Acceuil / Citation

Citations de : Jacques Dutronc

Dans les hôpitaux, ce sont plus les visiteurs que les malades qui font des gueules d’enterrement.

Pensées et répliques (2000)

Il vaut mieux être ivre mort qu’Yves Robert.

Pensées et répliques (2000)

Des prises de position, je n’en ai pas vraiment. Ma position est souvent couchée.

Pensées et répliques (2000)

La modestie est l’art de se faire louer une seconde fois.

Pensées et répliques (2000)

Je suis un ermite sociable. Curieux spécimen…

Pensées et répliques (2000)

Que pensez-vous de l’astrologie? La science désastre.

Pensées et répliques (2000)

Un banquet sans confettis? Aussi sinistre qu’une femme sans poitrine.

Pensées et répliques (2000)

Chez la plupart des gens qui bossent, on sent une somnolence de fonctionnaire. C’est le genre: Réveille-toi, c’est l’heure d’aller se coucher!

Pensées et répliques (2000)

Ce qui est amusant, c’est de jeter une bouteille à la mer et de croire qu’elle rapportera la réponse.

Pensées et répliques (2000)

La télé idéale, c’est pas celle qui garde tout le monde rivé devant elle, ce serait plutôt celle qui foutrait tous les gens dehors.

Pensées et répliques (2000)

L’insolence cache beaucoup de choses. Elle cache l’essentiel.

Pensées et répliques (2000)

La cravate, c’est le passeport des cons.

Pensées et répliques (2000)

Le succès aujourd’hui, c’est plus proche du hold-up que de la fiche de paie.

Pensées et répliques (2000)

Le cancer guérit du cigare.

Pensées et répliques (2000)

Je préfère les gens qui disent non à ceux qui disent oui mais.

Pensées et répliques (2000)

Il ne faut pas croire, en Corse, aussi les coqs chantent. Tous les jours. Vers seize heures.

Pensées et répliques (2000)

Le bonheur n’est pas quelque chose que l’on vit, c’est plus quelque chose dont on se souvient.

Pensées et répliques

Quand j’étais petit, mon avait l’habitude de balancer un pet gigantesque et dire à la dame assise à côté de lui: «Ne vous inquiétez pas, je dirai que c’est moi.» C’est un héritage qui se transmet de pet en fils.

Pensées et répliques

Si je remonte sur scène aujourd’hui, c’est parce que, si je le faisais dans dix-huit ans, ce ne serait pas avec un cardiologue à la batterie et un urologue à la basse mais accompagné par des fossoyeurs.

Dans l'hebdomadaire l'Express, n° 3053 du 7 janvier 2010.

Ma définition du bonheur, c’est l’inertie totale: ne rien avoir dans la tronche, pas de facture qui passe ou de voiture mal garée. Une autre forme de bonheur serait l’apesanteur. Se placer au-dessus de tout. Quelle liberté!

Dans l'hebdomadaire l'Express, n° 3053 du 7 janvier 2010.

Je suis pour l’augmentation du goût de la vie.

Je devais être bourré le jour où j’ai décidé d’arrêter de boire!

Je n’ai strictement rien à dire mais je tiens à ce que ça se sache.

La timidité est une forme de politesse.

La fidélité? Il ne faut pas oublier que le mariage a été institué à une époque où l’espérance de vie ne dépassait pas trente ans.

On nous cache tout, on nous dit rien – Plus on apprend plus on ne sait rien – On nous informe vraiment sur rien.

Tout est mini dans notre vie.

En amour, il faut garder ses distances pour éviter l’accrochage.

Pour certains, la mort c’est la seule façon qu’ils ont de se prouver qu’ils étaient vivants.

Les gens qui croient que tout est facile – Ce sont toujours de vieux fossiles.

Puisqu’on dit que le bonheur – N’existe pas sur la terre – Que l’aile de mes chimères – Puisse nous conduire ailleurs.

Amour, tu me tueras.

Opium! Poison de rêve – Fumée qui monte au ciel – C’est toi qui nous élève – Aux paradis artificiels.

L’aventure est-elle au coin de la rue?

Je n’ai vraiment qu’un seul regret – De ne pas être universel – A l’école des demoiselles.

L’alcool, il y a deux versions. Soit c’est un ennemi qui te veut du bien mais qui te fait du mal, soit c’est un ami qui te veut du mal, mais qui te fait du bien.

Le monde entier est un cactus – Il est impossible de s’asseoir.

Adam avait-il un nombril?

Toute ma vie, j’ai rêvé – De ne plus jamais passer – Par les bas et les hauts – De notre petite terre.

Moi aussi on m’a dit ça – Fais pas ci fais pas ça – Et j’en suis arrivé là.

La vie, c’est faire semblant de ne pas être mort.

La télévision, on ne peut pas la regarder. Quand on est debout, on ne la regarde pas. Quand on est assis, on s’endort.

J’ai arrêté de croire au Père Noël le jour où, dans une galerie marchande, il m’a demandé un autographe…

Il y en a qui contestent – Qui revendiquent et qui protestent – Moi je ne fais qu’un seul geste – Je retourne ma veste.

Avec Françoise, nous nous partageons les tâches à la maison. J’apporte la poussière, elle nettoie!

Je fais confiance aux électeurs – Et j’en profite pour faire mon beurre.

Colin-maillard et tartempion – Ce sont les rois de l’information.

Je ne parle pas aux journalistes, je réponds juste aux questions.

En vingt-sept ans, j’ai bu pour trois siècles.

La télé, c’est un compagnon fidèle comme un chien mais moins salissant, sauf si on l’allume souvent.

La politique, c’est un des rares métiers du spectacle où l’on voit toujours les mêmes acteurs, le même scénario, les mêmes décors et les mêmes costumes, et personne ne dit rien.

Pensées et répliques

Boire ou conduire, c’est un slogan génial. Mon père, qui n’a pas de voiture, s’est mis à boire depuis.

Beaucoup meurent à trente ans et sont enterrés quarante ans plus tard.

Dans sa vie, John Wayne peut tuer six mille Indiens, jamais il n’abattra un chien ou ne fera de mal à un enfant; c’est ce qu’on appelle «faire une carrière».

Godard, c’est mieux qu’un psy: c’est lui qui paye!