Acceuil / Citation

Citations de : Erri De Luca

Les livres neufs sont impertinents, les feuilles ne se laissent pas tourner sagement, elles résistent et il faut appuyer pour qu’elles restent à plat. Les livres d’occasion ont le dos détendu, les pages, une fois lues, passent sans se soulever.

Trois Chevaux (1992)

Il y a des créatures destinées les unes aux autres qui n’arrivent jamais à se rencontrer et qui se résignent à aimer une autre personne pour raccommoder l’absence. Elle sont sages.

Trois Chevaux (1992)

L’hiver, l’homme doit seulement résister dans sa coquille. Il pense : aucune géométrie n’a calculé la forme de l’oeuf. Pour le cercle, la sphère, il existe le pi grec, mais pour la figure parfaite de la vie, il n’existe pas de quadrature.

Le poids du papillon (2009)

Tant que chaque jour, je peux rester ne fût-ce que sur une seule ligne de ces Ecritures, j’arrive à ne pas me défaire de la surprise d’être vivant.

Noyau d'olive (2004)

Je lui demandais des comptes, on ne doit jamais le faire entre ceux qui sont en amour. Il n’existe ni trahi, ni traître, ni juste, ni impie, l’amour existe tant qu’il dure et la ville tant qu’elle ne s’écroule pas.

Le Contraire de un (2003)

Si elle s’en va, moi, je reste une poignée sans porte.

Montedidio (2002)

Chez nous, il existe une histoire drôle qui parle d’un cavalier qui ne sait pas faire de cheval et qui passe au galop à travers champs. Un paysan lui demande où il va et l’autre lui crie dans sa course : Demandez au cheval.

Montedidio (2002)

Les hommes donnent tant d’importance aux mots, pour eux c’est tout ce qui compte, ce qui a de la valeur.

Au nom de la mère (2006)

Les souvenirs appartiennent au règne des oiseaux, ils laissent une plume quand ils s’en vont. Grâce à elle, on sait à quelle espèce ils appartiennent.

Et il dit (2012)

Les mains sont devant l’homme, elles soutiennent son travail, le verbe faire. Et les paroles font l’homme, elles sont devant lui, elles le guident ou bien l’égarent.

Et il dit (2012)

La patrie, c’est celle qui te donne à manger, dit-elle en conclusion. Papa lui répond pour blaguer : Alors ma patrie à moi c’est toi.

Montedidio (2002)

Sur la corne ensanglantée du vainqueur se posèrent des papillons blancs. L’un d’eux y resta pour toujours, pour des générations de papillons, pétale battant au vent sur la tête du roi des chamois durant les saisons d’avril à novembre.

Le poids du papillon (2009)

Certaines personnes savent, le jour d’avant, qu’elles ont rendez-vous avec lui. Et, malgré cette intuition, elles ne seront pas prêtes. Le bonheur est toujours une embuscade. On est pris par surprise. Le jour d’avant est donc le meilleur.

Le jour avant le bonheur (2009)

Les femmes font des gestes de coquillage, qui s’ouvre pour expulser comme pour attirer à l’intérieur.

Le poids du papillon (2009)

Les arbres de montagne écrivent dans l’air des histoires qui se lisent quand on est allongé dessous.

Le poids du papillon (2009)

J’ai plus de vie passée à regarder la terre, l’eau, les nuages, les murs, les outils, que les visages. Et je les aime.

Trois Chevaux (1992)

Ce n’est pas bien de savoir ce qui se passe dans la tête des gens. Tant de mauvaises intentions vont et viennent sans aboutir ensuite. Si je dis ce qu’une personne pense d’une autre, c’est la guerre civile.

Le jour avant le bonheur (2009)

Un ouvrier a la peau foncée sur le visage, la nuque, les mains : le reste c’est de la villégiature.

Trois Chevaux (1992)

Ce soir-là, il avait joué de l’harmonica pour l’assistance. C’était sa façon de rester avec les autres sans répondre aux questions.

Le poids du papillon (2009)

A peine a-t-on partagé une ou deux cuillères de sel avec une personne qu’on en est déjà au stade de l’amour. Mais avant de se livrer, on devrait manger une marmite de sel ensemble.

Trois Chevaux (1992)

Quel vide tu m’as laissé, quel espace inutile en moi doit apprendre à se refermer. Mon corps a perdu son centre, à partir de maintenant nous sommes deux détachés, qui peuvent s’embrasser et qui jamais ne redeviendront une seule personne.

Au nom de la mère (2006)

Dors, rêve que tu es encore là, que ta vie a encore mon adresse. En rêve, tu pourras toujours y retourner.

Au nom de la mère (2006)

J’aime l’usage de nos hommes qui pêchent un verset ancien pour s’expliquer au présent. Ils nouent le jour unique au tapis du temps.

Au nom de la mère (2006)

Petits soldats, petits trains, animaux, maisons : les jeux, c’est le monde en miniature, utiles à un enfant pour se sentir un géant. Ils aident à grandir en supportant l’infériorité.

Le Tort du soldat (2014)

Les livres sont la plus forte contradiction des barreaux. Ils ouvrent le plafond de la cellule du prisonnier allongé sur son lit.

Les poissons ne ferment pas les yeux (2013)

Le verbe aimer était responsable du mariage de mes parents. Ma soeur et moi étions un effet, une des étranges conséquences de la conjugaison.

Les poissons ne ferment pas les yeux (2013)

Ceux qui ont eu des enfants ont vu le temps grandir sur eux.

Les poissons ne ferment pas les yeux (2013)

On découvre des horizons aussi dans un microscope, pas seulement du haut d’une montagne.

