Acceuil / Citation

Citations de : Emile Augier

Le coupable seul craint de s’asseoir sur la sellette de l’accusé ; pour l’innocent, elle se change en piédestal.

Maître Guérin (1864)

Vous ne comprenez pas, n’ayant jamais eu faim, Qu’on renonce à l’honneur pour un morceau de pain.

L'Aventurière (1848)

Un ivrogne ressemble au céleste flambeau, Au soleil, n’en déplaise à ta vieille faconde : Tout tourne autour de lui : c’est le centre du monde !

L'Aventurière (1848)

L’amour est une guerre entre nous et les hommes Où, dès qu’ils ne sont plus victimes, nous le sommes ; Or, dans un tel combat, où tout coup vise au coeur, Celui qui n’en a pas est toujours le vainqueur.

L'Aventurière (1848)

– La loi même, vous la tournez. – Donc je la respecte.

Maître Guérin (1864), V, 2

De mon temps on avait Dieu.

Les Effrontés (1861), II, 10

On a l’âge, après tout, qu’on porte sur son front.

Gabrielle (1849), II, 4

Poudreux est le flacon, mais vive est la liqueur.

L'Aventurière (1848), I, 1

La patrie est aux lieux où l’on a des amis.

L'Aventurière (1848), III, 3

La vérité sort mieux d’un tonneau que d’un puits.

L'Aventurière (1848), II, 4

L’amour chez les vieillards a d’étranges racines, Et trouve, comme un lierre aux fentes des ruines, Dans ces coeurs ravagés par le temps et les maux, Cent brèches où pousser ses tenaces rameaux.

L'Aventurière (1848), I, 5

On doit le même outrage Aux femmes sans pudeur qu’aux hommes sans courage.

L'Aventurière (1848)

Il n’y a de vraiment bons que les gens bien portants.

Le Post-Scriptum (1869)

Le mariage est un duo ou un duel.

Nous n’existons vraiment que par ces petits êtres, – Qui dans tout notre coeur s’établissent en maîtres, – Qui prennent notre vie et ne s’en doutent pas, – Et n’ont qu’à vivre heureux pour ne pas être ingrats.

Quand on n’est pas trop fort, il faut être très souple.

… le gouvernement est le passe-temps naturel des gens qui n’ont plus rien à faire.

Lorsque la passion est réellement forte, – Il n’est digue ni mur que son courant n’emporte.

Gabrielle

Le génie est un flot baigné par la folie.

Maître Guérin

Les enfants… – – Nous n’existons vraiment que par ces petits êtres, – Qui dans tout notre coeur s’établissent en maîtres, – Qui prennent notre vie et ne s’en doutent pas, – Et n’ont qu’à vivre heureux pour n’être point ingrats.

Gabrielle

Tout tourne autour de lui! C’est le centre du monde!

L'Aventurière

Quand les femmes ne prêtent plus à la médisance, elles s’y adonnent.

Les Lionnes pauvres

Qu’on protège les arts, bien! mais les artistes, non… ce sont tous des fainéants et des débauchés!

Le Gendre de M. Poirier

On ne doit que la vérité aux absents.

Maître Guérin

On dirait, ma parole, que dans ce pays-ci le gouvernement est le passe-temps naturel des gens qui n’ont plus rien à faire.

Le Gendre de M. Poirier

O père de famille, ô poète, je t’aime.

Gabrielle, dernier vers

Madame de la Vieuxtour: – Il a eu sur la charité des pensées si touchantes, si nouvelles!

Le Fils de Giboyer

La presse étant un sacerdoce, il faut bien pourvoir aux frais du culte.

Les Effrontés

Il est honnête… Il a donc de quoi?

Les Effrontés

Crève donc, société!

Les Effrontés