Acceuil / Citation

Citations de : Jacques, comte de Bourbon-Busset

Quand la politique n’est pas une érotique, elle est tout simplement une saloperie.

Journal, VIII : Les Choses simples (1980)

Le fou n’est pas un papillon, c’est un monomane qui a la terrible suite dans les idées du grand ambitieux.

Les Arbres et les Jours

Le corps de la femme sait rêver.

Journal, VIII : Les Choses simples (1980)

Si j’étais seul, je me livrerais à la débauche ou j’irais soigner les lépreux.

Tu ne mourras pas (1977)

L’amour est un fleuve où les eaux de deux rivières se mêlent sans se confondre.

Tu ne mourras pas (1977)

Les rives sont la chance du fleuve puisque, l’enserrant, elles l’empêchent de devenir marécage.

Tout est musique. Un tableau, un paysage, un livre, un voyage ne valent que si l’on entend leur musique.

Les vérités ne peuvent être qu’individuelles.

L'Amour durable (1973)

Le secret du bonheur crève les yeux. C’est pourquoi nul n’ose le regarder en face; il faut aimer quelqu’un.

La raison brille, l’intelligence éclaire.

La nature est un talisman (Journal I) (1966)

Le point de soudure entre intelligence et sensibilité évoque la charnière secrète entre monde visible et monde invisible.

La nature est un talisman (Journal I) (1966)

Si je ne suis pas pressé, c’est que je suis engagé dans une entreprise sans fin.

Alliance (1997)

La force de la tendresse vient de son refus de la force.

Alliance (1997)

Qu’y-a-t-il au dessus de l’ardente alliance de deux libertés, de deux vies, de deux âmes.

Alliance (1997)

Quand le langage répond à un appel qui ne peut être formulé par le langage, la littérature apparaît.

La nature est un talisman (Journal I) (1966)

L’absence de ta présence me désespère. La présence de ton absence me révèle ton éternité.

Lettre à Laurence (1987)

L’éternité, ce n’est pas un glas qui résonne à l’infini, l’éternité, c’est l’éternel présent.

Lettre à Laurence (1987)

Aimer, ce n’est pas rêver qu’on aime, c’est agir comme si l’on aimait et c’est ainsi qu’on découvre, un jour, qu’on aime pour de bon.

Lettre à Laurence (1987)

Une femme qui aime transforme le monde.

Tu ne mourras pas (1977)

Le grand art, c’est toujours de l’érotisme camouflé.

Journal, VIII : Les Choses simples (1980)

Le bonheur, souvent, se construit au détriment de quelqu’un, et ce n’est plus le bonheur. Le vrai bonheur est de mettre son bonheur dans l’autre.

La vraie démocratie est le régime où chacun porte dans sa giberne le désir d’être un héros.

Tu ne mourras pas (1977)

La passion fait le bonheur et la femme est sa complice. La femme est la chance du bonheur.

La bonté, cela existe, et la preuve est qu’on en rit.

Tu ne mourras pas (1977)

L’amour physique est la clef de presque toutes les vies. On le sait, on n’ose le dire, de peur de passer pour un obsédé sexuel.

L'Amour durable (1973)

Il n’y a pas d’amour conjugal, mais il y a l’amour nuptial et c’est le plus grand.

Dans Jacques Paugam questionne Bourbon-Busset.

Il faut être ambitieux, mais il ne faut pas se tromper d’ambition.

Chercher l’originalité dans la nouveauté est une preuve d’absence d’originalité.

Essayer de rendre heureux un être est la seule chose positive qui soit à notre portée.

Journal, VII : Tu ne mourras pas (1978)

Créer la liberté à l’intérieur de la nécessité est sans doute la moins mauvaise définition de l’amour. Qui donne sa foi conquiert sa liberté.

Tu ne mourras pas (1977)

Cette étrange complicité qui faisait de nous les coauteurs d’un roman où se mêlaient les lianes vertes du sentiment, les étincelles des idées, les nénuphars du souvenir, les tentacules de l’angoisse.

Lettre à Laurence (1987)

Le corps de la femme sait rêver. En quoi nous, hommes, sommes inférieurs.

Journal, VIII : Les Choses simples (1980)

Prier c’est demander la grâce de continuer à prier, c’est reconnaître qu’on ne peut rien tout seul. L’amour, c’est cela aussi.

Tu ne mourras pas (1977)

J’ai toujours pensé que ce qui donnait un sens à la vie d’un homme, c’était de protéger une femme.

Journal

La femme n’est pas le cinquième élément mais le premier, parce qu’elle est la complice de l’absolu.

Tu ne mourras pas (1977)

Il n’y a pas de bons mariages mais il y en a de délicieux.

Journal, VII : Tu ne mourras pas (1978)

Dans l’amour d’un couple, trouver la distance juste est essentiel. Cela demande beaucoup de patience, de perspicacité et d’imagination, en un mot, d’esprit.

Journal

Il est temps pour la France de redevenir fidèle à sa vocation universelle. Elle n’est plus une grande puissance, mais le pire calcul serait la déchéance orgueilleuse du nationalisme. Elle doit militer pour l’instauration d’une autorité mondiale.

Journal

L’amour absolu est une vertu sociale. Le dynamisme de l’amour absolu fera régner la justice sociale. Il est le sacré que chacun peut vivre, et seul le sacré peut réellement triompher de l’injustice et de l’oppression.