Les poissons ne ferment pas les yeux (2013)

Je lis des vieux livres parce que les pages tournées de nombreuses fois et marquées par les doigts ont plus de poids pour les yeux, parce que chaque exemplaire d’un livre peut appartenir à plusieurs vies.

Trois Chevaux (1992)

Je suis un insatisfait du mot espoir, j’essaie de ne pas faire entrer la nostalgie dans mon système nerveux.

Interview, 9ème Festival des Cultures juives, juin 2013

Je ne peux admettre d’être pardonné, ce qui me laisse en dehors des croyants.

Interview, 9ème Festival des Cultures juives, juin 2013

Je ne suis pas croyant, j’achoppe sur la prière, je ne sais pas m’adresser, je ne sais pas pardonner, ce qui est un blasphème pour le croyant.

Interview, 9ème Festival des Cultures juives, juin 2013

Celui qui ne rit pas ne peut imaginer le monde.

Interview, 9ème Festival des Cultures juives, juin 2013

La beauté féminine est un mystère qui tourmente la pensée et les sens.

Les saintes du scandale (2013)

Je ne suis pas athée. Je suis un homme qui ne croit pas.

Les saintes du scandale (2013)

En mer, c’est pas comme à l’école, il n’y a pas de professeurs. Il y a la mer et il y a toi. Et la mer n’enseigne pas, la mer fait, à sa façon.

Les poissons ne ferment pas les yeux (2013)

L’enfance se termine officiellement quand on ajoute un zéro aux années mais il ne se passe rien, on est dans le même corps de mioche emprunté des étés précédents, troublé à l’intérieur et calme à l’extérieur.

Les poissons ne ferment pas les yeux (2013)

Seul le péril d’amour, dur seulement envers soi-même mais docile pour autrui, entraîne vers une vie nouvelle.

Noyau d'olive (2004)

Deux n’est pas le double mais le contraire de un, de sa solitude. Deux est alliance, fil double qui n’est pas cassé.

Le Contraire de un (2003)

Le pain gonfle en prenant la forme de la paume du boulanger. Le porter à sa bouche, c’est comme serrer la main de qui l’a pétri.

Trois Chevaux (1992)

Dans chaque espèce, ce sont les solitaires qui tentent de nouvelles expériences. Ils forment un quota expérimental qui va à la dérive. Derrière eux, se referme la trace ouverte.

Le poids du papillon (2009)

Un homme est ce qu’il a commis. S’il oublie, c’est un verre renversé, du vide enfermé.

Le poids du papillon (2009)

Quand un homme s’arrête pour regarder les nuages, il voit défiler le temps au-dessus de lui, un vent qui enjambe. Alors il faut se remettre debout et le rattraper.

Le poids du papillon (2009)

Mais il a bien dû exister pour moi une heure où j’ai connu de quoi était fait l’envers des solitudes, le contraire de un.

Le Contraire de un (2003)

Pour celui qui boit le soir, les gorgées sont des baisers à toutes les femmes absentes.

Le Contraire de un (2003)

Le cerveau de l’homme est un ruminant, il remâche les informations des sens, les combine en probabilités. L’homme est ainsi capable de préméditer le temps, de le projeter. C’est aussi sa damnation, car il en retire la certitude de mourir.

Le poids du papillon (2009)

La foudre est un enfant qui cherche l’âme des jouets à coups de marteau.

Le Contraire de un (2003)

La vie se passera sereinement de nous, nous ne sommes pas indispensables, individus ou espèce tout entière, à cette merveilleuse machine du monde.

Noyau d'olive (2004)

Les prophéties sont des mots qui donnent des ordres à l’avenir.

Le Page des libraires (2004)

Je ne crois pas aux écrivains, mais à leurs histoires.

Trois Chevaux (1992)

La guerre est la meilleure occasion pour faire des saloperies. Elle donne la permission. En revanche, pour une bonne action, aucune permission n’est nécessaire.

Le jour avant le bonheur (2009)

L’amour est un échange de fortes étreintes, un besoin de noeuds. Et au bout de chaque étreinte, au bout de cette paix donnée, il reste le non-dit d’un adieu endurci.

Trois Chevaux (1992)

Si moi aussi je suis un autre, c’est parce que les livres, plus que les années et les voyages, changent les hommes.

Trois Chevaux (1992)

Je prends le livre ouvert à la pliure, je me remets à son rythme, à la respiration d’un autre qui raconte.

Trois Chevaux (1992)

Trahir un secret, révéler une cachette, sont des choses qu’un enfant ne fait pas. Quand on est petit, moucharder est une infamie.

Le jour avant le bonheur (2009)

Un homme qui change d’avis pour être d’accord avec une femme lui donne la plus belle preuve d’amour.

Au nom de la mère (2006)

On donne trop d’importance aux mots, il arrive qu’ils contraignent à l’exil, aux prisons ou pire. Ils sont chargés de poids et pourtant ils ne sont que souffle.

Au nom de la mère (2006)

Les enfants ne comprennent pas l’âge, pour eux quarante ou quatre-vingts ans sont un même désastre.

Montedidio (2002)

Les désirs des enfants donnent des ordres à l’avenir.

Le jour avant le bonheur (2009)

L’avenir est un serviteur lent, mais fidèle.

Le jour avant le bonheur (2009)

Je lis de vieux livres parce que les pages tournées de nombreuses fois et marquées par les doigts ont plus de poids pour les yeux, parce que chaque exemplaire d’un livre peut appartenir à plusieurs vies.

Trois Chevaux (1992)

Si moi aussi je suis un autre, c’est parce que les livres, plus que les années et les voyages, changent les hommes. Après bien des pages, on finit par apprendre une variante, un geste différent que celui commis et cru inévitable.

Trois Chevaux (1992)