Acceuil / Citation

Citations de : François de Pons de Salignac de La Mothe-Fénelon, dit Fénelon

Ne faisons pas comme ces âmes chancelantes, qui disent tous les jours: A demain, à demain!

Sermon

Tout ce qui est plus d’un est infiniment moins qu’un.

Traité de l'existence de Dieu (1713)

Rien n’est si contraire à la simplicité que le scrupule. Il cache je ne sais quoi de double et de faux.

Correspondance, à Mme de Montberon, 26 décembre 1700

Quiconque est capable de mentir est indigne d’être compté au nombre des hommes; et quiconque ne sait pas se taire est indigne de gouverner.

Les Aventures de Télémaque (1699)

Presque tous les hommes sont médiocres et superficiels pour le mal comme pour le bien.

Lettre à l'Académie

Pour les prédicateurs …, ce n’est pas la religion mais leur bel esprit qu’ils ont intérêt de persuader au monde.

Lettre à l'Académie

N’est-ce pas savoir beaucoup que de savoir qu’on ne sait rien?

Les princes ont un pouvoir infini sur ceux qui les approchent; et ceux qui les approchent ont une faiblesse infinie en les approchant.

Examen de conscience sur les devoirs de la royauté

Les moeurs et l’état de tout le corps de la nation ont changé d’âge en âge … Il est cent fois plus important d’observer ce changement de la nation entière, que de rapporter simplement des faits particuliers.

Lettre à l'Académie

Le vrai moyen de gagner beaucoup est de ne vouloir jamais trop gagner et de savoir perdre à propos.

Les Aventures de Télémaque (1699)

Le plus libre de tous les hommes est celui qui peut être libre dans l’esclavage même.

Les Aventures de Télémaque (1699)

Le bon historien n’est d’aucun temps ni d’aucun pays: quoiqu’il aime sa patrie, il ne la flatte jamais en rien.

Lettre à l'Académie

Le bel esprit a le malheur d’affaiblir tout ce qu’il croit orner.

Lettre à l'Académie

La singularité est dangereuse en tout.

Lettre à l'Académie

La patrie d’un cochon se trouve partout où il y a du gland.

Dialogue des morts (1699)

La jeunesse ressent un plaisir incroyable lorsqu’on commence à se fier à elle.

De l'éducation des filles

L’homme s’agite, mais Dieu le mène.

Sermon sur la vocation des gentils

Il ne suffit point de montrer la vérité, il faut la peindre aimable.

Les Aventures de Télémaque (1699)

Il ne faut point s’opiniâtrer à faire goûter aux enfants certaines personnes pieuses dont l’extérieur est dégoûtant.

De l'éducation des filles

D’ordinaire ceux qui gouvernent les enfants ne leur pardonnent rien, et se pardonnent tout à eux-mêmes.

De l'éducation des filles

Ce n’est pas le difficile, c’est le beau que je cherche.

Lettre à l'Académie

Calypso ne pouvait se consoler du départ d’Ulysse. Dans sa douleur elle se trouvait malheureuse d’être immortelle.

Les Aventures de Télémaque (1699)

Avant que de se jeter dans le péril, il faut le prévoir et le craindre; mais quand on y est, il ne reste plus qu’à le mépriser.

Les Aventures de Télémaque (1699)

Antisthène disait que la science la plus difficile était de désapprendre le mal.

Antisthène

(Dans l’éducation), il faut se contenter de suivre et d’aider la nature.

De l'éducation des filles

Ne rien aimer, ce n’est pas vivre; n’aimer que faiblement, c’est languir plutôt que vivre. Toutes les plus folles passions qui transportent les hommes ne sont que le vrai amour déplacé, qui s’est égaré loin de son centre.

Oeuvres spirituelles

De là on découvrait la mer, quelquefois claire et unie comme une glace, quelquefois follement irritée contre les rochers, où elle se brisait en gémissant, et élevant ses vagues comme des montagnes.

Les Aventures de Télémaque (1699), II

Le plus malheureux de tous les hommes est celui qui croit l’être; car le malheur dépend moins des choses qu’on souffre, que de l’impatience avec laquelle on augmente son malheur.

Les Aventures de Télémaque (1699), V

Il en est des orateurs comme des poètes qui font des élégies ou d’autres vers passionnés. Il faut sentir la passion pour la bien peindre; l’art, quelque grand qu’il soit, ne parle point comme la passion véritable.

Dialogues sur l'éloquence (1718)

Une autre chose contribue beaucoup aux longs discours des femmes, c’est qu’elles sont nées artificieuses et qu’elles usent de longs détours pour venir à leur but.

