Acceuil / Citation

Citations de : Ivan Alekseïevitch Bounine

Le couronnement de toute vie humaine est le souvenir qu’on conservera d’elle, et la consolation suprême qu’on promet à l’homme par-delà la mort, c’est la «mémoire éternelle».

La jalousie, c’est un manque d’estime pour la personne qu’on aime.

Le Sacrement de l'amour, II

En art, il n’est pas qu’une seule façon d’être grand.

Des millions d’hommes participent aux guerres actuelles; bientôt l’Europe entière ne sera peuplée que d’assassins.

Un crime

Oui, ce qui est terrible, c’est que nous ayons désappris de sentir la crainte ! De Dieu, de religion, en Europe, il n’y en a plus depuis longtemps.

Le Monsieur de San Francisco (1915), Frères

Tout pasteur sait que le mot «tuer» est employé plus de mille fois dans la Bible et que dans la plupart des cas les meurtriers se vantent de leur acte et en rendent gloire à Dieu.

La nuit, Un crime

La gloire russe est une chose très particulière, très subtile, à tel point étrange et subtile qu’il faudrait écrire là-dessus toute une étude. A mon avis, c’est même là que se trouve une des clefs de l’histoire russe.

La nuit, La gloire

On ne trouverait point, dans le monde entier, plus gueux que nous mais perseonne, non plus, plus impudent en gueuserie.

Le Village (1910)

Réfléchis un peu : y a-t-il quelque part un peuple plus féroce que le nôtre ?

Le Village (1910)

Le mot «tuer» est employé plus de mille fois dans la Bible, et dans la plupart des cas les meurtriers se vantent de leur acte et en rendent gloire à Dieu.

La Nuit (1925)

Tout pasteur sait que le mot «tuer» est employé plus de mille fois dans la Bible et que, dans la plupart des cas, les meurtriers se vantent de leur acte et en rendent gloire à Dieu.

La Nuit

Si j’étais né sur une île déserte et si j’y avais passé ma vie, je n’aurais même pas soupçonné l’existence de la mort.

Les hommes mentent quand ils assurent qu’ils ont horreur du sang.

Un crime

Les choses et les êtres que nous aimons sont pour nous une souffrance, ne serait-ce que par la crainte perpétuelle de les perdre.