Acceuil / Citation

Citations de : Jacques Chardonne

Malgré le partage de la succession, Frédéric se considère toujours comme le maître, l’unique successeur de papa, qui a tous les pouvoirs.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Aucune entreprise ne prospère sans l’impulsion d’un homme qui a pour vocation de la conduire.

L'Amour du Prochain (1932)

C’est la société capitaliste qui a vicié les hommes en les condamnant à la poursuite de la richesse.

L'Amour du Prochain (1932)

Elle avait pris son ouvrage et comptait sur de grosses aiguilles les points de son tricot.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

On ne sait jamais qui on épouse: le mariage nous l’apprendra.

Propos comme çà

Le mariage est une religion: il promet le salut, mais il faut la grâce.

Poursuivre le bonheur, au lieu de le laisser venir, n’est-ce pas courir après le reflet d’un mot? En fait, les hommes seraient plus heureux si on leur parlait de bonheur!

La nature n’aime pas les mâles; ils sont destinés à s’entre-tuer.

Propos comme ça (1966)

Pas d’adjectifs, ils affaiblissent le style… L’adjectif, c’est comme les bijoux. Une femme élégante ne porte pas de bijoux.

Ce que je voulais vous dire aujourd'hui (1970)

Les maux réels affectent moins les hommes que l’idée qu’ils se font de leur condition.

L'Amour, c'est beaucoup plus que l'amour (1937)

Le monde est plein de braves gens qui ne voient partout que des gredins.

L'Amour, c'est beaucoup plus que l'amour (1937)

Le couple, c’est autrui à bout portant. Choisir c’est se livrer.

L'Amour, c'est beaucoup plus que l'amour (1937)

Le bonheur n’existe que gratuit. Il n’est pas ressenti par contraste, ni obtenu par la volonté ou la sagesse.

La science et le temps ont de l’imagination; les hommes sont des radoteurs.

Propos comme ça (1966)

La plupart des hommes n’aiment rien; ils n’existent que dans leurs créations; l’homme veut brûler; on ne supporte pas la vie de sang-froid.

Propos comme ça (1966)

La paresse est nécessaire. Il faut la mêler à sa vie pour prendre conscience de la vie.

L'Amour, c'est beaucoup plus que l'amour (1937)

L’originalité est souvent un bloc de préjugés.

Propos comme ça (1966)

L’amour, c’est beaucoup plus que l’amour.

L'Amour, c'est beaucoup plus que l'amour (1937)

Il n’y a de paradis que pour les anges.

Vivre trop vieux, c’est perdre jusqu’à ses souvenirs.

Claire (1931)

Une certaine idée de l’amour est une preuve de civilisation raffinée, comme la belle prose.

Tout est disposé en faveur du pessimiste. Mais le pessimiste s’est toujours trompé.

L'Amour, c'est beaucoup plus que l'amour (1937)

Sans morale, il n’y a plus de vin de Bordeaux, ni de style. La morale, c’est le goût de ce qui est pur et défie le temps.

L'Amour, c'est beaucoup plus que l'amour (1937)

Rien de précieux n’est transmissible. Une vie heureuse est un secret perdu.

Claire (1931)

Quelle responsabilité que d’écrire! Donner de l’espoir sans motif, décourager sans raison.

Oeuvres complètes

Pour agir il faut une forte dose de défauts. Un homme sans défauts n’est bon à rien.

Propos comme ça (1966)

On croit agir, et l’on est entraîné.

Nos souvenirs ce sont des tombes; là aussi sont nos secrets.

Les meilleurs divertissements sont les plus futiles.

Propos comme ça (1966)

Il faut avoir le courage d’abandonner ses enfants; leur sagesse n’est pas la nôtre.

L'Amour, c'est beaucoup plus que l'amour (1937)

Dans la vie acceptée, il y a quelque chose qui est plus que la vie.

Chacun est seul de sa race.

Propos comme ça (1966)

Ce sont mes amis qui m’ont fait aimer la vie. Ils me rendent meilleur à mesure que je les trouve meilleurs eux-mêmes.

Le véritable amour partagé ignore l’inquiétude ; il sait sa force.

Claire (1931)

Un homme, ce n’est pas assez pour une femme, ou bien c’est trop.