Traité de l'éducation des filles (1687)

Il n’y a que la perte, et la perte que Dieu opère lui-même, qui nous désapproprie véritablement.

Instructions sur divers points de morale

Cette délicatesse qui vous rend si facile à être blessé est une véritable imperfection.

Dialogue des morts (1699)

Cette peau a toute la délicatesse qu’il faut pour être transparente.

Traité de l'existence de Dieu (1713)

A proprement parler, Dieu n’est ni dedans, ni dehors le monde.

Traité de l'existence de Dieu (1713)

Ici la terre ne porte pour fruit que du poison: l’air qu’on respire est empesté; les hommes contagieux ne se parlent que pour se communiquer un venin mortel.

Les Aventures de Télémaque (1699), IV

Les conseils sont donnés pour faciliter les préceptes.

De l'éducation des filles

J’ai relevé toutes vos bonnes qualités; je vous ai déchargé de toutes les choses odieuses; que pouvais-je faire de mieux?

Dialogues des morts (1712)

Les nymphes avaient eu soin d’allumer en ce lieu un grand feu de bois de cèdre, dont la bonne odeur se répandait de tous côtés, et elles y avaient laissé des habits pour les nouveaux hôtes.

Les Aventures de Télémaque (1699), I

D’abord, je ne pus croire que Philoclès voulût me détrôner: il y a dans la véritable vertu une candeur et une ingénuité que rien ne peut contrefaire et à laquelle on ne se méprend point, pourvu qu’on y soit attentif.

Les Aventures de Télémaque (1699), XI

Ceux qui n’ont jamais souffert ne savent rien; ils ne connaissent ni les biens ni les maux; ils ignorent les hommes; ils s’ignorent eux-mêmes

Les Aventures de Télémaque (1699), XII

Toutes les guerres sont civiles; car c’est toujours l’homme contre l’homme qui répand son propre sang, qui déchire ses propres entrailles.

Dialogues des morts (1712), Socrate et Alcibiade

Souvent une mère qui passe sa vie au jeu, à la comédie, et dans des conversations indécentes, se plaint d’un ton grave qu’elle ne peut pas trouver une gouvernante capable d’élever ses filles.

Traité de l'éducation des filles (1687), XIII

Tâchez que l’enfant s’exécute de bonne grâce, et qu’il ne vous reste qu’à adoucir la peine qu’il aura acceptée.

Traité de l'éducation des filles (1687)

O Dieu ! O le plus être de tous les êtres !

Traité de l'existence de Dieu (1713)

Le père de famille est en droit de punir chacun de ses enfants ou petits-enfants qui fait une mauvaise action; mais, avant que de le punir, il prend les avis du reste de la famille.

Les Aventures de Télémaque (1699), VII

Si vous saviez combien il m’est douloureux de vous voir courir à votre perte!

Les Aventures de Télémaque (1699), VI

Adraste, vigilant et infatigable, avait surpris les alliés; il leur avait caché sa marche, et il était instruit de la leur.

Les Aventures de Télémaque (1699), XIII

Il craignait que je ne passasse entre la borne et lui; car mes chevaux, mieux ménagés que les siens, étaient en état de le devancer: il ne lui restait plus d’autre ressource que celle de me fermer le passage.

Les Aventures de Télémaque (1699), V

Ce n’est que par faiblesse et faute de connaître le droit chemin qu’on prend des chemins détournés et qu’on a recours à la ruse.

Dialogue des morts (1699)

L’autorité seule ne fait jamais bien; la soumission des inférieurs ne suffit pas: il faut gagner les coeurs et faire trouver aux hommes leur avantage pour les choses où l’on veut se servir de leur industrie.

Les Aventures de Télémaque (1699), III

On dresse deux autels de gazon. L’encens fume, le sang des victimes coule.

Les Aventures de Télémaque (1699), XVIII

Demain, quand l’Aurore avec ses doigts de roses entrouvrira les portes dorées de l’orient et que les chevaux du soleil, sortant de l’onde amère, répandront les flammes du jour pour chasser devant eux toutes les étoiles du ciel …

Les Aventures de Télémaque (1699), IV

Comme tous les objets paraissent sombres et en confusion, le matin, aux premières lueurs de l’aurore.

Les Aventures de Télémaque (1699), XVIII

Je n’ai jamais fait aucun mal; j’ai mis tout mon plaisir à faire du bien; j’ai été magnifique, libéral, juste, compatissant: que peut-on donc me reprocher?