Journal

Chez un couple aimant, un plus un n’égale pas deux, mais l’infini.

Journal

Tout comme la liberté, l’absolu se vit aussi à deux ; l’absolu ne saurait s’éprouver que dans la constance. Le véritable absolu, c’est l’absolu d’un amour.

Journal

La liberté de l’esprit réclame la constance du coeur ; la rive est la chance du fleuve.

Journal

Le couple aimant ne recherche pas une chimérique fusion. C’est l’expression de la dualité créatrice, de l’union dans la différence, de l’ardente alliance de deux libertés.

Journal

Les corneilles tournoient, jacassent, s’agitent en tous sens. Deux cents mètres plus loin, un hibou. Son immobilité me plaît. Réfléchir sans agir, plutôt qu’agir sans réfléchir.

Journal

Tout devient plus clair, dès qu’on a compris que nos choix nous créent et, du même coup, nous libèrent de l’incertitude, des hésitations, du caprice.

L'absolu vécu à deux (2002)

On dit parfois de certains amis qu’après une absence de plusieurs années on les retrouve tels qu’on les avait quittés. A des degrés divers, la non-séparabilité des âmes est un fait d’expérience.

L'absolu vécu à deux (2002)

On dira que c’est peu de chose, c’est immense, comme l’amour, ce jeu étrange, où l’on est présent à soi par la présence de l’autre, où l’infini d’un visage fait éclater la finitude du moi.

L'absolu vécu à deux (2002)

Les esprits légers se moquent des laborieux. Ils ont tort. Ce qui est acquis sans labeur ne dure guère plus qu’une fleur coupée. Ce quit fait l’homme, c’est de prendre un parti et de s’y tenir. Le pouvoir, c’est le pouvoir d’oser.

L'absolu vécu à deux (2002)

La confiance existe, certes, dans l’amitié mais la confiance de l’amour est absolue, inconditionnelle, sans réserve, sans retour. L’amour absolu naît de la confiance absolue.

Laurence ou la sagesse de l'amour fou (1989)

L’amour est acte de confiance, de confiance en sa propore confiance et en la confiance de l’autre.

Laurence ou la sagesse de l'amour fou (1989)

C’est ton amour violent et généreux qui m’a fait passer sur l’autre rive, qui, en m’expulsant de moi, m’a fait devenir moi.

Laurence ou la sagesse de l'amour fou (1989)

Grâce à toi, j’ai compris que de l’alliance de la cohérence et du désir naissait la joie.

Laurence ou la sagesse de l'amour fou (1989)

On naît corps. On devient âme.

Laurence ou la sagesse de l'amour fou (1989)

J’ai entendu battre dans ton âme la passion de l’absolu et j’ai compris que jamais je n’écouterais aucune musique plus intense que celle-là.

Laurence ou la sagesse de l'amour fou (1989)

Le coeur donne la direction, la raison ratifie ou récuse, la volonté exécute.

Laurence ou la sagesse de l'amour fou (1989)

Donner sa parole est le plus grand des dons. Aussi faut-il se garder de la donner à la légère. Quand on la donne inconsidérément, on ne la tient pas. Une certaine camaraderie facile est la mort de l’amitié et de l’amour.

Laurence ou la sagesse de l'amour fou (1989)

Tu ne cessais de me citer la phrase de Pascal: Le premier effet de l’amour est d’inspirer un grand respect. Cette phrase a été notre phrase clé. Elle a fait notre destin.

Laurence ou la sagesse de l'amour fou (1989)

L’intelligence et le coeur, l’admiration et la pitié ne sont plus séparés, pas plus que ne sont séparés les amants, à la fois proches et différents.

Journal

L’amour, c’est quand la différence ne sépare plus.

Journal

Dire qu’hors de l’amour il n’y a rien, c’est frapper de dérision l’ambition individuelle et collective, qui mérite cette dérision, mais faut-il le dire ? Certaines vérités sont cruelles. Les proclamer, c’est risquer de désespérer.

Journal

Hors de l’amour, il n’y a rien.

Laurence de Saintonge (1975)

Et nous avons deviné votre formule : hors de l’amour, il n’y a rien. Cette formule est un défi. Elle viole le tabou suprême. Nous détruisons tous les autres tabous, pour renforcer celui-là.

Laurence de Saintonge (1975)

La nudité gêne, moins celui qui est vu que celui qui regarde.

L'Amour durable (1973)

La démocratie, ce n’est pas de pousser n’importe qui à contester n’importe quoi, c’est de mettre en mesure n’importe qui d’accéder au niveau supérieur.

La nature est un talisman (Journal I) (1966)

Le refus d’endoctriner est signe de force. Les esprits mous ne résistent pas au prurit de prouver, démontrer, convaincre, prêcher.

La nature est un talisman (Journal I) (1966)

Le houx pousse dans l’ombre, mais rien ne croît dans la sienne. Certains hommes sont ainsi. Dans l’ombre du chef, mais personne dans la leur. Ils se méfient.

La nature est un talisman (Journal I) (1966)

L’irrévérence pour les honneurs fait mal voir des arrivistes. Ils s’imaginent qu’on leur fait la leçon.

La nature est un talisman (Journal I) (1966)

L’à-peu-près et le court terme vont de pair. Seule la rigueur dure.

La nature est un talisman (Journal I) (1966)

Pour certains la mise à la retraite est plus cruelle que la mort d’un être cher.

Tu ne mourras pas (1977)