Acceuil / Citation

Citations de : Emily Brontë

Quand il l’aimerait de toutes les forces de son être chétif, il n’arriverait pas à l’aimer en quatre-vingts ans autant que moi en un jour.

Les Hauts de Hurlevent (1847)

Aussi ne saura-t-il jamais comme je l’aime; et cela, non parce qu’il est beau, Nelly, mais parce qu’il est plus moi-même que je ne le suis. De quoi que soient faites nos âmes, la sienne et la mienne sont pareilles.

Les Hauts de Hurlevent (1847)

Les gens orgueilleux se forgent à eux-mêmes de pénibles tourments.

Les Hauts de Hurlevent (1847)

L’amour à la sauvage églantine est pareil, – Et l’amitié pareille au houx, – Sombre est le houx, quand l’églantine est tout en fleur, – Mais lequel fleurit avec plus de constance?

Love and Friendship

Aussi ne saura t’il jamais comme je l’aime et cela, non parce qu’il est beau, Nelly, mais parce qu’il est plus moi même que je ne le suis.

Les Hauts de Hurlevent (1847)

Je ne lui dis jamais mon amour en paroles pourtant, si les regards ont un langage, la plus simple d’esprit aurait pu deviner que j’étais amoureux fou.

Les Hauts de Hurlevent (1847)

Si tout le reste périssait et que lui demeurât, je continuerais d’exister mais si tout le reste demeurait et que lui fût anéanti, l’univers me deviendrait complètement étranger, je n’aurais plus l’air d’en faire partie.

Les Hauts de Hurlevent (1847)

Ce qu’est Heathliff : un être resté sauvage sans raffinement, sans culture un désert aride d’ajoncs et de basalte.

Les Hauts de Hurlevent (1847)

Sois toujours avec moi… Prends n’importe quelle forme… Rends-moi fou ! Mais ne me laisse pas dans cet abîme où je ne puis te trouver ! Oh ! Dieu ! C’est indicible ! Je ne peux pas vivre sans ma vie ! Je ne peux pas vivre sans mon âme !

Les Hauts de Hurlevent (1847)

J’ai fait dans ma vie des rêves dont le souvenir ne m’a plus jamais quittée et qui ont changé mes idées : ils se sont infiltrés en moi, comme le vin dans l’eau, et ont altéré la couleur de mon esprit.

Les Hauts de Hurlevent (1847)

Il est difficile de pardonner, en regardant ces yeux, en touchant ces mains décharnées. Embrassez-moi encore et ne me laissez pas voir vos yeux ! Je vous pardonne ce que vous m’avez fait. J’aime mon meurtrier… mais le vôtre ! comment le pourrais-je.

Les Hauts de Hurlevent (1847)

Je ne sais de quoi l’âme est faite, mais la sienne et la mienne sont pareilles, tandis que celle de Linton est aussi différent qu’un rayon de lune d’un éclair ou que la neige du feu.

Les Hauts de Hurlevent (1847)

Elle repose avec un doux sourire sur les lèvres, et ses dernières pensées ont été un retour vers les jours heureux de jadis. Sa vie a pris fin dans un rêve paisible puisse son réveil dans l’autre monde être aussi agréable !

Les Hauts de Hurlevent (1847)

J’ai dans ma vie fait des rêves qui sont restés à jamais gravés en moi et ont modifié ma façon de voir. Ils ont envahi tout mon être, comme une goutte de vin dans de l’eau, et altéré la couleur de mes pensées.

Les Hauts de Hurlevent (1847)