Acceuil / Citation

Citations de : Hervé Bazin

La plupart des pères aiment se répéter chez leurs enfants, préparer leur avenir avec du passé.

Au nom du fils (1959)

L’amour, ça tient du baromètre, ça peut descendre ou remonter.

Le Démon de minuit (1988)

Ce n’est pas le nombre des vivants, c’est leur autorité qui meuble une maison.

Vipère au poing (1948)

La haine, beaucoup plus encore que l’amour, ça occupe.

Vipère au poing (1948)

Rien n’use mieux les vieilles patiences que les jeunes passions.

Qui j'ose aimer (1955)

L’avenir est la grande cause des petites gens.

La mort du petit cheval (1950)

J’estime exorbitant le droit des parents à la transmission de ces vérités qui, de l’autre côté du mur, pour le foyer voisin, sont d’horribles erreurs.

Au nom du fils (1959)

Les bontés qui ne sont plus que de la bonté sont un triste accident du désir.

La mort du petit cheval (1950)

La haine est un levier plus puissant que l’amour.

Vipère au poing (1948)

Rien ne m’empêchera de penser que l’amnistie est l’expédient des gouvernements faibles.

Vipère au poing (1948)

Fred a sauté; il a, sous le banc où s’allongent les gaffes, saisi l’écope et pesant sur un bord, retrouvant le tour de bras, la cadence, il expédie de longues giclées sales.

Le Cri de la chouette (1971)

Ces mâches à petites rosettes qu’on appelle aussi doucettes.

L'Eglise verte (1981)

S’il n’est pas sûr, malgré le dicton, que l’esprit vienne aux filles avec l’amour, il semble s’aiguiser dans le désamour.

Madame Ex (1974)

Ce n’est pas demain la veille du jour où j’admettrai que les devoirs d’un père passent après ceux du citoyen.

Le Cri de la chouette (1971)

Elle va nous traîner de pièce en pièce, abattant sa main croche un peu sur n’importe quoi, sans cesser de fulminer contre l’ingratitude, la filouterie du genre humain.

Le Cri de la chouette (1971)

Il est significatif que le statut de la femme demeure à peu près inchangé là où les religions sont encore très puissantes. Partout ailleurs, il est remis en question.

Ce que je crois (1977)

Quand la loi redevient celle de la jungle, c’est un honneur que d’être déclaré hors la loi.

Un feu dévore un autre feu (1980)

La discipline est un corset plus sûr que la bonne volonté.

La Tête contre les murs (1949)

Et ce dont tu rêves, pauvre idiote! c’est d’aller faire ta chouchoute là-bas, de profiter du fric des gogos dont ton père ravale le portrait.

Madame Ex (1974)

Je l’ai vue faire cuire une escalope dans une casserolée d’eau, à gros bouillons.

Le Cri de la chouette (1971)

Les murs sont avant tout tes murs. Ils peuvent reculer devant tes pas, mais ta liberté même reste une enceinte si tu ne sors pas de toi-même, lui souffle la bouche rouillée des serrures de sa chambre de détention.

La Tête contre les murs (1949)

Pleine de décision et régentant allègrement la fratrie quand elle a l’occasion de prendre le relais.

Le Cri de la chouette (1971)

J’avais tout bêtement du chagrin et mon orgueil s’en emparait, puisque l’orgueil s’empare chez moi de la moindre contrariété pour en faire flèche.

La mort du petit cheval (1950)

Mon suaire n’est pas encore filé, disait-elle. Et la réception eut lieu.

Vipère au poing (1948)

Par instants l’exhalation n’arrive pas à passer la barrière, s’arrête, repart dans un hoquet.

Le Cri de la chouette (1971)

Les éthyliques, une fois désintoxiqués, deviennent des moutons.

La Tête contre les murs (1949)

La première absence, qui esseule si bien les jeunes mariés.

Qui j'ose aimer (1955)

Au bout de cinq jours la gamine lui a chipé un billet et s’est ensauvée.

Le Cri de la chouette (1971)

Nous fûmes gratifiés de deux messes quotidiennes, la sienne faisant double emploi avec celle de l’oblat.

Vipère au poing (1948)

La plupart des rideaux bougent aux fenêtres. Quelques vieilles sont carrément embossées derrière ces portillons bipartis, dont le haut ne se ferme que le soir.

Le Cri de la chouette (1971)

Folcoche, dont la voix se promène maintenant dans les plus hautes notes de la gamme et va, si ça continue, dépasser l’audible.