L'Amour, c'est beaucoup plus que l'amour (1937)

La jalousie est le vice de la possession. Posséder est interdit à l’homme. Faute de posséder la personne réelle, le jaloux s’épuise à créer une présence fictive, vivifiée sans cesse par l’idée de perdre.

L'Amour, c'est beaucoup plus que l'amour (1937)

Je crains que, faute d’éducation, les jeunes filles d’aujourd’hui ne sachent pas aimer. L’amour exige certaines préparations, une retenue, des réserves, une rêverie préalable, comme une religion qui a été tôt déposée dans le coeur.

L'Amour, c'est beaucoup plus que l'amour (1937)

La famille n’est pas la cellule sociale. On peut concevoir une société absolument différente de la nôtre. Mais toujours la famille se reformera. C’est l’amour qui l’impose parce qu’il veut durer.

L'Amour, c'est beaucoup plus que l'amour (1937)

L’amitié ne supporte qu’une vision épurée, qui est la vraie.

Claire (1931)

J’ai toujours admiré les femmes. Elles ont sur l’existence des informations qui nous échappent. Elles savent interpréter les nuances et elles se constituent une vaste science humaine avec peu d’éléments.

Claire (1931)

L’homme conserve dans l’amour ses traits particuliers. Une femme est toujours transformée par l’amour. Les femmes qui aiment sont toutes pareilles.

Claire (1931)

Pour agir, il faut une forte dose de défauts. Un homme sans défauts n’est bon à rien. Nos goûts, nos jugements viennent du tempérament; donc du germe. Nos idées sont les produits du sang. La sérénité, c’est l’indifférence.

Propos comme ça (1966)

Un métier vous détourne de bien des vanités.

Eva ou le journal interrompu (1930)

Il semble que rien ne soit plus déterminé que notre caractère et plus difficile à modifier qu’un penchant ou un trait de notre nature.

Eva ou le journal interrompu (1930)

Il y a un secret pour vivre heureux avec la personne qu’on aime: il ne faut pas vouloir la modifier. Pour corriger un travers qui nous agace, on a bientôt renversé son bonheur.

Eva ou le journal interrompu (1930)

L’amour nous perd toujours. Malheureux, il dévaste; satisfait, il nous dépossède davantage.

Le Chant du Bienheureux (1927)

On n’oublie jamais une femme qui a été votre femme.

Chimériques (1948)

Vu au microscope, l’amour est un pullulement d’erreurs, de faux pas, de désaccords.

Romanesques (1937)

C’est vrai, on n’aime qu’une fois. Il y a un sentiment qui épuise à jamais, qui brûle tout. On en sort avec l’épouvante de l’amour.

Romanesques (1937)

Le corps d’une femme est un secret bien gardé et une longue histoire.

Eva ou le journal interrompu (1930)

L’amour, au contraire, apporte une vive conscience de son objet; il veut la présence entière. Cela n’est pas supportable longtemps.

Romanesques (1937)

Un romancier ne peut décrire la vie sans l’interpréter; on lui demande un tableau signé.

L'Amour du Prochain (1932)

La littérature, c’est une religion: elle a peu de fidèles; elle n’a que des prêtres.

Propos comme ça (1966)

L’amour c’est beaucoup plus que l’amour. Il y entre toujours autre chose, l’esprit après les sens, l’âge, la douleur.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936), Pauline

L’art n’est qu’un inventaire, mais choisi et transcrit avec dévotion. Il n’y a point de créateurs chez les artistes, il n’y a que des fidèles.

Le Bonheur de Barbezieux (1938)

Comme l’enfant, l’écrivain grandit par bonds; il est à la merci de souffles mystérieux. Rien ne décèle ce qu’il sera demain, rien ne lui annonce ce qu’il va écrire, ni l’ascension prochaine, ni l’échec; du moins quand il a du génie, comme l’enfant.

Le Bonheur de Barbezieux (1938)

Il arrive que le malheur bouleverse un être, ouvre en lui des portes secrètes, l’illumine. Mais le bonheur nous touche doucement, et nous le recevons tels que nous sommes, avec notre passé et notre caractère. Il n’y a de paradis que pour les anges.

