

Les Rivières pourpres (1998)

Chaque élément d’une enquête est un miroir. Et le tueur se cache dans l’un des angles morts.

Les Rivières pourpres (1998)

C’était un idéal, un appel, qui prendrait de multiples visages, et se résumerait toujours à cette phrase, mille fois répétée par les militants: Quand un révolutionnaire tombe, il y a toujours dix mains pour ramasser son fusil.

Miserere (2008)

Kasdan sourit: – Au Cameroun, on disait: une balle dans le cul, ça vaut mieux qu’une balle dans le coeur.

Miserere (2008)

Les immeubles de pierre avaient la couleur du ciel, les gaz d’échappement tissaient une atmosphère de grisaille. Dans ces moments-là, Paris semblait construit en une seule matière: l’ennui.

Miserere (2008)

Dans une enquête, ne pas achever une liste revient à ne pas l’avoir commencée.

Miserere (2008)

David ne détestait pas les keufs. Il les méprisait. Un jour, il lui avait dit, mi haineux, mi ironique: Un flic, c’est un truand qu’a pas réussi. Et il le pensait.

Miserere (2008)

Pour questionner les machines, il faut parler leur langage à elles. Et suivre leur logique.

Miserere (2008)

Un ordinateur, c’est comme une ville. Chaque fichier est une maison, avec une adresse unique.

Miserere (2008)

Les Japonais ont une métaphore pour décrire le phénomène: ils se comparent aux bonsaïs, à la fois soutenus et entravés par de minuscules tuteurs. Libérez-les dans la nature et ils se déploient aussitôt. Impossible de les replacer dans leur pot.

Kaïken (2012)

Tokyo fonctionne à deux vitesses. D’un côté, les artères immenses, les ponts de béton, les marées humaines. De l’autre, les quartiers minuscules, les ruelles obscures flanquées de façades aveugles et de bannières flottantes.

Kaïken (2012)

Au Japon, on dit: Les fleurs d’hier sont les rêves d’aujourd’hui. Elle pouvait ajouter: Les fautes d’hier sont les cauchemars d’aujourd’hui.

Kaïken (2012)

Passant avait toujours perçu dans cette formule une vérité profonde : en amour, seuls les actes comptent, les mots ne coûtent rien.

Kaïken (2012)

L’histoire de l’humanité n’est que l’histoire de la cruauté, de la violence, de la destruction. Personne ne peut le nier. Comment expliques-tu cela ?

Le Serment des limbes (2007)

J’ignore si ces cigognes apportaient des bébés, mais elles savaient s’occuper des morts.

Le Vol des cigognes (1994)

La torture et la peur sont des choses étranges. Des forces qui vous secouent, au sens propre et au sens figuré. Vous vous révélez : un lâche ou un brave.

Miserere (2008)

On n’arrête pas une société en marche par le crime ni par la force. L’Histoire est avec nous et ce sont les peuples qui font l’Histoire.

Miserere (2008)

Plus une histoire paraît absurde, plus elle a des chances d’être vraie.

Miserere (2008)

Le voyage ne vous prendra que quelques heures. Et ces heures éclaireront peut-être le reste de votre vie.

Le Concile de pierre (2000)

Il avait l’air d’un loup à qui l’on propose une assiette de lait.

Le Vol des cigognes (1994)

Tu sais ce qu’on dit, fit-il en souriant, un psychiatre, c’est un fou qui a raté sa vocation…

La Forêt des Mânes (2009)

Malgré moi, une réflexion de Luc me revint. Une de ces phrases cyniques dont il avait le secret : « La femme. Régler le problème le plus vite possible, pour mieux l’oublier. »

Le Serment des limbes (2007)

Ses enfants n’étaient pas le coeur de sa vie, ils étaient la vie de son propre coeur.

Kaïken (2012)

Quand un révolutionnaire tombe, il y a toujours dix mains pour ramasser son fusil.

Miserere (2008)

Dans les Balkans, les Albanais sont les Belges de notre Europe occidentale : les sujets préférés d’histoires drôles mettant en scène leur naïveté, leur manque de moyens ou d’idées.

