Acceuil / Citation

Citations de : Jean-Baptiste Chassignet

Passer d’un âge à l’autre est s’en aller au change. D’un bien plus petit mal en un mal plus étrange. Qui nous pousse en un lieu d’où personne ne sort.

Le Mespris de la vie et consolation contre la mort (1594)

L’enfance n’est sinon qu’une stérile fleur, La jeunesse qu’ardeur d’une fumière vaine, Virilité qu’ennui, que labeur, et que peine, Vieillesse que chagrin, repentance, et douleur.

Le Mespris de la vie et consolation contre la mort (1594)

Le temps passé n’est plus, l’autre encore n’est pas,Et le présent languit entre vie et trépas;Bref, la mort et la vie en tout temps est semblable.

Le Mespris de la vie et Consolation de la mort (1594)

La naissance et la mort en cela seul diffèreQue l’enfant sort sans peur du ventre de sa mère,Et nous tremblons d’effroi quand mourir il nous faut.

Le Mespris de la vie et Consolation de la mort (1594)

Notre vie est semblable à la mer vagabonde, – Où le flot suit le flot, et l’onde pousse l’onde, – Surgissant à la fin au havre de la mort.

Le Mespris de la vie et consolation contre la mort

Le temps passé n’est plus, l’autre encore n’est pas, – Et le présent languit entre vie et trépas.

Le Mespris de la vie et consolation contre la mort

Ce qui semble périr se change seulement.

Le Mespris de la vie et consolation contre la mort