Claire (1931)

Je me méfie des remèdes prompts. Les voies de la vie sont lentes, rudes et injustes. L’action de l’homme est humble, presque sans espoir. J’admire cette humilité de l’action, la seule qui soit vraie.

L'Amour, c'est beaucoup plus que l'amour (1937)

Nous avons peu de goûts réels. Parfois, nous croyons aimer ce que nous détestons et nous souffrons de ce qui nous est bon; la sensibilité inconsciente complique beaucoup les sentiments. Il y a d’étranges méprises dans le bonheur comme dans le malheur.

L'Amour, c'est beaucoup plus que l'amour (1937)

Lorsqu’un homme atteint un certain niveau social, c’est-à-dire certain affinement intellectuel, il ne pâtit plus des accidents de la fortune. Il appartient, à jamais, à cette classe privilégiée où les signes extérieurs de la réussite ne comptent guère.

L'Amour, c'est beaucoup plus que l'amour (1937)

La morale, c’est le goût de ce qui est pur et défie le temps: c’est le mépris du relâchement.

L'Amour, c'est beaucoup plus que l'amour (1937)

Je crois qu’on trouverait dans certaines conditions d’existence, dans certains rapports avec la famille surtout, la raison d’être de beaucoup d’oeuvres et aussi la cause qui en a détruit dans le germe un bon nombre.

Eva ou le journal interrompu (1930)

La sérénité, c’est l’indifférence. Tout le reste est vulgaire.

Propos comme ça (1966)

Le mariage est une religion; il promet le salut, mais il faut la grâce.

Le ciel dans la fenêtre (1959)

Au fond de toute originalité, il y a un défaut.

L'Amour, c'est beaucoup plus que l'amour (1937)

L’empire du fait qui avait porté si haut notre civilisation est à peu près ruiné par un mauvais usage de la raison.

L'Amour, c'est beaucoup plus que l'amour (1937)

On n’est jamais exactement heureux ou triste, et quand on poursuit «le bonheur» on court après le reflet d’un mot.

L'Amour, c'est beaucoup plus que l'amour (1937)

Il ne faut pas du tout juger l’homme sur ses écrits désespérés. En fait, la vie est assez plate et nous sommes tous à peu près heureux, sauf quelques malades.

Eva ou le journal interrompu (1930)

Je songe à ce style modeste et strict, qui seul conserve à travers les âges une pensée vive.

Eva ou le journal interrompu (1930)

Dans les pays où l’industrie est très développée, les hommes sont actifs, inventifs, ardents au travail et assoiffés de gain.

L'Amour du Prochain (1932)

Une société très dure qui imposerait ses cadres, ses faveurs et sa hierarchie, sans ménagement, sans admettre une critique, serait inattaquable.

L'Amour du Prochain (1932)

L’univers de la vie intime est illimité. Nous ignorons où le coeur nous mène et la portée d’une émotion.

L'Amour du Prochain (1932)

La véritable conduite de la vie est dans la pensée, qui transforme toute chose.

L'Amour du Prochain (1932)

Tournant autour d’une futaille dressée sur le sol et couronnée de flammes, tandis que le feu de copeaux chauffe les douves assemblées, les tonneliers frappent en cadence sur les cercles de fer.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Il n’ y a pas d’amour qui ne soit à base de sensualité. Oui, je sais: l’admiration, la tendresse, l’harmonie des urnes, on fabrique de l’amour avec cela. Mais c’est l’amour des coeurs desséchés.

L'Epithalame (1921)

L’amitié vraie est très rare, comme l’amour. C’est une chance, si elle nous accompagne toute la vie. Il suffit de savoir qu’elle existe et que l’homme en est capable.

L'Amour du Prochain (1932)

L’homme vit dans la mesure où l’esprit est délié, capable de rapports assez délicats, dans l’amitié, dans l’amour, dans les échanges, et, donc, dans la conversation.

Ce que je voulais vous dire aujourd'hui (1970)

On n’a d’ouverture sur un être que si on en est aimé. La femme qu’on aime et qui ne vous aime pas, demeure incompréhensible.

Eva ou le journal interrompu (1930)

Un regard un peu tendre intéresse tout de suite. On croit s’aimer dès que les mains se touchent. Nous sommes tous faciles à prendre.