Vipère au poing (1948)

Il lui faut bien se relever, repartir dans le même arroi jusqu’au cimetière …

Le Cri de la chouette (1971)

L’arrière-printemps lâchait sur les pâtis les premières chaleurs.

Qui j'ose aimer (1955)

Ces dilettantes de l’anticonformisme, qui aiment leurs pantoufles et le mystère des âmes damnées.

La mort du petit cheval (1950)

Que dire encore de mes félicités? Qu’elles ne s’amignardent pas.

Au nom du fils (1959)

Sa peau de grand patron aux airs dégagés en qui s’américanise le sérieux bourgeois.

Le Cri de la chouette (1971)

Une vie sans avenir est souvent une vie sans souvenir.

Le Bureau des mariages (1972)

Une fille mère n’enfante pas de fille à papa!

Tu es trop désoeuvrée, trop confinée; tu as besoin de t’aérer un peu.

Qui j'ose aimer (1955)

Quand l’ampoule succède à la lampe à l’huile, le tracteur au boeuf, il s’agit d’un nouveau nécessaire, qui surclasse l’ancien, hors d’époque. Mais le vison, le diamant, le caviar seront toujours superflus.

Les Bienheureux de la désolation (1970)

Je ne dis rien de la baraque … J’en ai vu des centaines, du même genre, quand ton père était juge à la Guadeloupe. C’est un carbet, sans les margouillats.

Le Cri de la chouette (1971)

On m’accorde le droit de canne et de canotage, en échange des roseaux qui, j’ai bien compris, attireront l’acheteur-sud s’il aime manier les canardières.

Le Cri de la chouette (1971)

Jeannet, dans son dernier mois de service, s’était fait arracher ses brisques et mettre au gnouf après une altercation avec son capitaine.

Le Cri de la chouette (1971)

Il est donc très facile de liquider la Vergeraie et la Bretonnière, excellentes métairies qui sont au surplus en fin de bail. Il l’est moins de brader la Belle Angerie, occupée, mal en point et défendue par les cris de la famille.

Le Cri de la chouette (1971)

Absolument dépaysé, je passai au bleu la prière du matin – dans une cure, Seigneur!

Vipère au poing (1948)

Le fichu caractère de ma femme avait des causes physiologiques. Son opération l’a transformée.Evidemment, elle sera toujours un peu châtaigne sous bogue, mais elle devient vivable.

Vipère au poing (1948)

Quelques vieilles sont carrément embossées derrière ces portillons bipartis, dont le haut ne se ferme que le soir et qui laissent dépasser leurs têtes comme celles des chevaux dans un box.

Le Cri de la chouette (1971)

Le beau monstre préférait ce bésiclard studieux, froid et calculateur.

La mort du petit cheval (1950)

Veuve de pied en cap et le regard même en berne, empaquetée dans ses voiles, s’avance une vieille Andromaque.

La mort du petit cheval (1950)

Louis répète: Tu as de bons nerfs. Chapeau! Ou encore: Sacrée belle-doche! Si tu as voulu m’épater, tu m’épates!

Madame Ex (1974)

Né en – (ici la date) – Néant – (ici la date).

Epitaphe

Entre le soutien-gorge et la culotte, s’étend cette brève zone de chair nue, boursouflée par les élastiques: étonnante erreur de la mode qui scie en deux le tronc féminin!

La mort du petit cheval (1950)

Vous savez, sur ce chapître des influences qu’a pu subir un écrivain, on ne dit généralement que des sottises. Lui-même n’est guère fixé.

Interview.

J’écris en me servant de mes observations, de mes souvenirs; quant à la philosophie, j’en use seulement à dose homéopathique. C’est d’ailleurs la dose la plus efficace.

Interview d'André Bourin dans les Nouvelles Littéraires du 21 février 1957.

Tout pouvoir qui cultive l’hypocrisie de sa perfection ne tombe pas seulement dans le ridicule et dans les excès de la dévotion à lui-même; il détruit l’espoir de la nature humaine en la continuité du progrès.

Ce que je crois (1977)

… il faut ajouter, pour les parents qui en lâchent trop à leurs enfants: Respectez-vous en les respectant.

Ce que je crois (1977)

Familles, je vous hais! disait Gide (qui pourtant en fit une). Disons plus simplement, à deux lettres près: Familles, je vous ai.

Ce que je crois (1977)

Mais les parents d’aujourd’hui ne se situent plus comme jadis, selon leur tempérament, entre la méfiance et la confiance; ils se situent entre la confiance et la démission.

