Acceuil / Citation

Citations de : Gilles Archambault

L’enfance. L’âge de la vie où tout semble possible, où on imagine qu’il suffira de vouloir changer son destin.

Le voyageur distrait (1981)

Les gens qui n’écrivent pas ont sur l’écriture des idées toutes faites.

Les choses d'un jour (1991)

On voudrait parfois que le monde et le temps s’arrêtent pour nous permettre de les rattraper.

Le tendre matin (1969)

Quelle est la valeur de cette vie dont les meilleurs moments nous apparaissent toujours comme des périodes d’évasion, de fuite de soi ?

Parlons de moi (1970)

Mieux vaut l’absence que l’agressivité.

Un homme plein d'enfance (1996)

Le bonheur est fragile et ne survit que si on est conscient de sa précarité.

Un homme plein d'enfance (1996)

Elle n’a qu’un but, s’exprimer totalement dans une perspective qui permette à l’homme de secouer ses tabous, le révéler à lui-même, le rendre libre. L’homme doit prendre conscience de ses abîmes pour mieux les contourner.

Les Pins parasols (1976)

Vive la fréquentation calculée de l’alcool! C’est l’image de ma vie. Un peu d’ivresse, jamais d’oubli. Ne pas perdre le nord surtout. Il faut être optimiste pour croire que l’alcool est une fuite ou apporte une connaissance de soi.

Parlons de moi (1970)

Dès que l’on a trop de certitudes, on n’avance plus. Il faut se surpasser dans la vie. Je n’oublie jamais qu’un jour, il faudra bien cesser de progresser, que la vieillesse viendra, puis la mort, mais au moins, j’aurai fait quelque chose.

La fleur aux dents (1971)

Pourquoi l’amour ne permettrait-il que rarement la permanence des liens que crée l’amitié.

Le voyageur distrait (1981)

L’amitié qui n’est pas discrète est dangereuse.

Le voyageur distrait (1981)

Qui viendra défaire ma bibliothèque quand j’aurai quitté ce monde? Je ne lui en veux surtout pas. Qu’il sache que j’ai trouvé dans la fréquentation des livres un incommensurable réconfort.

Un après-midi de septembre

J’y crois, moi, à l’honneur, c’est pour ça que je n’ai pas réussi.

Parlons de moi (1970)

L’amour, il faut l’avoir vu chez les autres pour le comprendre vraiment. On ne s’aperçoit que de son absence.

Plus on avance dans la vie, moins on revoit les gens. C’est aussi bien ainsi.

Tu ne me dis jamais que je suis belle

Rares sont les hommes qui additionnent les bonheurs. C’est à peine s’ils peuvent s’approcher d’une femme à la fois.

Tu ne me dis jamais que je suis belle

Quand on me pose la question: «M’aimes-tu?» je me sens coupable. Je m’en veux de ce reproche qu’on me fait. Et du coup, je n’aime plus. Pour quelques instants.

Les plaisirs de la mélancolie

S’habituer à suivre sa voie sans prêter trop attention à ce qui se déroule autour de soi. Ne pas craindre d’être nombriliste. Peut-être est-ce de cette façon qu’on peut le moins heurter les autres.

Les plaisirs de la mélancolie

Seigneur, donnez-nous le courage de vivre comme si nous croyions à l’enthousiasme; donnez-nous la grâce de vivre notre néant dans des élans de création libératrice. Puissions-nous nous aveugler jusqu’au tourbillon final!

Les plaisirs de la mélancolie

Si je me mettais à croire à quelque chose – ce que je ne souhaite pas -, c’est à l’anarchie que je croirais.

Les plaisirs de la mélancolie

… il faut tout faire pour conjurer l’intolérance, même des romans.

Les plaisirs de la mélancolie

… je sais qu’il y a des vérités qui ne sont que littéraires.

Les plaisirs de la mélancolie

En présence d’un être, on dirait que ce ne sont pas tellement les paroles qui comptent, mais leur musique. Et que dire de la beauté des gestes, du mouvement des yeux et des lèvres? Il y a comme une fascination qui met un voile entre vous et l’autre.

Les plaisirs de la mélancolie

… on ne peut réduire les autres à l’ordinaire que si, fort de sa propre médiocrité, on se juge supérieur.

Les plaisirs de la mélancolie

Ce qu’il peut être enivrant de se sentir étranger au monde! On a toujours l’impression d’être en voyage.

Les plaisirs de la mélancolie

Les hommes qui se disent couverts d’amis me font peur, je crains toujours qu’ils ne veuillent ajouter mon nom à leur liste.

Les plaisirs de la mélancolie

Toute découverte me paraît bonne à faire, et cela avec la certitude que rien ne sert à rien en dernière analyse, que bientôt on m’enterrera et que tout aura été inutile.

Les plaisirs de la mélancolie