Acceuil / Citation

Citations de : Jacques Bainville

Que cette noblesse française était étrange! Tantôt fidèle, dévouée, prête à verser son sang, décimée à Crécy, décimée à Poitiers, décimée à Azincourt; tantôt insoumise et dressée contre l’Etat.

Histoire de France (1924)

Le Sénat lui-même abdiqua sa puissance devant le conquérant des Gaules. Encore une fois l’aristocratie républicaine était vaincue par la dictature. Le césarisme était né.

Les Dictateurs (1935)

Ainsi la monarchie de Juillet était discréditée, ébranlée par ceux qui l’avaient faite, par ces élus censitaires qui sciaient la branche sur laquelle ils étaient assis.

Histoire de France (1924)

Presque toujours les gens ont trouvé que les choses allaient mal. Sous Louis XII, c’est un concert de bénédictions.

Histoire de France (1924)

Les Capétiens n’allaient pas, d’un coup de baguette magique, guérir les effets de l’anarchie.

Histoire de France (1924)

Depuis longtemps déjà l’Empire romain agonisait.

Histoire de France (1924)

L’acquiescement des masses rurales et de la bourgeoisie à ce régime dictatorial était spontané.

Histoire de France (1924)

Ayant dit un nombre prodigieux de sottises, la Révolution en a fait encore dire plus!

Ce qui est curieux, ce n’est pas tant qu’on ait tout dit, mais qu’on ait tout dit en vain, de sorte que tout est toujours à redire.

Il y a une autre liberté que la liberté politique, c’est celle qui se gagne par rapport aux idées reçues.

La fusion des races a commencé dès les âges préhistoriques. Le peuple français est un composé. C’est mieux qu’une race. C’est une nation.

Histoire de France (1924)

Jérôme Bonaparte est l’animal de luxe de la famille. Si Charles Bonaparte et Laetitia nous eussent fait cinq Napoléon, c’eût été terrible !

Lectures (1937), De l'hérédité

Jamais peut-être dans l’histoire on n’aura vu un peuple en démocratie fournir autant de résistance que le nôtre aux principes de dissolution que ses institutions lui apportaient.

Histoire de deux peuples continuée jusqu'à Hitler (1933)

L’honneur de la nation française, à travers ses distractions et ses faiblesses, est d’avoir toujours gardé irréductibles l’idée de son indépendance et le sentiment de ses devoirs.

Histoire de deux peuples continuée jusqu'à Hitler (1933)

Les rénovations ne viennent que plus tard, si elles doivent venir, par l’effet des générations qui se sont lentement remplacées. Dans le bon ou dans le pire, tout ce qui s’épanouit aujourd’hui était en germe avant 1914.

Une Saison chez Thespis (1929)

L’injure du temps est moins redoutable que la brutalité, la maladresse et la négligence des hommes.

La Tasse de Saxe (1926)

Quand l’Etat sera nu et dépouillé, quand tout le monde sera pauvre, nous le verrons bien et nous ne ferons de reproche à personne, puisque tel est notre bon plaisir. C’est ce qu’on appelle le gouvernement du peuple par le peuple, ou démocratie.

Le Sultan et sa nourrice (1926)

Les peuples sont comme les enfants. Il faut leur résister pour leur bien.

Le Sultan et sa nourrice (1926)

Ces guerres de province à province et de clocher à clocher étaient une des désolations de l’anarchie féodale.

Histoire de France (1924)

En intervenant, presque à la dernière heure, avec des forces toutes fraîches, les Etats-Unis contribuaient à la chute de l’Allemagne. Ils la démoralisaient surtout en lui retirant l’espoir de vaincre.

Histoire de France (1924)

En politique ce qui est inutile est souvent nuisible.

La tâche de l’historien consiste essentiellement à abréger. S’il n’abrégeait pas, – et la remarque n’est pas nouvelle, – il faudrait autant de temps pour raconter l’histoire qu’elle en a mis à se faire.

Histoire de France (1924)

Ce qui contribue à donner à l’histoire les plus fausses couleurs, ce sont les mémoires.

L’homme, à toutes les époques et dans tous les siècles, se ressemble, il a les mêmes passions, il raisonne et il se comporte de la même manière dans les mêmes cas. C’est le point capital. Hors de là, il n’y a qu’erreur et fantaisie.

Réflexions sur la politique (1941)

Sauf pour la gloire, sauf pour l’art, il eût probablement mieux valu qu’il n’eût pas existé.

Napoléon

Il me semble que Napoléon serait content de tous les livres dont il fait le sujet. C’était un auteur. Au silence, il préfère toujours l’éreintement.

Napoléon

Les générations sont solidaires à travers le temps et à travers les sottises.

Les vieux se répètent et les jeunes n’ont rien à dire. L’ennui est réciproque.

Lectures

Le pouvoir d’oublier, très fort chez les individus, l’est encore plus dans les sociétés humaines.

Lectures

L’optimisme est la foi des Révolutions.

Lectures