Ce que je crois (1977)

Mais plutôt que d’enseignement (s’il est mal conçu, au moins il existe), c’est d’éducation que manque aujourd’hui la jeunesse.

Ce que je crois (1977)

… seul celui qui n’a rien à perdre et tout à gagner met en oeuvre toute la voracité de l’intelligence.

Ce que je crois (1977)

Faites riches, vous paraîtrez innocents.

Un feu dévore un autre feu (1980)

C’est la parole qui est d’or; le silence est de plomb.

Ce que je crois (1977)

Les parents, il ne suffit pas qu’ils aient ce titre, il faut qu’ils soient agréés, légitimés par leurs enfants.

Ce que je crois (1977)

L’orgueil que nous inspirent les enfants ne vient jamais du coeur, et se paie souvent cher.

Ce que je crois (1977)

Mariage de jadis… l’amour venait sur l’oreiller.

Ce que je crois (1977)

Ca ne s’apprend jamais trop tôt, la liberté.

Ce que je crois (1977)

Sur le chapitre des filles, un homme même insigne peut être insignifiant.

Un feu dévore un autre feu (1980)

Trois milliards d’années depuis l’apparition de la vie. Mais seulement trois millions d’années depuis la nôtre. A peine six mille ans d’Histoire. C’est l’anthropoïde, en nous, qui s’achève. L’homme commence.

Ce que je crois (1977)

Le refus, c’est un don.

Ce que je crois (1977)

On n’est jamais heureux qu’au petit bonheur.

Mon abécédaire, dans Le Monde du 9 juillet 1982.

Un rien de cigale sur un fond de fourmi.

Le Matrimoine (1967)

Le meilleur préservatif, Madame, c’est la laideur.

… vous ne pouvez rien contre les lois de la grammaire qui forment si souvent le féminin à partir du masculin par adjonction d’un e muet (un e muet qui s’est mis à crier).

Ce que je crois (1977)

Nous ne dépendons pas de toujours mais d’encore.

Ce que je crois (1977)

Nul n’est fait pour quiconque et c’est heureux, car nous sommes quatre milliards: la recherche d’un prédestiné ressemblerait à celle d’une aiguille dans un tas de foin. Un couple est toujours improbable; il est toujours possible.

Ce que je crois (1977)

C’est une chose étonnante de constater avec quel acharnement nous refusons la fatalité du provisoire.

Ce que je crois (1977)

Le paradis ou l’enfer, ce n’est pas seulement absurde, c’est scandaleux.

Ce que je crois (1977)

La mort sera seulement notre absence.

Ce que je crois (1977)

… un vivant, c’est d’abord un cimetière.

Ce que je crois (1977)

La vie, ça se fabrique avec les moyens du bord.

Ce que je crois (1977)

Il faut se résigner à n’avoir qu’une pensée d’homme, à mesurer l’univers avec ce millimètre.

Ce que je crois (1977)

Waddington a raison: L’homme est un animal porté à croire. Il lui faut sécréter de la certitude comme le colimaçon de la coquille: pour s’enfermer dedans.

Ce que je crois (1977)

Rien de plus étroit que ma géographie sentimentale ! Département de la Fouve, chef-lieu Maman, sous-préfectures Berthe et Nathalie. Le reste, c’était l’étranger.

Qui j'ose aimer (1955)

Est-ce qu’on retient ses glaires, lorsqu’on a envie de cracher ? L’hygiène publique a inventé les crachoirs comme Dieu a inventé les femmes. La pureté n’exige pas la rétention, mais l’exutoire.

Vipère au poing (1948)

On admire ses convictions politiques, fortement centripètes, surtout lorsque le centre apparaît dextrogyre.

Le Matrimoine (1967)

Fichtre ! c’est grave. Nous sommes tous très intéressés, très mouches du coche. Folcoche se tord toujours, inconsciente, les deux mains sur le foie. Sa respiration siffle. Dois-je le dire ? mais nous respirons mieux depuis qu’elle étouffe.

Vipère au poing (1948)

Loin d’ajouter au verbe aimer, beaucoup le diminue.

Qui j'ose aimer (1955)

L’homme doit vivre seul. Aimer, c’est s’abdiquer. Haïr, c’est s’affirmer. Je suis, je vis, j’attaque, je détruis. Je pense, donc je contredis.

Vipère au poing (1948)

L’idée que ce mari me demandait à moi, de lui montrer la chambre de sa femme, comme un voyageur demande à un garçon d’étage de lui indiquer le bon numéro, me laissa sans souffle.