Les Aventures de Télémaque (1699), XIV

On a proportionné les moyens de défensive aux armes de ceux qui attaquent.

Les hommes sincères et vertueux, qui sont toujours les mêmes et qui s’assujettissent aux règles de la vertu, ne sauraient jamais être aussi agréables aux princes que leurs passions dominent.

Les Aventures de Télémaque (1699), XIII

Des hommes artificieux et intéressés les environnent; les bons se retirent, parce qu’ils ne sont ni empressés ni flatteurs.

Les Aventures de Télémaque (1699), II

J’arrosai son visage d’un torrent de larmes.

Les Aventures de Télémaque (1699), IV

En parlant ainsi, de profonds soupirs entrecoupaient toutes mes paroles. Mais Mentor, qui craignait les maux avant quels arrivassent, ne savait plus ce que c’était que de les craindre dès qu’ils étaient arrivés.

Les Aventures de Télémaque (1699), II

Les dieux vous ont conduit comme par la main jusqu’au bord de l’abîme, pour vous en montrer toute la profondeur, sans vous y laisser tomber.

Les Aventures de Télémaque (1699), VI

Bientôt nous vîmes le sommet du mont Ida qui s’élève au-dessus des autres montagnes de l’île, comme un vieux cerf dans une forêt porte son bois rameux au-dessus des têtes de jeunes faons dont il est suivi.

Les Aventures de Télémaque (1699), V

Les aliments qui flattent trop le goût et qui font manger au-delà du besoin, empoisonnent au lieu de nourrir.

Les Aventures de Télémaque (1699), XIII

Je voyais les vagues qui venaient battre le pied de la tour où j’étais prisonnier; souvent je m’occupais à considérer des vaisseaux agités par la tempête, qui étaient en danger de se briser contre les rochers sur lesquels la tour était bâtie.

Les Aventures de Télémaque (1699), II

Quand on bâtit une maison, quoique les maçons, les charpentiers, les plombiers, les menuisiers, les serruriers, etc., travaillent bien, chacun pour son métier, le gros de l’ouvrage va mal, s’il n’y a pas un homme principal qui les dirige tous …

Mémoire sur la situation déplorable de la France en 1710

Les hommes corrompus n’ont aucune pudeur et ils sont toujours prêts à toutes sortes de bassesses.

Les Aventures de Télémaque (1699), XI

Les hommes veulent tout avoir, et ils se rendent malheureux par le désir du superflu; s’ils voulaient vivre simplement et se contenter de satisfaire aux vrais besoins, on verrait partout l’abondance, la joie, la paix et l’union.

Les Aventures de Télémaque (1699), V

Les hommes, ne jugeant des vices et des vertus que par ce qui les choque ou les accommode, sont aveugles et sur le bien et sur le mal: ici, une lumière divine renverse tous leurs jugements superficiels …

Les Aventures de Télémaque (1699), XIV

Nous ne pourrions y retourner que pour chercher une mort assurée, puisque les amants de Pénélope ont occupé toutes les avenues du port, pour mieux assurer notre perte à notre retour.

Les Aventures de Télémaque (1699), VI

Comme il n’en pouvait faire aucune de vertu, il voulut du moins tâcher de remporter quelque grand avantage sur eux par les armes, et il se hâta de combattre.

Les Aventures de Télémaque (1699), XV

Les générations des hommes s’écoulent comme les ondes d’un fleuve rapide; rien ne peut arrêter le temps, qui entraîne après lui tout ce qui paraît le plus immobile.

Les Aventures de Télémaque (1699), XIV

Le milieu du cirque était une arène préparée pour les combattants.

Les Aventures de Télémaque (1699), V

Là, jamais on ne ressentit les ardeurs de la furieuse Canicule; là, jamais les noirs aquilons n’osèrent souffler, ni faire sentir les rigueurs de l’hiver.

Les Aventures de Télémaque (1699), XIV

Son naturel ardent et austère le consumait dans le travail.

Les Aventures de Télémaque (1699), XI

Les heures sont longues et la vie est brève.

Celui qui taille les colonnes ou qui élève un côté d’un batiment n’est qu’un maçon; mais celui qui a pensé tout l’édifice et qui en a toutes les proportions dans sa tête est le seul architecte.

Les Aventures de Télémaque (1699), XVII

Il ne prononce pas une sentence en juge souverain; mais il fait des propositions, et on sacrifie quelque chose, par ses conseils, pour conserver la paix.

