Acceuil / Citation

Citations de : Gabriel Chevallier

Nous n’avons plus d’illusions sur le combat… Un seul espoir me soutient : peut-être ne serai-je pas obligé de me battre, un espoir honteux, un espoire d’homme !

La Peur (1930)

C’est par une lettre anonyme, reçue du matin, que l’Arthur avait su que l’Adèle fricotait avec Tardivaux.

Clochemerle (1934)

T’es tout luisant de bonne santé, mon Claudius ! T’as forci, on dirait ?

Clochemerle (1934)

Il prend tout le bénéfice, et il est toujours prêt à lâcher tout le monde, en cas de coup dur. C’est un faisan, votre ministre.

Clochemerle (1934)

Mais il mourut, trois ans plus tard, victime de la cirrhose qui terrassait, l’un après l’autre, tous les champions de la chopine.

Clochemerle (1934)

Je te le redis de vivement prendre la porte. Ou je vas te botter les fesses, François!

Clochemerle (1934)

Honorine refermait ensuite la porte, après avoir lancé un regard terrible aux fainéants et aux boit-sans-soif qui débauchaient son maître.

Clochemerle (1934)