Qui j'ose aimer (1955)

Les principes sont des préjugés de grande taille, c’est tout. L’honorabilité n’est que la réussite sociale de l’hypocrisie. La spontanéité du coeur est un réflexe malheureux.

Vipère au poing (1948)

Ma main glisse sur son sein gauche que je pétris. Je le trouve d’ailleur un peu mou.

Vipère au poing (1948)

J’étais en train d’apprendre que l’hypocrisie est soeur de la patience.

Vipère au poing (1948)

On ne construit pas un bonheur sur les ruines d’une longue misère.

Vipère au poing (1948)

Où peut-on être mieux qu’au sein d’une famille ? Partout ailleurs !

Vipère au poing (1948)

Mieux vaut inspirer des regrets que des remords et, en tel cas, les laisser prospérer dans le dépaysement.

Le Cri de la chouette (1971)

Dès qu’elle ouvre la bouche, j’ai l’impression de recevoir un coup de pied au cul. C’est pas étonnant, avec ce menton en galoche.

Vipère au poing (1948)

Ce n’est pas le nombre des vivants, c’est leur autorité qui meuble une maison. Folcoche partie, la belle Angerie parut désaffectée.

Vipère au poing (1948)

On a toujours l’air idiot – ou abusif – quand on projette sur nos vies d’adultes, sur leurs aléas, sur leurs échecs, sur leurs succès, nos souvenirs d’enfance.

Le Neuvième jour (1994)

Tout deuil craint sa fin et songe avec terreur au jour où succombera sa peine. Ainsi la haine craint par-dessus tout de se délivrer de soi. Elle se remord la queue.

La mort du petit cheval (1950), XIX

Les bourgeois semblent avoir besoin d’un nombre de pièces inutiles proportionnel à celui des hectares sur lesquels s’étend la domination de leurs redevances et de leurs chasses.

Vipère au poing (1948)

Les gens ont soif de considération bien plus que de mérite.

L'Huile sur le feu (1954)

L’estime n’a rien à voir avec l’amour.

L'Huile sur le feu (1954)

Mais l’indifférence est un état bien plus grave que la colère et c’est là le pire effet de l’interruption de la vie commune.

Le Démon de minuit (1988)

L’accouchement de sa femme est une épreuve où l’inutilité de l’homme rejoint l’incontestable inutilité du bourdon.

Le Matrimoine (1967)

Le mariage est une place assiégée: ceux qui sont dedans voudraient en sortir; ceux qui sont dehors voudraient y entrer.

Le Matrimoine (1967)

Le baiser est la plus sûre façon de se taire en disant tout. Une seconde, parce que rien.

Le Démon de minuit (1988)

Si vaine que soit la constitution d’un arbre généalogique, où pend toujours une quantité considérable de bois mort (cet arbre poussant dans le passé, on devrait logiquement dire une racine généalogique).

Vipère au poing (1948)

Un savant amoureux n’est qu’un homme de science qui s’est embéguiné.

Plumons l'oiseau (1966)

Une fille trop souvent devient ce qu’était sa mère.

Le Matrimoine (1967)

L’enfance abandonnée: crime impensable, exagération de plumitifs!…

La mort du petit cheval (1950)

En déchirant mon enfance je touche à celle des autres. Comme l’âge d’or, dont on prétend qu’il se trouve derrière nous, le paradis se confond avec les limbes.

La mort du petit cheval (1950)

Fille reprise n’est plus fille surprise et perd un argument contre son séducteur.

Qui j'ose aimer (1955)

Au surplus quel meilleur commentaire à l’amour que l’amour, quand il est interdit et n’a pour seul espoir que d’envahir le sang?

Qui j'ose aimer (1955)

Faute répétée diminue d’importance, use son remords.

Qui j'ose aimer (1955)

Le premier enfant d’une femme, c’est l’homme qu’elle aime.

La mort du petit cheval (1950)

J’aime me croire entière et logique; je déteste me souvenir de mes eaux troubles, de ces remous qui ont empêché un moment ma vie de couler tout droit. Je sais bien qu’il me reste contre eux un recours: celui de l’anguille qui s’envase.

Qui j'ose aimer (1955)

Le christianisme en France est en train de devenir folklorique.

Ce que je crois (1977)

L’important dans le divorce, c’est ce qui le suit.

Madame Ex (1974)

On n’aime pas qui on veut. On aime qui on peut. Il y a toujours adoption.

Le Cri de la chouette (1971)

En fait de divorce, il en est comme des opérations: il n’y en a pas de bonnes, il n’y a que des nécessaires.

