Acceuil / Citation

Citations de : Esope

L’amour des honneurs trouble la raison et ferme les yeux sur l’imminence du danger.

Fables, le Lion, le Renard et le Cerf

Les hommes judicieux prévoient à certains indices les dangers, et les évitent.

Fables, le Lion vieilli et le Renard

Il en va ainsi dans les armées : le nombre, le plus souvent, n’est rien, si les chefs n’excellent pas dans le conseil.

Fables, l'Estomac et les Pieds

Il en est ainsi des hommes : ceux qui abandonnent leurs propres occupations pour se mêler d’affaires qui ne les regardent pas, tombent naturellement dans le malheur.

Fables, le Crabe et le Renard

Beaucoup préfèrent vivre simplement chez eux que de manger richement à la table d’autrui.

Fables, Zeux et la Tortue

Il n’y a rien de si parfait qui ne donne prise à la critique.

Fables, Zeus, Prométhée, Athéna et Momos

Plus que tout autre peuple les Arabes sont menteurs et trompeurs ; leur langue en effet ne connaît pas la vérité.

Fables, le Chariot d'Hermès et les Arabes

Parfois les hommes, par crainte d’un moindre danger, se jettent dans un plus grand.

Fables, la Biche et le Lion dans un antre

Lorsqu’on cherche par cupidité à avoir plus que l’on n’a, on perd même ce qu’on possède.

Fables, la Femme et la Poule

Pour beaucoup de gens ce sont leurs propres résolutions qui sont causes de leurs malheurs.

Fables, la Femme et ses Servantes

Les hommes ont moins d’amour et de respect pour la justice que d’acharnement au gain.

Fables, le Laboureur et l'Arbre

Les grandes haines ne se prêtent guère à des réconciliations.

Fables, le Laboureur et le Serpent qui lui avait tué son fils

Il faut rendre les services qu’on a reçus ; car le bien que vous ferez vous sera rendu.

Fables, le Laboureur et l'Aigle

Tous les hommes sont attachés à l’existence, même s’ils ont une vie misérable.

Fables, le Vieillard et la Mort

Quand le malheur est venu, le regret ne sert à rien.

Fables, le Serin et la Chauve-Souris

Souvent la persuasion est plus efficace que la violence.

Fables, Borée et le Soleil

Si tu désires vraiment vivre en sûreté, défie-toi de tes ennemis, mais aie confiance en tes amis, et conserve-les.

Fables, les Trois Boeufs et le Lion

Il ne faut pas s’engager à la légère dans les affaires.

Fables, les Grenouilles à l'étang desséché

Bien des gens se vantent en paroles d’être braves et hardis ; mais l’expérience les démasque et les confond.

Fables, l'Homme et le Lion voyageant de compagnie

Lorsqu’on peut prouver une chose par des faits, tout ce qu’on en peut dire est superflu.

Fables, le Vantard

Il ne faut pas se laisser aveugler par l’orgueil, quand on est en réputation ou en honneur ; car tout ce qui s’acquiert nous est étranger.

Fables, la Lampe

Quand on confie un dépôt à des gens cupides, il est naturel qu’on le perde.

Fables, le Loup et le Berger

Les hommes sensés lisent dans le jeu des méchants, malgré toutes leurs affectations d’honnêteté.

Fables, la Belette et les Poules

Une mauvaise nature, déterminée à mal faire, quand elle ne peut pas se couvrir d’un beau masque, fait le mal à visage découvert.

Fables, la Belette et le Coq

Ceux qui semblent légiférer selon la justice ne s’en tiennent pas eux-mêmes aux lois qu’ils établissent et décrètent.

Fables, le Loup et l'Ane

Auprès des gens décidés à faire le mal la plus juste défense reste sans effet.

Fables, Le Loup et l'Agneau

Il ne faut pas nous défaire de ce qui assure notre sécurité, en prêtant foi aux serments de nos ennemis irréconciliables.

Fables, les Loups, les Moutons et le Bélier

Dans toutes les armées, c’est l’unité de volonté et de pensée qui assure la victoire sur les ennemis.

Fables, les Loups et les Chiens en guerre

Il arrive souvent ainsi que des hommes naturellement bons, quand ils se voient dénigrer par des calomniateurs, n’hésitent pas à se montrer méchants à leur égard.

Fables, le Brigand et le Mûrier

Les hommes sensés ne dédaignent pas même les petites choses.

Fables, le Lion qui a peur d'une souris et le Renard

Souvent les petites choses font connaître les grandes, et les choses visibles, les choses cachées.

Fables, le Mari et la Femme acariâtre

Ne blasphémez pas contre les dieux, quand il arrive un malheur ; examinez plutôt vos propres fautes.

Fables, l'Homme mordu par une fourmi et Hermès

Les hommes font facilement des promesses qu’ils n’ont pas l’intention de tenir effectivement.