L'Epithalame (1921)

Les employés d’une maison de commerce sont attachéspar le coeur à la maison, et fort peu à leurs compagnons de travail; ils ont le sentiment de dépendre d’un organisme complexe, qui a son existence propre.

L'Amour du Prochain (1932)

Deux lits séparés et voisins ont des inconvénients. Cette ruelle qu’on franchit donne au geste un relief, un air de préméditation qui peut froisser une femme.

Eva ou le journal interrompu (1930)

L’optimisme est ridicule; le pessimisme, non-sens.

Propos comme ça (1966)

Je ne vois pas une différence de génération entre un père et un jeune fils, mais la distance de deux mondes incommunicables: la jeunesse et la maturité.

L'Amour du Prochain (1932)

Les filous connaissent bien les règles et en profitent. L’honnête homme est souvent négligent, et distrait …

Eva ou le journal interrompu (1930)

Tu as bien expliqué qu’elle conserverait la propriété des titres, qu’elle toucherait les dividendes.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

La mer était calme, mais on sentait la discrète expansion du flot qui déjà recouvrait les palissades noires des viviers.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Ce qui a frappé Bavouzet, c’est la précision de leurs exigences. Ils veulent une belle qualité. Il y a encore des connaisseurs.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

La constance, c’est ma première exigence en amour: savoir se satisfaire d’une réalité. Tu le vois, mon exigence t’est favorable.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Le sceptique n’inquiétera pas le croyant avec des exégèses. Les textes n’ont aucune importance. Le fait merveilleux et indubitable, c’est qu’il existe des croyants.

L'Amour du Prochain (1932)

Le malheur ne veut pas de résignation; il est toujours imprévu, exaltant, extraordinaire, et demande une belle âme.

L'Amour du Prochain (1932)

Il semblait obéir à une volonté étrangère, se conformer à un devoir pénible.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Mais les hommes entreprenants sont un peu étourdis. L’action exige de la jeunesse, de l’espoir, de l’aveuglement.

L'Amour du Prochain (1932)

Dans un village, parmi les plus humbles habitants, on voit les coteries, les fiertés, les préjugés des gens du monde.

L'Amour du Prochain (1932)

Les huîtres naissent de la mer. Elles demeurent quelques années dans les parcs sur le rivage, puis elles font un séjour dans les claires où elles prennent leur teinte verte et je crois plus de saveur.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Je me suis rapproché du Rhin, que je ne traverserai plus jamais. Au-delà se passent des choses qui me soulèvent le coeur.

Lettre à Jean Paulhan, 22 août 1948.

De loin en loin, des fours clos, bruns et ronds comme de vieilles tours, laissent percer par de petites lucarnes fulgurantes leur embrasement intérieur.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Si certains jeux me sont maintenant défendus, je ne me sens pas frustré. Il faut croire que d’autres choses me sont données à la place et que je préfère.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Il fallait suivre René qui se dirigeait avec sûreté entre les pins et les arbrisseaux, écartant les branches pour lui frayer passage.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Pendant qu’on chargeait les sacs et les bagages sur deux fourragères, le détachement forma les faisceaux.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Pauline prit une fourchette à long manche pour rôtir les tartines devant les braises du poêle.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Dans le jardin, un étroit gazon et ses petits monticules de buis entourait la terre des massifs dégarnis entre deux floraisons printanières.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Un dictateur est asservi également à l’opinion publique, qu’il flatte et qui le mène.

L'Amour du Prochain (1932)

L’homme et la femme sont identiques, mais longtemps encore des écrivains les décriront comme essentiellement différents.

L'Amour du Prochain (1932)

L’homme n’a pas une grande capacité de jouissance: il est content de peu et goûte mieux son plaisir quand il est rare. C’est dans la pauvreté que je suis devenu épicurien.

Eva ou le journal interrompu (1930)

Pendant les périodes de prospérité, les grandes entreprises écrasent les petites. C’est l’inverse dans la crise.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Il n’entendait pas changer l’ordre social. Il voulait que chacun s’améliorât par la pensée.

