Acceuil / Citation

Citations de : Eugène Guillevic

D’où sommes-nous sortis – Pour avoir ces visages – A faire peine au jour?

Sphère

Celui qui s’en va seul – Cherche pour beaucoup d’autres.

Sphère

Seul. Qui dit: seul? – Qui m’accable d’un mot – A couleur de malédiction? – Ne confonds pas. – Celui qui s’en va seul – Porte avec lui les autres, – Désespère pour eux – D’espérer avec eux.

Sphère

Je connais l’étrange – Variété du noir – Qui a nom lumière.

Sphère

Si travail et courage – Ont pris de la hauteur, – Que reste-t-il à faire – A qui ne rêve pas?

Sphère

Courte est la journée, – Courts sont tous les jours. – Courte encore est l’heure. – Mais l’instant s’allonge – Qui a profondeur.

Sphère

Ce qui n’est pas dans la pierre – Ce qui n’est pas dans le mur de pierre et de terre, – Même pas dans les arbres, – Ce qui tremble toujours un peu, – Alors, c’est dans nous.

Sphère

Qu’elle soit longue, au moins, – Cette vie qu’il faut vivre. – Car difficile – Est la leçon.

Sphère

Il faudrait accepter – Pas la mort, – Mais la mienne.

Sphère

Je m’étais endormi – Dans les destins de l’herbe. – Je n’en avais plus.

Sphère

Fait pour ma main, Je te tiens bien. Je me sens fort De notre force. Tu dors longtemps, Tu sais le noir, Tu as sa force.

Sphère (1963)

A la lumière de la lune, Quelle mesure demander ?

Sphère (1963)

Ce n’est pas moi Qui fermerai Pas moi qui crierai Pour la fermeture. C’est qu’on me fermera.

Sphère (1963)

L’eau a rêvé de toi, Soleil, en ton absence.

Sphère (1963)

L’arbre, ici, maintenant, debout, Rien que du bois, Comme un oiseau figé debout La tête en bas.

Sphère (1963)

Ca va? – Ca va. – Toi, ça va? – Ca va sans moi.

Autres (1980)

S’il suffisait – De tendre la main – Comme on tend l’oreille.

Mon domaine (1977)

Au moins tu sais, toi, océan, – Qu’il est inutile – De rêver ta fin.

Carnac

Ne jouerons-nous jamais – Ne serait-ce qu’une heure, – Rien que quelques minutes, – Océan solennel, – Sans que tu aies cet air – De t’occuper ailleurs?

Carnac

La terre est sous nos pieds, – Solide, indifférente, – Heureusement.

Sphère

Nous sommes tous d’ici. – Nous semblons tous – Venir d’ailleurs.

Du domaine

L’eau que tu bois – A connu la mer.

Du domaine

Dehors, – L’air qui s’ennuie – Devient le vent.

Du domaine

Il y a des jours – Où les plaies – Te reprochent – De les accepter.

Du domaine

Les bourgeons – N’ont pas à choisir.

Du domaine

De soi aussi – On a besoin.

Du domaine

Etreindre la distance.

Du domaine

Tant de mains – Qui hors du travail – Ne savent pas quoi.

Du domaine

L’horizon – Nous condamne au cercle.

Du domaine

L’eau de l’étang, – Veuve – De l’océan.

Du domaine

Que ses regards posés – N’arrêtent pas les couleurs.

Sphère

Nous, figures, nous n’avons – Après tout qu’un vrai mérite, – C’est de simplifier le monde, – D’être un rêve qu’il se donne.

Euclidiennes, pyramide

Et quand il n’y aurait – Que nous deux pour durer.

Euclidiennes, sphère

Je suis allé trop loin – Avec mon souci d’ordre. – Rien ne peut plus venir.

Euclidiennes, triangle équilatéral

J’ai réussi à mettre – Un peu d’ordre en moi-même. – J’ai tendance à me plaire.

Euclidiennes, triangle isocèle

En rêve on se rencontre, – On s’aime, on se complète. – On ne va pas plus loin – Que dans l’autre et dans soi.

Euclidiennes, parallèles

Méfiez-vous. – Les apparences – Peuvent être vraies.

Du domaine

Avoue toujours. – Plus tu en diras, – Plus tu en garderas.

Du domaine

Le soleil – Ne sait rien de l’ombre.

Du domaine

Le soleil – Ne parle pas du mal – Qu’il a eu – A être là.

Du domaine

Il ne faut pas mentir, – Rien n’est si mort qu’un mort.

Exécutoire

Vivre c’est pour apprendre à bien poser sa tête sur un ventre de femme.

Pas d’aile, pas d’oiseau, pas de vent, mais la nuit, – Rien que le battement d’une absence de bruit.

Sphère

Il n’y a pas de lumière – Qui n’ait un masque de lumière.

Du domaine

Les apparences – Peuvent être vraies.

Le langage est le confessionnal du peuple.

Il n’y a pas d’ailleurs – Où guérir d’ici.

Du domaine

On t’accompagnera – Si tu trouves ta route.

Du domaine

Il se pourrait – Qu’à un certain moment – Rien ne bouge, – Nulle part.

Du domaine

Ce qui peut passer, – Qui ne passera pas, – Ne restera pas.

Du domaine

La distance – Grappille le temps.

Du domaine

Quand une lumière – Rencontre une autre lumière – On entend monter – Un chant de prophète.

Du domaine

Il y a des silences – Gros de silence. – Ils s’écoutent.

Du domaine

L’eau – Dans l’étang – Est occupée – A garder le temps.

Du domaine

Nous construisons le monde – Qui nous le rendra bien.

Terraqué

Mais mourir, – Ce peut être une grande fatigue – Un soir, – Et un aveu.

Terraqué

On ne possède rien, jamais, – Qu’un peu de temps.

Exécutoire