Fables, l'Homme qui promet l'impossible

L’accoutumance adoucit même les choses effrayantes.

Fables, le Renard qui n'avait jamais vu de lion

Les ornements de l’esprit sont préférables à la beauté du corps.

Fables, le Renard et la Panthère

Ce serait folie de lâcher, sans espoir d’un profit plus grand, le profit qu’on a dans la main, sous prétexte qu’il est petit.

Fables, le Pêcheur et le Picarel

Quand la faute est évidente, il est impossible de la dissimuler.

Fables, la Chèvre et le Chevrier

Le naturel persiste tel qu’il s’est montré d’abord.

Fables, le Nègre

L’homme affligé par quelque coup de la fortune veut éviter jusqu’au lieu où le chagrin l’a frappé.

Fables, le Rossignol et l'Hirondelle

L’aiguillon de la douleur est plus poignant, quand nous sommes battus par nos propres armes.

Fables, l'Aigle frappé d'une flèche

Evitons les hommes emportés et habitués à faire du mal, quand ils ont pris le pouvoir et qu’ils règnent.

Fables, le Lion enragé et le Cerf

Les gens sensés ne se laissent pas prendre aux artifices des méchants.

Fables, le Lion et le Taureau

On s’instruit en voyant le malheur de son prochain.

Fables, le Lion, l'Ane et le Renard

Les gens qui se vantent devant ceux qui les connaissent prêtent justement à la moquerie.

Fables, le Lion et l'Ane chassant de compagnie

Il convient en toutes choses de se mesurer à sa propre force, et de ne point se lier ni s’associer à de plus puissants que soi.

Fables, le Lion et l'Onagre

Malheur à qui s’avise D’approcher de trop près d’un plus puissant que soi.

Fables, le Pot de fer et le Pot de terre

Mieux vaut un tien que deux fois tu l’auras.

Fables, 70, Du Rossignol et de l'Oiseleur

Les hommes qui, dans les temps d’abondance, ne se préoccupent pas de l’avenir, tombent dans une misère extrême, lorsque les temps viennent à changer.

La Fourmi et l'escarbot

Celui qui est mort est encore fort pour la vengeance, car la justice divine surveille tout et rendant à chacun suivant ses oeuvres tient pour tous la balance égale.

Fables, Le Rat et la Grenouille

Autant l’union fait la force, autant la discorde expose à une prompte défaite.

Fables, Les Enfants du laboureur

Pour qui est décidé à agir injustement, il n’y a pas de défense, même juste, qui vaille.

Fables, Le Loup et l'Agneau

Qui bien pâtit bien s’instruit.

Fables, Le Berger et la mer

Ne pas résister aux événements ni à plus fort que soi vaut mieux que lutter opiniâtrement contre des forces supérieures.

Fables, Le Roseau et l'Olivier

En temps de révolution, les plus puissants ont besoin des plus faibles.

Fables, Le Lion et le Rat

Pour bien des gens, malice est mère d’infortune.

Fables, La Femme et les Servantes

Se vanter auprès de qui vous connaît est pour faire rire à ses dépens.

Fables, Le Lion et l'Ane

Vous aussi, humains, il vous arrive à votre insu d’être les propres auteurs de votre perte.

Fables, L'Ane portant du sel

Il y a des serviteurs qui, même affranchis de la servitude, ne sont pas exempts des oeuvres serviles.

Fables, Les prêtres de Cybèle

Tant que vous demeurerez tous dans l’union, vous serez si forts que rien ne pourra vous ébranler; mais dès que vous serez désunis, vous vous affaiblirez de telle sorte, que le moindre choc suffira pour vous abattre.

Le Père de famille et ses Enfants

Le travail est pour les hommes un trésor.

Fables, 83, le Laboureur et ses Enfants

Repos et sûreté, sont des biens qu’on ne voit que chez la pauvreté.

Le Rat de ville et le Rat des champs

Tel veut me démêler d’épineuses affaires. Qui vient à son égard d’embrouiller les plus claires.

Fables, la Taupe et sa Fille

C’est sur le fond et non sur l’apparence qu’il faut juger.

Proverbe grec

La lionne n’a qu’un petit, mais c’est un lion.

Fables, La Lionne et le Renard

Sur la flèche qui l’atteint, l’oiseau reconnait ses plumes.

Fables, L'Aigle et la Flèche

Quand on a besoin des bras, les secours en paroles ne servent de rien.

Fables, 1161, la Vipère et l'Hydre

Les méchants croient vous faire beaucoup de bien en ne vous faisant pas de mal.

Les démagogues font d’autant mieux leurs affaires qu’ils ont jeté leur pays dans la discorde.

Fables, 27, le Pêcheur qui bat l'eau

La possession n’est rien si la jouissance ne s’y joint.

Fables, 344, l'Avare

Dans les changements de fortune les gens les plus puissants ont besoin des faibles.

Fables, 206, le Lion et le Rat reconnaissant