L'Amour du Prochain (1932)

Je vous disais: sa bonne conscience m’enrage. Le mot n’est pas exact. Ce qui m’horripile est plutôt son idée des liens indestructibles du mariage.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Elle voyait des yeux troublés, des enlacements lâches secrètement resserrés, des galopades amusantes.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

La finance encourage les entreprises privées, mais les surveille; elle précipite la ruine des faibles ou s’empare de l’exploitation.

L'Amour du Prochain (1932)

Les jambes emmêlées, les hanches et les poitrines jointes, ils avançaient avec des oscillations cadencées et des visages impassibles.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

La véritable élite de la France est diffuse dans son peuple.

L'Amour du Prochain (1932)

Aux étalages débordait une efflorescence de mousselines et de dentelles, des touffes de plumes, des fleurs de soie. Un peu grisée, Pauline s’arrêtait aux vitrines.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Une mouche venait bourdonner autour de lui, se poser sur sa joue, sur son cou; il la chassait, essayait de l’écraser comme si elle eût été le malheur lui-même.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Elle suivit les cours d’une école de dactylographie. Devant les pupitres d’école, des filles de tout âge chuchotaient tandis qu’une femme assise à une table lisait à voix haute …

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Regardez cette tasse, cette blancheur éclatante et chaude, cette délicate matière diaphane.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Un domestique en jaquette noire, gros et grisonnant, majestueux, impersonnel, ouvrit les battants de la porte du salon. C’était Arnaud qui depuis trente ans, à la même heure, disait d’une voix lente, sans accent: «Madame est servie» …

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Elle règne dans la maison, compétente et divinatrice.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Il apprit à jouer au croquet; il disparaissait avec les jeunes filles, quand une visite arrivait.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Il écoute le bruit des courroies et des cylindres broyeurs qui triturent la pâte humide.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Le cheval accusa ce poids nouveau par un effort des jarrets, et, la croupe abaissée, partit au trot.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Sur la coiffeuse, l’écaille blonde des brosses chifrées d’or, le cristal des flacons à bouchons de vermeil, jetaient un éclat discret.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Une voix répondit: «Je l’ai vu courir comme un fou. Il a crié qu’il allait manquer son train».

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Dans la simple politesse je suis gêné. Je ne suis capable que d’enthousiasme.

Oeuvres complètes

Je crois qu’il faut poser le pied assez légèrement sur terre.

Oeuvres complètes

Il faut être gentil avec la Chine. C’est très dangereux de faire peur à ceux que l’on craint.

Propos comme ça (1966)

Les jeunes filles de Barbezieux étaient amoureuses du mariage. Elles aimaient tant le mariage que tout de suite elles croyaient aimer leur mari, et beaucoup ont conservé cette idée durant leur vie.

Le Bonheur de Barbezieux (1938)

A quatre-vingt-deux ans, les yeux en feu dans une barbe qui lui masquait le visage, Tolstoï a voulu fuir sa femme. Il est mort tout de suite. Les liens entre les êtres ne sont pas à notre disposition.

Propos comme ça (1966)

On ne fait rien d’utile pour le prochain, sauf des livres.

Sauf la souffrance physique, tout est imaginaire.

Propos comme ça (1966)

Il faut beaucoup d’années pour apprendre certains mots d’amour.

Un homme sans défauts n’est bon à rien.

Propos comme ça (1966)

Qu’est-ce qu’un mari? Il n’est même pas de votre famille, disait, je crois, Germaine Lubin.

La timidité de Pauline disparaissait dès le premier contact avec les gens auxquels son attitude si naturelle communiquait la même simplicité.

Les Destinées Sentimentales (1934-1936)

Le passé n’est jamais tout à fait révolu quand il a duré ; c’est le présent qui parfois se dissipe sous nos yeux, faute de prises.

Le Bonheur de Barbezieux (1938)

Regardons d’un oeil ingénu ce qui est neuf. La vie n’est pas faite pour le souvenir.

Le ciel dans la fenêtre (1959)

On écrit suivant l’inspiration. Tout vient sous la plume par accident.

Eva ou le journal interrompu (1930)

Dans l’amour parfait, et il existe, on n’ignore pas les défauts de l’être aimé ; mais on les voit sans ressentiment.

L'Amour du Prochain (1932)

J’appellerai libéral celui qui respecte la vie.

