Acceuil / Citation

Citations de : Henry Bauchau

Finalement l’amour est une lumière, une chaleur, c’est aussi un noeud, un noeud coulant : ne va pas trop vite, ne va pas trop loin, sinon ça va serrer.

Le Boulevard périphérique (2008)

Mais la beauté de notre temps est une beauté foudroyée qu’on ne peut atteindre qu’à travers le noir, toujours plus noir.

Déluge (2010)

J’écoute le mieux que je peux et comme il y a en moi une forte présence de la mort, j’entends leur parole de mort, de condamnation d’eux-mêmes qui s’élève en majeur sur un fond d’amour et d’espoir en mineur.

Le Boulevard périphérique (2008)

Je voudrais faire l’économie de toutes les morts que j’ai vécues, de celles que je devrai vivre encore. Je ne peux pas, je suis dans ce temps, dans ce monde, il n’y en a pas d’autre.

Le Boulevard périphérique (2008)

Je crois que tu ne comprendras jamais rien à la haine. La haine, c’est l’amour en dur.

Antigone (1997)

Au cours d’une vie nous devons, et nos vérités partielles avec nous, mourir plusieurs fois. Ce que l’idéologie a méconnu, c’est qu’on meurt pour renaître.

Journal d'Antigone 1989-1997 (1999)

Obéir comme une plante qui sort de la terre, comme un ruisseau qui s’écoule.

Antigone (1997)

Quand on est un disciple, on en arrive presque toujours à devoir tuer le maître en soi.

Le Boulevard périphérique (2008)

On n’invente pas les personnages, ils existent dans l’inconscient, il faut les laisser sortir.

Dominer ses entraves, se libérer ou alors la vie est trop torturante et vivre n’est plus supportable.