Madame Ex (1974)

L’absurdité d’un rêve finit toujours par réveiller le dormeur.

Le Démon de minuit (1988)

Les principes sont des préjugés de grande taille.

Vipère au poing (1948)

L’adjectif est en train de roquer: la jeune femme bientôt ne sera plus qu’une femme jeune.

Le Matrimoine (1967)

Mais hélas! le cuculien, la langue de lait, fait des ravages. On connaît l’idiome, dont certains mots (bébé, pipi, bonbon…) sont passés en français majeur.

Le Matrimoine (1967)

Son stock de sentences puisait souvent celle-ci à l’usage des médisantes: A faire un loup-garou, sans en montrer les crocs, tu n’obtiens qu’un mouton.

Qui j'ose aimer (1955)

Une femme se trahit quand elle a une si faible et, en même temps, si clémente opinion des hommes!

Qui j'ose aimer (1955)

J’étais à peine lucide et comme anesthésiée par le chagrin qui, à trop forte dose, devient sa propre morphine.

Qui j'ose aimer (1955)

La sécurité, vous n’avez que ce mot à la bouche. Est-ce qu’un homme peut se sentir un homme en se sentant protégé de tout?

Les Bienheureux de la désolation (1970)

On meurt de bien des façons: ne serait-ce qu’en vivant là où la vie n’en n’est pas une pour vous.

Les Bienheureux de la désolation (1970)

Le paradis après tout, c’est ce qu’on estime tel, même s’il représente le purgatoire d’autrui.

Les Bienheureux de la désolation (1970)

Le bonheur dans le dénuement, c’est une réussite; c’est aussi une leçon vite tournée en scandale par ceux qu’humilie secrètement l’esclavage de leurs besoins.

Les Bienheureux de la désolation (1970)

Le seul avantage du provisoire est de suspendre le définitif.

Les Bienheureux de la désolation (1970)

Quand on m’enterrera, il y aura peut-être des joues humides, s’il pleut!

Le Cri de la chouette (1971)

Même s’il est sale, un bon drap vaut mieux qu’un drapeau.

Lève-toi et marche (1952)

La vie guérit toujours de la mort quand elle s’aime.

L'Huile sur le feu (1954)

Un savant amoureux, c’est un amoureux dont l’habileté réjouit sa partenaire.

Plumons l'oiseau (1966)

Faire confiance participe toujours de la confiance en soi.

Madame Ex (1974)

Pourrir, c’est germer, donc vivre.

Vipère au poing (1948)

On ne construit pas un bonheur sur les ruines d’une longue misère. Notre joie n’avait pas de boussole. Nous étions désorientés.

Vipère au poing (1948)

Quand la loi redevient celle de la jungle, c’est un honneur que d’être déclaré hors-la-loi.

Un feu dévore un autre feu (1980)

Les jeunes ménages savent bien que la vraie plaie de l’intimité, c’est la brusque découverte des défauts, des manques, des tics.

Un feu dévore un autre feu (1980)

La vraie plaie de l’intimité, c’est la brusque découverte des défauts.

Un feu dévore un autre feu (1980)

Les plus sincères amitiés, les bonnes volontés, les tendresses à venir, je les soupçonnerai, je les découragerai, je les renierai.

Vipère au poing (1948)

Je suis, je vis; j’attaque, je détruis; je pense, donc je contredis.

Vipère au poing (1948)

L’homme doit vivre seul. Aimer, c’est abdiquer. Haïr, c’est s’affirmer.

Vipère au poing (1948)

La réprobation faisait partie du programme et je n’y rechignai pas; on doit le même outrage aux filles sans pudeur qu’aux hommes sans courage.

Qui j'ose aimer (1955)

Aimer, c’est s’abdiquer. Haïr, c’est s’affirmer. Je suis, je vis, j’attaque, je détruis. Je pense, donc je contredis.

Vipère au poing (1948)

L’honorabilité n’est que la réussite sociale de l’hypocrisie.

La mort du petit cheval (1950)

Deux moins un, en amour, c’est égal à zéro.

Un feu dévore un autre feu (1980)

Papa sourit et fredonne: Où peut on être mieux que dans sa famille? Puis d’une voix de basse taille: Partout ailleurs!

Vipère au poing (1948)

Aimer: Voilà bien le seul verbe qui, en tout lieu, en en tout temps, du plus mauvais sujet fasse un bon complément.

La Tête contre les murs (1949)

Moyen: le pire de ce qui est bon; le meilleur de ce qui est mauvais Un euphémisme pour médiocre.

La Tête contre les murs (1949)