Les Aventures de Télémaque (1699), XVII

Dans cette opposition de sentiments, il faut qu’un arbitre, choisi par les parties, vous accommode, ou que le sort des armes décide: il n’y a point de milieu.

Les Aventures de Télémaque (1699), XVII

Notre langue manque d’un grand nombre de mots et de phrases: il me semble même qu’on l’a gênée et appauvrie, depuis environ cent ans, en voulant la purifier.

Lettre à l'Académie

Une anatomie des passions du coeur humain.

Dialogues sur l'éloquence (1718)

L’amour pour Dieu seul, considéré en lui-même et sans aucun mélange de motif intéressé, ni de crainte, ni d’espérance, est le pur amour ou la parfaite charité.

Maximes des saints

La véritable éloquence n’a rien d’enflé ni d’ambitieux.

Dialogues sur l'éloquence (1718)

Les aliments qui flattent trop le goût et qui font manger au delà du besoin, empoisonnent au lieu de nourrir.

Les Aventures de Télémaque (1699)

Le lion aiguisait ses dents et ses griffes, attendant le moment favorable.

Les Aventures de Télémaque (1699)

Une belle esclave verse de l’eau d’une aiguière d’or sur un bassin d’argent …

Les Aventures de Télémaque (1699)

L’homme s’agite mais Dieu le mène.

Sermon pour l'Epiphanie ...

Souviens-toi que ce bel âge n’est qu’une fleur qui sera presque aussitôt séchée qu’éclose.

Les Aventures de Télémaque (1699)

Ce vieillard qui a vécu trois âges d’homme …

Les Aventures de Télémaque (1699)

La guerre est le plus grand des maux dont les dieux affligent les hommes.

Les Aventures de Télémaque (1699)

Par leur frugalité et leur travail, ils se sont mis dans l’abondance des choses nécessaires à une vie simple.

Les Aventures de Télémaque (1699), VI

Nous ne pouvons abîmer Télémaque dans les flots de la mer.

Les Aventures de Télémaque (1699), XIX

Bacchus était tel qu’il parut à la malheureuse Ariane, lorsqu’il la trouva seule, abandonnée et abîmée dans la douleur sur un rivage inconnu.

Les Aventures de Télémaque (1699), XVII

J’étais abîmé dans la plus amère douleur.

Les Aventures de Télémaque (1699), II

L’homme impatient est entraîné dans un abîme de malheurs.

Les Aventures de Télémaque (1699), XXIV

Tout à coup le terrain s’affaisse et ouvre un abîme.

Les Aventures de Télémaque (1699), XXI

La douce vapeur du sommeil ne coule pas plus doucement dans les yeux appesantis et dans tous les membres fatigués d’un homme abattu que les paroles flatteuses de la déesse s’insinuaient pour enchanter le coeur de Mentor.

Les Aventures de Télémaque (1699), VII

Le coeur de son père se repose sur elle, comme un voyageur abattu par les ardeurs du soleil se repose à l’ombre sur l’herbe tendre.

Les Aventures de Télémaque (1699), XXII

Le vrai courage ne se laisse jamais abattre.

Les Aventures de Télémaque (1699), XX

Comme la pluie abat et fait languir le soir une fleur qui était le matin, pendant la naissance de l’aurore, la gloire et l’ornement des vertes campagnes.

Les Aventures de Télémaque (1699), XXI

Astarbé s’abandonna à son ressentiment.

Les Aventures de Télémaque (1699), III

Télémaque s’abandonnait à une douleur amère.

Les Aventures de Télémaque (1699), XVI

Comme il avait un désir extraordinaire de s’instruire et de connaître les moeurs des étrangers, il abandonna sa patrie et tout ce qu’il avait pour voyager.

Comme un malade désespéré qu’on abandonne.

Les Aventures de Télémaque (1699), VII

Le courage les abandonne.

Les Aventures de Télémaque (1699), XVI

Alors je compris par expérience ce que j’avais souvent ouï dire à Mentor, que les hommes mous et abandonnés aux plaisirs manquent de courage dans les dangers.

Les Aventures de Télémaque (1699), IV

Une femme, nommée Pantée, était abandonnée de tous les médecins.

Il faut, dit saint Augustin, parler d’une façon abaissée et familière pour instruire.

Le feu demeure caché dans les veines des cailloux, et il attend à éclater jusqu’à ce que le choc d’un autre corps l’excite.

Traité de l'existence de Dieu (1713)

Attendez à les lui donner quand il aura assez de force.