L'Amour du Prochain (1932)

On abîme la vie en acceptant n’importe quoi à la place du meilleur.

Claire (1931)

Seule la perfection est grande. J’ai de la défiance pour le grandiose qui n’est jamais tout à fait réussi.

Claire (1931)

Le but dans la vie est le plaisir. C’est un idéal inaccessible mais quand on le peut, il faut s’en souvenir.

Claire (1931)

La liberté, c’est le droit au soupir.

Demi-jour - suite et fin du Ciel dans la fenêtre (1964)

La liberté, c’est le droit au soupir. La liberté de l’esprit, voilà le principal ; si elle manque, tant pis. On a toujours bonne conscience. Chacun s’embrouille dans sa bonne conscience.

Demi-jour - suite et fin du Ciel dans la fenêtre (1964)

Pour agir, il faut une forte dose de défauts. Un homme sans défauts n’est bon à rien.

Propos comme ça (1966)

Nos souvenirs ce sont des tombes là aussi sont nos secrets.

Propos comme ça (1966)

On ne devrait jamais se plaindre il y a toujours pire.

Propos comme ça (1966)

Le monde échappe à un cerveau raisonnable il ne permet que des religions.

Le ciel dans la fenêtre (1959)

On n’a que dédain pour l’opinion des autres pourtant, s’ils sont de votre avis, cela rassure.

Propos comme ça (1966)

On n’est jamais exactement heureux ou triste, et quand on poursuit le bonheur on court après le reflet d’un mot.

L'Amour, c'est beaucoup plus que l'amour (1937)

Les hommes ont inventé des choses qu’ils disent sérieuses. Le principal c’est le divertissement. Ce qui est sérieux n’est pas à notre portée.

Propos comme ça (1966)

La solitude chez soi, c’est le drame de la vie, pour beaucoup ; pourtant les êtres les plus heureux que j’ai vus, c’était des solitaires.

Femmes - contes choisis et quelques images (1961)

Quand on a perdu la manie d’écrire, on n’écrit plus du tout. On rêve sur une idée. Ce n’est pas une idée qui inspire un roman, c’est une émotion légère, pareille au désir.

Romanesques (1937)

La persécution juive à travers les âges, c’est pour moi la honte de l’humanité. Bien plus, ce cancer, et cela seulement, me donne la honte d’être un homme. Le pire, peut-être, dans ce crime permanent, c’est la stupidité.

Lettre, à Paul Morand, 19 novembre 1959

C’est la solitude qui pouvait encore m’intéresser. Elle m’intrigue comme ces temples orientaux interdits aux profanes. La solitude, je pense, est propice aux révélations de l’esprit.

L'Amour, c'est beaucoup plus que l'amour (1937)

Ce qui conserve l’amour, c’est un peu de résistance de part et d’autre, un léger désaccord essentiel.

Attachements (1941)

Quand une femme vous parle d’amour, il faut se méfier. Il s’agit presque toujours d’autre chose. De quoi ? Personne n’en sait rien.

Ce que je voulais vous dire aujourd'hui (1970)

C’est ramer contre le courant qui vous tient à la même place.

Eva ou le journal interrompu (1930)

Les honneurs, le succès, les grades sont à peu près répartis au hasard. Rien ne distingue le vrai mérite. Même l’estime des meilleurs suit la mode. La foule aime tout.

Eva ou le journal interrompu (1930)

Il y a des gens que j’ai envie de connaître tout de suite. Je devine qu’ils me plairont. Quand on a quelque distinction dans l’esprit, cela saute aux yeux.

Eva ou le journal interrompu (1930)

Pour être heureux par amour il faut une certaine sagesse ; il faut aussi une certaine sagesse pour se passer de l’amour. C’est la même.

L'Amour du Prochain (1932)

Si une femme plait, elle n’est pas libre. Les femmes qui méritent d’être aimées sont inaccessibles.

L'Amour du Prochain (1932)

En vérité, ce qui fait le prix de la vie, on ne saurait pas le dire. C’est là sa grandeur.

L'Amour du Prochain (1932)

L’amour pour durer a besoin de s’instruire sans cesse.

L'Amour du Prochain (1932)

Le plus souvent, la jalousie est une mauvaise habitude.

Claire (1931)