Le Vol des cigognes (1994)

Les deux adversaires hurlaient en silence, de tous leurs yeux.

Le Passager (2011)

Méfiez-vous des apparences, sourit la soeur. Surtout quand elles sont toutes nues…

La Forêt des Mânes (2009)

Le silence se referma sur ses paroles. Barnes était livide, Joisneau comme cristallisé sur sa terreur.

Les Rivières pourpres (1998)

Elle s’était durcie à son tour tant l’amour se nourrit du sentiment de l’autre. Sans entraînement le coeur se dessèche. On perd toute faculté à partager. On finit par se protéger en se refermant sur ce qu’on a de plus triste : sa solitude.

Kaïken (2012)

Le vrai secret de la foi, ce n’est pas de pardonner, mais de demander pardon – au monde tel qu’il est, parce que nous n’avons pas su le changer.

Le Serment des limbes (2007)

Je révélai mes doutes à mes pères supérieurs. Je ne récoltai que des réponses académiques, l’habituelle langue de bois des religieux, baume insipide posé sur les tourments de l’âme.

Le Serment des limbes (2007)

Mais j’ai trouvé une solution d’apaisement. Je noie la violence du passé dans la violence du présent.

Le Serment des limbes (2007)

Emmener sa femme en Thaïlande, c’est comme emporter sa bière en Allemagne.

L'Empire des loups (2003)

Niémas roula d’une seule traite, pleins phares, au mépris des radars et des limitations de vitesse.

Les Rivières pourpres (1998)

Les yeux, à eux seuls, étaient un poème : verts, légers, ourlés d’ombre, comme flambés par quelque vieille croyance balkanique. Et puis telle une mitre, il y avait le crâne : totalement chauve et dressé vers le ciel, comme une prière.

Le Vol des cigognes (1994)

Elle affichait ses blessures affectives mais elle n’y croyait pas elle-même. Ma mère, qui ne vivait que pour les vêtements griffés et les appellations contrôlées, évoluait, côté sentiments, dans un monde de contrefaçon.

Le Serment des limbes (2007)

Quand l’image est parfaite dans le miroir, il est tant de briser le miroir.

Le Serment des limbes (2007)

On livre les premières batailles pour sa patrie ou la liberté. Les dernières pour la légende.

Le Serment des limbes (2007)

Le diable, le vrai, nous est apparu ce matin. Un être mauvais, hostile, cruel, un maître de l’apostasie qui s’active au fond de chaque esprit.

Le Serment des limbes (2007)

Le mauvais âge. L’âge où les enfants deviennent soi-disant des adultes. L’âge où ils sont en vérité le plus vulnérables, s’embarquant dans n’importe quel voyage.

Miserere (2008)

L’homme est une ordure. Et quand il n’est pas une ordure, c’est un lâche.

Miserere (2008)

Au Cameroun, on disait : une balle dans le cul, ça vaut mieux qu’une balle dans le coeur.

Miserere (2008)

L’âme humaine se comporte exactement comme le corps. Si un élément étranger ne parvient pas à être rejeté par les mécanismes naturels de défense, c’est le pourrissement assuré.

Miserere (2008)

A torture et la peur sont des choses étranges. Des forces qui vous secouent, au sens propre et au sens figuré. Vous vous révélez : un lâche ou un brave.

Miserere (2008)

Un enfant n’a pas de repères. Il n’est que le résultat d’une éducation.

Miserere (2008)

Il y aura toujours les apôtres de la bonne conscience. L’immense armée de ceux qui ne font rien et jugent toujours. Sans offrir la moindre solution.

Miserere (2008)

L’homme est fait pour rêver, c’est-à-dire pour combattre et non subir. Et surtout, l’homme est fait pour la poésie. Or, l’utopie est poétique. Et la poésie aura toujours raison contre le réalisme.

Miserere (2008)

L’amitié était dangereuse. C’était comme le reste : on pouvait devenir accro.

Miserere (2008)