Les Aventures de Télémaque (1699), XXI

Ne vous laissez point vaincre à votre malheur.

Les Aventures de Télémaque (1699), II

Ne vous laissez point abattre à la douleur.

Les Aventures de Télémaque (1699), XXIII

A l’entendre, rien n’était difficile.

Les Aventures de Télémaque (1699), XVI

C’est dommage que Molière ne sache pas écrire.

Notre langue n’est qu’un mélange de grec, de latin et de tudesque, avec quelques restes confus de gaulois.

La grandeur est comme certains verres qui grossissent tous les objets.

On n’est pas un homme quand on n’aime que soi.

Celui qui craint avec tant d’excès d’être trompé, disions-nous, mérite de l’être, et l’est presque toujours grossièrement.

Les Aventures de Télémaque (1699)

Quand un prince manque d’un Homère, c’est qu’il n’est pas digne d’en avoir un…

Dialogues des morts (1712)

Souviens-toi de la fragilité des choses humaines.

Des femmes agréables de corps et d’esprit.

Rien ne peut nous rendre plus charitables et attentifs aux fautes des autres que de nous examiner nous-mêmes pour mieux nous connaître.

Boire du bon vin, c’est honorer Dieu.

Les hommes peuvent conserver leur santé et leur force sans vin: avec le vin ils courent le risque de ruiner leur santé et de perdre les bonnes moeurs.

L’homme digne d’être écouté est celui qui ne se sert de la parole que pour la pensée, et de la pensée que pour dire la vérité et la vertu.

Lettre à l'Académie, IV

La guerre est un mal qui déshonore le genre humain.

Dialogue des morts (1699)

Le cerveau des enfants est comme une bougie allumée dans un lieu exposé au vent: sa lumière vacille toujours.

De l'éducation des filles

D’ordinaire ceux qui gouvernent les enfants ne leur pardonnent rien, et se pardonnent tout à eux-mêmes. Cela excite dans les enfants un esprit de critique.

Traité de l'éducation des filles (1687)

Le bon gouvernement est celui où les citoyens sont élevés dans le respect des lois, dans l’amour de la patrie et du genre humain, qui est la grande patrie.

Dialogues des morts (1712)

Les hommes passent comme les fleurs, qui s’épanouissent le matin, et qui le soir sont flétries et foulées aux pieds.

Les Aventures de Télémaque (1699), XIX

Nous avons horreur de cette brutalité, qui, sous de beaux noms d’ambition et de gloire, va follement ravager les provinces et répand le sang des hommes qui sont tous frères.

Les Aventures de Télémaque (1699), X

La gloire n’est due qu’à un coeur qui sait souffrir la peine et fouler aux pieds les plaisirs.

Les Aventures de Télémaque (1699)

Si l’eau était un peu plus raréfiée, elle ne pourrait plus soutenir ces prodigieux édifices flottants qu’on nomme vaisseaux.

Traité de l'existence et des attributs de Dieu (1878)

Quiconque ne sait pas souffrir n’a point un grand coeur.

Les Aventures de Télémaque (1699)

Il prévoyait l’avenir par la profonde sagesse qui lui faisait connaître les hommes et les desseins dont ils sont capables.

Les Aventures de Télémaque (1699), II

La jeunesse est présomptueuse; elle se promet tout d’elle même: quoique fragile, elle croit pouvoir tout, et n’avoir jamais rien à craindre; elle se confie légèrement et sans précaution.

Les Aventures de Télémaque (1699), I

Il n’y a pas de bonheur par amour-propre.

Sur le vrai bonheur

Il est vrai que l’homme ne peut point mériter sans être capable de démériter.

Lettres sur la religion, XII

Voulez-vous bien faire? Demandez à Dieu qu’il vous rende patiente avec les autres et avec vous-même.

Lettres spirituelles CLXXXIII

Chacun doit infiniment plus au genre humain, qui est la grande patrie, qu’à la patrie particulière dans laquelle il est né.

Dialogues des morts (1712)

Le bien qu’on fait n’est jamais perdu; si les hommes l’oublient, les dieux s’en souviennent et le récompensent.

Les Aventures de Télémaque (1699), XVIII

Les plaisirs pris sans modération abrègent plus les jours des hommes que les remèdes ne peuvent les prolonger.

Les Aventures de Télémaque (1699), XVII

Cet amour même n’est point en votre pouvoir; il ne dépend point de vous de vous le donner: il faut le désirer, le demander, l’attendre, travailler à le mériter, et sentir le malheur d’en être privé.

Lettres sur la religion